Home / ECONOMIE / Sénégal / Thierno Alassane SALL: Démission ou limogeage du gouvernement.

Sénégal / Thierno Alassane SALL: Démission ou limogeage du gouvernement.

Thierno Alassane Sall ( ex-ministre sénégalais de l’énergie),  limogé, pas limogé…la polémique 
Le ministre de l’Énergie Thierno Alassane Sall a été limogé du gouvernement par décret présidentiel mardi, le jour de la signature de deux importants accords pétroliers entre le Sénégal et le groupe français Total. L’information a été rendue publique en milieu de journée à travers un bref communiqué de deux paragraphes signé par le porte-parole du gouvernement Seydou Guèye : Thierno Alassane Sall a été limogé par décret présidentiel mardi.

Thierno Alassane Sall n’a pas démissionné, il a été limogé. C’était en présence du Premier ministre“, avait déclaré Macky Sall lors de sa rencontre avec la presse sénégalaise, le 31 décembre dernier. Depuis, Thierno Alassane Sall (TAS) crie sur tous les toits qu’il a bel et bien démissionné de son poste au gouvernement. Mieux, le leader de la République des Valeurs assure détenir des preuves irréfutables de ses allégations.”Comme je l’ai dit auparavant, le Premier ministre, avant l’entretien, m’a supplié de changer de point de vue. Je détiens des textos du Premier ministre constatés par huissier et qui me suppliait de ne pas passer à l’acte“, assure TAS.

<<La France est prête à te faire la guerre, un coup d’état, ou à lever toute une rébellion pour imposer un contrat. Ils imposent leur deal et si tu ne veux pas tu dégages.>>

<<La France fait pression sur le Sénégal pour obtenir l’exploitation du pétrole et du gaz. Je ne peux pas signer un document où la compagnie française Total qui était en 5e position pour acquérir le marché selon les experts, devient subitement numéro 1 après des pressions sur le président Macky Sall. Ce qui se passe là se passe partout en Afrique.
Et ce sont ces mêmes gens qui disent que les Africains sont irresponsables, gèrent mal leurs ressources, devraient apprendre à se débrouiller, et ne plus leur envoyer des migrants
alors qu’ils ne peuvent pas laisser l’Afrique une seule seconde décider du meilleur partenaire économique dont elle a besoin pour son développement.
ils sont prêts à te faire la guerre, un coup d’état, ou à lever toute une rébellion pour imposer un contrat.
Car ils ne veulent pas s’aligner sur le marché comme les concurrents. Ils imposent leur deal et si tu ne veux pas tu dégages. Tant pis si le concurrent te propose un deal beaucoup plus avantageux ; ta matière première c’est pour eux. >>

Le limogeage du ministre de l’Energie et du Développement des énergies renouvelables, Thierno Alassane Sall, est largement commenté par les quotidiens reçus mercredi à l’APS.

Le président de la République, Macky Sall, a mis fin mardi aux fonctions de Thierno Alassane Sall, ministre de l’Energie et du Développement des énergies renouvelables, a annoncé le porte-parole du gouvernement.

Communiqué

Dans un communiqué reçu à l’APS, Seydou Guèye précise que le chef de l’Etat a pris cette décision par décret n°2017-696 du 2 mai 2017.

A Lire aussi  RÉACTIONS SE MULTIPLIENT SUITES AUX PROPOS DE DONALD TRUMP, MACKY SALL FAIT CONVOQUER L’AMBASSADEUR DES USA À DAKAR

Il souligne que le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne « est nommé, cumulativement avec ses fonctions, ministre de l’Energie et du Développement des Energies renouvelables, par décret n°2017- 697 du 2 mai 2017 ».

Parlant de ce « limogeage brutal », Libération explique « ce qui s’est passé au Palais, hier (mardi) ».

« Malgré les instructions du président Macky Sall et l’approbation de sa part d’un protocole d’accord lors de sa visite d’Etat en France, Thierno Alassane Sall a refusé, mardi, de signer deux contrats liant le Sénégal au groupe Total qui doit faire son entrée dans l’offshore sénégalais aux côtés de Kosmos. Ce, alors que le PDG du groupe français est venu spécialement au Sénégal pour signer ces deux accords », explique Libération.

L’As souligne que le ministre était au Palais mardi matin « avec sa lettre de démission, car il ne voulait pas signer le contrat entre le Sénégal et Total pour l’exploitation et l’exploration de concessions pétrolières en offshore profond au large du pays ».

« Thierno Alassane Sall estimait que le géant pétrolier français n’a pas fait la meilleure offre et pour garantir les intérêts du Sénégal, il a refusé de signer le document et donné sa lettre de démission au président Macky Sall qui l’a refusée avant de signer le décret mettant fin à ses fonctions dans le gouvernement », écrit L’As qui titre : « Désaccord Total ».

Pour La Tribune, « Macky Sall valide la +Total+ et vire Thierno Alassane Sall » tandis que Le Quotidien titre : « Désaccord Total ». Vox Populi note que Thierno Alassane Sall « plaidait pour (la société) Kosmos, tandis que Macky Sall voulait élargir le champ avec notamment la venue de Total (…) ».

Le journal qui titre « Thierno Alassane Sall glisse sur le pétrole » rappelle que c’est la deuxième fois qu’il quitte le gouvernement. Il avait été débarqué au lendemain des élections locales, en 2014, après la défaite de la mouvance présidentielle à Thiès.

Enquête parle d’un « clash » qui « sent le pétrole ». La publication informe que le gouvernement du Sénégal et Total ont signé mardi deux accords pour permettre à la firme française de se lancer dans l’exploration du pétrole.Dans Le Soleil, le patron de Total, Patrick Pouyanné a précisé que le premier accord est un contrat de recherche et de partage de production d’hydrocarbures sur le Bloc Rufisque offshore profond d’une superficie de 10 357 Km2.

Le groupe français détient sur ce bloc 90% et la Société nationale des pétroles du Sénégal (PETROSEN), 10%. En cas de découverte, les parts de PETROSEN pourrait monter jusqu’à 20%.

Le second accord est un accord de coopération avec PETROSEN pour une étude de la zone en mer profonde, c’est-à-dire au-delà de 3 000 mètres en vue de déterminer le potentiel d’exploration.

OID/ASB

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Sénégal/ Présidentielle de 2019: portrait du candidat Idrissa Seck

Le Conseil constitutionnel sénégalais avait publié une liste de cinq candidats retenus pour l’élection présidentielle …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *