JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Breaking News
Home / COOPÉRATION / Twitter se lance dans la lutte contre les fake news

Twitter se lance dans la lutte contre les fake news

A partir de mars prochain, le réseau social américain supprimera ou signalera les photos et vidéos falsifiées.

Dans le cadre de la lutte contre les fake news, Twitter a annoncé qu’il allait lancer un label en mars 2020 afin d’identifier des médias « falsifiés ou trompeurs ». La plateforme entend se concentrer sur les contenus modifiés (montages vidéos ou audios, images éditées) qui visent à tromper le public ou risquent de nuire à des personnes, notamment en incitant à la violence ou en portant atteinte à leur liberté d’expression.

Parmi les trois critères qui sont retenus pour ce label, on retrouve les médias qui représentent des personnes réelles dont les déclarations ou les actes sont « fabriqués ou simulés » de manière technique. Cette catégorie peut aussi bien concerner les deepfakes que les photomontages. Toute forme de parodie ou de satire politique peut rentrer dans cette catégorie.

Les tweets tombant dans ces catégories seront retirés ou étiquetés avec un avertissement à partir du mois de mars. Le réseau pourra aussi réduire la visibilité des messages ou ajouter du contexte.

Pour cela Twitter veut prendre en compte le contexte du compte qui tweete et déterminer si le média partagé l’a été dans une volonté manifeste de tromper les gens. Twitter dit s’appuyer sur les têtes qui accompagnent les médias, les métadonnées des images ou bien encore les informations issues du profil de la personne qui partage le média.

Pour la punition, il n’est pas question pour Twitter de supprimer toutes ces images ou ces vidéos modifiées. Elles seront identifiées comme « média manipulé » et préviendra les utilisateurs à chaque fois qu’ils voudront le partager. De plus, ces médias n’apparaitront plus dans les recommandations et suggestions de tweets mis en place par le réseau, ce qui devrait leur donner beaucoup moins de visibilité. Si ces médias répondent aux trois critères, ils auront plus de chance d’être effacés par la plateforme.

Pressions
Ils réagissent notamment à la pression des autorités européennes et américaines, alors que des campagnes de manipulation menées notamment sur Facebook en 2016 ont tenté d’influencer l’opinion lors de scrutins majeurs, comme l’élection présidentielle aux Etats-Unis ou le référendum sur le Brexit au Royaume-Uni.

YouTube, la plateforme vidéo de Google, a annoncé lundi des mesures similaires sur les ‘contenus manipulés ou falsifiés’, ‘dans le but de tromper les utilisateurs’ et ‘qui posent un risque flagrant de dommages’.

Facebook, de son côté, permet toujours les publicités politiques, et les exempte même de son système de vérification des faits.

About gherrrabi

Check Also

Pedro I. Altamirano : Le Sahara marocain, une opportunité historique pour l’Espagne.

Dans une forum de discussion tenue à Malaga, Pedro I. Altamirano a parlé du Sahara …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *