JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Breaking News
Home / COOPÉRATION / SALOUA BICHRI: La Marche Verte, symbole de la symbiose qui unit Trône et peuple

SALOUA BICHRI: La Marche Verte, symbole de la symbiose qui unit Trône et peuple

Saloua Bichri Consul général du Royaume du Maroc à Tarragone, Lleida et Aragon
La Consul générale du Royaume du Maroc à Tarragone, Lleida et Aragon Mme. Saloua BICHRI a expliqué, par un article publié par plusieurs médias, l’histoire de la Marche Verte. Les espagnols de Tarragone partagent ce vendredi 6 novembre, la joie de la fête au Consulat général  du Maroc à TarragoneEspagne
SALOUA BICHRI: La Marche Verte, symbole de la symbiose qui unit Trône et peuple…

Le 6 novembre n’est pas une simple date dont les Marocains se  remémorent, chaque année, mais c’est une commémoration d’un événement unique en son genre, qui constitue l’une des étapes d’un combat national mené par les Marocains pour recouvrer leur indépendance et parachever l’intégrité territoriale du pays, in fine, une mémoire collective fière. La Marche Verte a été et restera le symbole absolu de la symbiose qui unit indissolublement le Trône et le peuple. Elle est la preuve, qu’ensemble, le Roi et le peuple du Maroc sont capables de relever les défis auxquels la Nation peut être confrontée.

En ce jour de commémoration, je vous raconte l’essentiel de ce grand événement historique marocain :

Le 16 octobre 1975, l’avis de la Cour Internationale de Justice déclara que le territoire n’était pas ter­ra nullius lors de la colonisation. Pour ce qui concerne la seconde question, la C.I.J reconnut «l’existence, au moment de la colonisation espagnole, de liens juridiques d’allégeance entre le Sultan du Maroc et certaines des tribus vivant sur le territoire du Sahara Occidental ».

Sur la base de l’avis de la Cour, Sa Majesté Le Roi Has­san II pouvait alors prendre la décision historique d’appeler le Peuple maro­cain à une Marche verte (al Massira al khadra) pour entrer en possession de son territoire.

Le 16 octobre 1975, Feu Sa Majesté Le Roi Hassan II avait annoncé l’organisation de la plus grande marche pacifique de l’Histoire, la Marche Verte, à laquelle avaient participé 350.000 Marocains. Cette marche a permis la libération des provinces du Sud et la réintégration par nos compatriotes sahraouis de la mère-patrie. Elle a ainsi mis fin à près de trois quarts de siècle de colonisation et d’occupation et a permis à notre pays de parachever son intégrité territoriale dans ses frontières du Sud. D’une même voix, les marocains ont écrit un chapitre incontournable de l’Histoire du Maroc qui se veut indivisible. Et depuis, la Marche verte fait partie intégrante de l’identité d’un peuple pour renouveler un pacte d’union et rappeler que l’intégrité territoriale est une réalité historique pour un peuple dévoué.

L’événement de la marche est un fait social et psychologique, il s’agit du fait historique marquant que les Marocains ont connu après l’indépendance. Le 5 Novembre 1975, Sa Majesté Le Roi Hassan II avait adressé un discours aux volontaires devant participer à cette marche en disant: « Demain, tu franchiras la frontière. Demain, tu entameras ta Marche. Demain, tu fouleras une terre qui est tienne. Tu palperas des sables qui sont tiens. Demain, tu embrasseras un sol qui fait partie intégrante de ton cher pays ».

Le nombre des participants équivalait au nombre de naissances au Maroc durant cette période. En fait, il n’a pas été difficile pour le Roi de convaincre les citoyens marocains à se déplacer au Sahara, la relation étant étroite entre le trône et le peuple.

Armés de la seule foi en la justesse de leur cause, brandissant le Saint Coran et le drapeau national, 350.000 volontaires civils, venant de toutes les régions du Royaume, ont répondu à l’appel lancé par Feu SM Hassan II, tous vers Tarfaya dans parfaite symbiose entre un Roi militant et un peuple valeureux.

Cette marche témoigne aussi de l’intelligence d’un Roi unificateur qui a réussi, de manière civilisée et pacifique à la faveur d’une conviction ferme en le droit au recouvrement des provinces du Sud, à faire hisser, le 28 février 1976, le drapeau national dans la ville de Laâyoune, annonçant ainsi la fin de la présence coloniale dans le Sahara marocain. Ce peuple courageux a ainsi pu concrétiser ses objectifs en brisant les frontières artificielles entre les enfants de la même Patrie.

La Marche verte finit par ouvrir la voie à l’accord de Madrid, du 14 novembre 1975, signé par l’Espagne, le Maroc et la Mauritanie, fixant les modalités de rétrocession des territoires avant février 1976.

Telle est l’histoire telle qu’elle s’est déroulée, au-delà du fait que diverses interprétations ont conduit ce processus d’unification à de longues négociations internationales afin de garantir la paix, la stabilité et la sécurité de la région, le droit au bien-être et le développement de notre peuple, ainsi qu’une relation équilibrée et respectueuse avec les pays voisins.

Vidéo: Marche Verte: Les espagnols de Tarragone partagent ce vendredi 6 novembre, la joie de la fête au Consulat général  du Maroc à TarragoneEspagne


elimparcialpress.es

SALOUA BICHRI: La Marcha Verde, el símbolo de la simbiosis que une Trono y pueblo

About gherrrabi

Check Also

Alpha Condé quitte la Guinée sur « autorisation humanitaire » pour se soigner aux Émirats arabes unis

Les militaires rechignaient jusqu’à présent à laisser partir l’ancien chef d’Etat de 83 ans, redoutant …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *