JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Breaking News
Home / COOPÉRATION / Union africaine/ Antisémitisme viscéral: Une semaine après, l’acceptation d’Israël comme membre observateur, l’Algérie revient à la charge.

Union africaine/ Antisémitisme viscéral: Une semaine après, l’acceptation d’Israël comme membre observateur, l’Algérie revient à la charge.

Union africaine/ Antisémitisme viscéral: Une semaine après, l’acceptation d’Israël comme membre observateur, l’Algérie revient à la charge.

Après près de 20 ans d’efforts diplomatiques, Israël a obtenu jeudi le statut d’observateur auprès de l’Union africaine (UA). Israël détenait auparavant le statut d’observateur auprès de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), mais a été longtemps contrecarré dans ses tentatives de le récupérer après la dissolution de l’OUA en 2002 et son remplacement par l’UA. « Cela corrige l’anomalie qui existe depuis près de deux décennies et constitue une partie importante du renforcement du tissu des relations étrangères d’Israël », a déclaré un communiqué du ministère israélien des Affaires étrangères.

L’Algérie a déjà fait savoir sa désapprobation par le biais d’un communiqué du ministère des Affaires étrangères rendu public dimanche 25 juillet, minimisant la portée de la décision, qualifiée de « non-événement ».

Cette accréditation n’a pas été du goût d’Alger qui dans un communiqué ce lundi l’a dénoncé. « La récente décision du président de la Commission de l’Union Africaine (UA) d’accueillir un nouvel observateur qui relève de ses prérogatives administratives n’est pas de nature à altérer le soutien constant et actif de l’organisation continentale à la juste cause palestinienne », a déclaré le ministère algérien des Affaires étrangères dans un communiqué sans nommer expressément Israël.

Prise sans le bénéfice de larges consultations

D’après Alger, cette décision a été prise unilatéralement par le bureau de la Commission de l’UA sans avoir consulté les Etats membres de l’organisation, en violation des principes de l’acte constitutif de l’UA. « Prise sans le bénéfice de larges consultations préalables avec tous les États membres, cette décision n’a ni la vocation, ni la capacité de légitimer des pratiques et comportements dudit nouvel observateur qui sont totalement incompatibles avec les valeurs, principes et objectifs consacrés dans l’Acte Constitutif de l’Union Africaine », a estimé le ministère.

Un non-évènement

La diplomatie algérienne a également déploré l’« agitation médiatique » qui a entouré l’accréditation qui selon elle « relève davantage du non-évènement ». « Les modes de fonctionnement de l’Union africaine ne permettent aucune possibilité pour les 87 États observateurs extra-Africains d’influencer les positions de l’Organisation continentale, dont la détermination est la compétence exclusive de ses États membres », a insisté le ministère.

Une semaine après, l’Algérie revient à la charge.

Dans une note signée conjointement, quelques ambassadeurs à savoir: Addis-Abeba de l’Algérie, de l’Egypte, de la Tunisie, des Îles Comores, de Djibouti, de la Mauritanie et de Libye, ont signifié à la Commission de l’Union africaine leur opposition à  l’acceptation d’Israël comme membre observateur, estimant que « le président de la commission de l’UA a commis un dépassement procédural et politique »

Seulement 7 pays africains dont l’Algérie s’y opposent

Les signataires soulignent que le président de la Commission a pris « une initiative sur une question politique sensible, à propos de laquelle l’Union africaine, aux plus haut niveau de prise de décision et depuis longtemps, a pris des résolutions claires exprimant sou soutien indéfectible à la question palestinienne et condamnant les pratiques d’Israël sous toutes leurs formes au détriment du peuple palestinien frère et qui sont en contradiction avec les intérêts de l’Union africaine, ses valeurs, ses idéaux et ses résolutions ».

Les sept États signifiant par conséquent leur « refus officiel » de l’acceptation par le président de la Commission des lettres de créance de l’ambassadeur d’Israël en date du 22 juillet et demande au même président d’inclure la question dans l’ ordre du jour de la prochaine session du conseil exécutif conformément au règlement de l’octroi de la qualité de membre observateur.

Dans la note, il est reproché au président de la Commission de n’avoir pas pris compte, contrairement à ses prédécesseurs, des figurant idéaux et objectifs dans les statuts de l’UA, des résolutions de déjà prises, des intérêts de l’organisation et des avis des États membres et des critères d’octroi de la qualité de membres observateurs adoptés par le Conseil exécutif en 2005.

A lire aussi:

Normalisation avec Israël: « L’Algérie exige 23 milliards de $.. » Edy Cohen. « Nous ne participerons pas à la course à la normalisation » Tebboune

Normalisation avec Israël / Algérie: ce que la mafia militaro-politico-financière algérienne tente de cacher par tous les moyens

About gherrrabi

Check Also

Covid: le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, appelle à la levée des interdictions de voyager pour cause du variant Omicron (B.1.1.529)

Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a condamné les interdictions de voyager imposées contre son pays …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *