JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Home / COOPÉRATION / Un printemps américain, pas comme les autres!

Un printemps américain, pas comme les autres!

Un printemps américain, pas comme les autres!

Par: Bahia Benkhar

S’il y’a bien une chose que les États Unis a réussi c’est bien d’avoir créé une image d’un pays dont tout le monde admire l’histoire, la culture, la puissance & surtout l’image du pays de la démocratie et des libertés!

Malheureusement ce que l’on voit actuellement au pays de l’Oncle Sam ne fait plus honneur aux raisons de cette admiration mondiale, cette réputation historique.

Pour recarder les choses il m’est à rappeler et préciser que ce que vit les États Unis n’est pas très “nouveau” ou “surprenant”… L’Amérique a toujours été un pays de conflits et de violence…Elle été d’ailleurs construite sur cette même notion..mais les pères fondateurs ont tout fait en mettant les bases constitutionnelles de ce jeune état indépendant afin d’éviter de tomber dans la violence domestique, cela a donné une histoire en dents de scie oscillant entre des périodes de paix et stabilité et des phases de guerre et de violences dont la fameuse guerre civile ou Guerre de Sécession 1861-1865. Les atrocités commises contre les tribus indiennes, la répression du mouvement civil des noirs, puis l’Assassinat de deux présidents Abraham Lincoln & John F Kennedy suivis de nombreuses mascarades et tueries en masse visant surtout les universités..confirmant que le racisme et la violence ne sont pas du tout nouvelles dans ce pays, mais les États Unis savaient toujours bien vendre son rêve, et effacer les « phases noires » de son histoire à chaque fois qu’elles refassent surface!
Malgré toutes ces périodes noires, l’Amérique a toujours su revenir à la normalité en tirant les leçons de ces tragiques événements et essayer d’éviter les voies qui y conduisent.

Cependant on assiste récemment à une recrudescence de la violence, une généralisation du sentiment de la haine raciale et du malaise socio-politique. L’Amérique a toujours été un pays de différences raciales et de clivages politiques mais elle a toujours su construire des ponts de réconciliations éphémères, car le corps « Amérique » à ce pouvoir magique qu’elle appelle Self Healing: Il a en lui cette capacité d’auto- guérison…
C’est comme si -pour utiliser le lexique du Corona time- il a acquit « une immunité » contre les maux qu’il se cause lui même…il s’auto-blesse puis s’auto-guérit! La grande question aujourd’hui : Est-ce que ça va marcher cette fois? Espérons que oui, mais ça paraît difficile, voire impossible, tellement les disparités sont latentes, les haines répandues et les nerfs à fleur de peau… Les États-Unis connaissent aujourd’hui une triple crise : sanitaire, économique & sociale, ce qui rend les choses encore plus compliquées!

Puis on remarque qu’il règne un climat de peur et de méfiance, de part et d’autre, qui complique encore les choses.

Personnellement une période j’ai vécu aux USA en cherchant ma part de l’American Dream..J’avais apprécié cette cohabitation pacifique entre différentes races, cultures et nationalités où tout le monde vit sous une constitution et des lois qui interdisent toutes sortes de racisme et xénophobie…Cela m’avait impressionné au départ mais avec le temps je découvrais d’autres facettes, cachées & discrètes mais bien installées et existantes, une certaine catégorisation systématique qui ne se prononce pas mais qui est appliqué de manière presque automatique sans qu’on la sente..
Là bas, le but final de la majorité écrasante c’est de gagner bien sa vie, alors ça bosse tellement très dur que ça ne laisse plus le temps de penser à autre chose, tout se passe vite, nouveaux immigrés on essayait de tout comprendre et apprendre à la fois, on faisait moins attention aux détails..Mais je sentais toujours un certain malaise entre noirs et blancs, une certaine méfiance résultante sûrement des années de racisme mais c’était juste palpable par peur de briser les lois!
On se “comportait bien” non par conviction mais par « peur » d’être sanctionné sous une constitution qui « protège » tous! Je sentais aussi une certaine paix et cohabitation « fake »..
Aujourd’hui les américains ont peut-être besoin de leur propre « printemps noir & blanc » pour se réconcilier une fois pour toute, une démolition, une révolution, un accrochage qui pourraient faire sortir ce peuple de ce malaise historique qui a beau été camouflé sans jamais être soigné ni réglé de manière radicale et profonde, où le «  white American » enlève de sa tête cette haine ou au moins ce regard « bas » qu’il porte vers le « black American » et que ce dernier enlève aussi ce regard furieux qu’il a envers l’autre.. Un travail de psychologie générale attend ce peuple pour renaître de ses cendres causées par tout ce feu animé par une haine sociale et -pire- encouragé, aujourd’hui, par une mauvaise gouvernance!

L’administration et l’éducation américaines doivent travailler très dur pour éradiquer ce racisme enraciné mais ceci, à mon avis, ne serait ce possible ou au moins « facile » avec l’actuelle présidence…Il faut finir avec cette oppression silencieuse dans le pays qui se veut la plus grande démocratie au monde, qui se vend comme symbole de liberté et fait ainsi rêver des millions de personnes à travers le monde, mais qui, en réalité, fait toujours la différence entre « noirs » et « blancs » de manière structurelle voire institutionnelle mais camouflée, on remarque bien une inégalité entre les races, dans l’accès aux logements, la santé, le traitement des policiers (la police américaine a beaucoup de comptes à rendre dans ce sens).
Alors, si la Maison Blanche appelle aux arrêts des protestations et des manifestations cela doit se faire par le dialogue et par des promesses de réconciliation sociale, d’égalité, une stratégie étatique pour ne plus vivre ce genre d’incident, l’affaire George Floyd, n’est pas isolé, mais comme a dit Will Smith, elle a juste été filmée cette fois, et surtout elle a montré juste la partie apparente de l’Iceberg, le travail des institutions américaines est de le faire fondre (l’iceberg) une fois pour toute…et non par la violence contre les manifestants surtout pacifiques, ceci ne fera qu’aggraver les choses, asseoir la haine et construire encore plus de « glace » qu’aucun feu ne fera fondre! Cette période de l’histoire américaine a besoin de sagesse, de beaucoup concessions d’une part et de l’autre, de dialogue et de beaucoup de politiques visionnaires!

Enfin pour terminer, je reviens au début quand j’ai évoqué l’image de l’Amérique dans le monde, et n’oublions pas que l’un des vecteurs de cette image est le cinéma qui a fait de l’Amérique l’Eldorado tant désiré par tous. Dans le cinéma Américain la notion du super-héros est très présente et contribue au succès mondial de Hollywood! Du coup, je crois qu’aujourd’hui cette Amérique a besoin d’un Super-héros d’un autre genre, et dont le pouvoir super naturel serait une sagesse qui ramènera les extrêmes vers le milieu et rendra les « USA Great Again »!! Dès lors, pour être « Great » les États Unis doivent avant tout être paisibles, tolérants et surtout unis comme leurs nom le stipule de la manière la plus explicite!

De la sorte, les États Unis peuvent continuer leur rôle de « donneurs de leçons » quand il s’agit d’oppression et de violence dans d’autres pays…il doivent aujourd’hui faire donner le modèle pour légitimiser après leur rôle de « leader » qui met le nez dans les conflits et mal-être internes des autres il est inutile de rappeler que la paix, la sécurité, un avenir, tels sont les besoins fondamentaux que les gens en proie à un conflit violent désirent et recherchent à tout prix. Or, s’efforcer de rétablir la confiance, les moyens de subsistance, les institutions et les relations est un travail complexe et à long terme, émaillé de bonds en avant et de pas en arrière: voilà en quoi consiste la mission même de la consolidation de la paix. Nous ne pouvons pas ne pas la mener sans véritable analyse objective des états des lieux et sans auto-évaluation, telle aujourd’hui devra être la première mission des États-Unis!

Par: Bahia Benkhar
Chroniqueuse, experte dans le national Branding

About gherrrabi

Check Also

CDH: La pandémie est un « prétexte » utilisé par certains Etats pour réprimer et abolir les libertés, déplore l’ONU

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a déploré lundi que l’épidémie de Covid-19 soit …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *