JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Home / COOPÉRATION / Sahara Marocain: Les Etats-Unis reconnaissent la marocanité du Sahara, analyse de Charles Saint-Prot

Sahara Marocain: Les Etats-Unis reconnaissent la marocanité du Sahara, analyse de Charles Saint-Prot

Les Etats-Unis reconnaissent la marocanité du Sahara, analyse de Charles Saint-Prot.

Le cauchemar que l’Algérie craignait le plus au monde est finalement arrivé. Donald Trump vient en effet de prendre, ce 10 décembre, une décision historique en reconnaissant ouvertement la marocanité du Sahara. Un tournant qui signe le début de la fin d’un mirage entretenu par Alger depuis un demi-siècle.

Ce jeudi 10 décembre, peu après 17 heures (heure marocaine), trois tweets successifs du président américain sortant, Donald Trump, sont venus chambouler durablement, au grand dam de l’Algérie, la donne géopolitique dans la région nord-ouest africaine. Après avoir longtemps joué à la politique du « yoyo diplomatique » d’un « ni contre le Maroc, ni totalement avec lui« , dans le parachèvement de son intégrité territoriale, les Etats-Unis d’Amérique ont fini par franchir le Rubicon en reconnaissant, sans équivoque, la souveraineté du Royaume du Maroc sur le Sahara atlantique.

«Les Etats-Unis reconnaissent la souveraineté marocaine sur l’ensemble du territoire du Sahara occidental et réaffirment leur soutien à la proposition d’autonomie sérieuse, crédible et réaliste du Maroc comme seule base pour une solution juste et durable du différend sur le territoire du Sahara occidental», annonce une proclamation signée par Donald Trump, telle qu’affichée sur: Le Site de la Maison Blanche.

Joignant l’acte à la parole, la Maison Blanche annonce que «les Etats-Unis encourageront le développement économique et social avec le Maroc, y compris dans le territoire du Sahara occidental, et à cette fin ouvriront un consulat dans le territoire du Sahara occidental, à Dakhla, afin de promouvoir les opportunités économiques et commerciales pour la région».

Les Etats-Unis reconnaissent la marocanité du Sahara, analyse de Charles Saint-Prot

Charles Saint-Prot, Politologue, spécialiste des relations internationales et de géopolitique, islamologue.

Charles Saint-Prot est directeur de l’Observatoire d’études géopolitiques de Paris, il codirige avec Zeina el Tibi la collection Études géopolitiques, publiée avec les éditions Karthala. Chercheur et membre du Centre Maurice Hauriou pour l’étude du droit public à la Faculté de droit de l’université Paris Descartes, Pôle de recherche et d’enseignement supérieur (Pres) Sorbonne Paris Cité, il anime un groupe de recherche sur le droit et la finance islamique. Il est professeur à l’Université ouverte de Catalogne (Barcelone) où il enseigne au sein du Master international d’études arabes et islamiques, et il intervient régulièrement dans plusieurs universités et grandes écoles en France et à l’étranger dans le cadre des études islamiques ou de la géopolitique. Il est membre du comité scientifique de plusieurs revues françaises et étrangères. Charles Saint-Prot a fait partie des cofondateurs des revues gaullistes Arguments pour la France et Une certaine idée (1998-2003). Il est l’auteur de nombreuses publications dont certaines traduites en plusieurs langues.

Michel Mathieu naît le 26 janvier 1951. Après avoir fait sa maîtrise de droit, il effectue alors son service militaire en tant qu’aspirant dans une unité d’infanterie de troupes de marine puis effectue une carrière de juriste au sein du ministère de la défense où il la terminera en tant que chargé des fonctions de rapporteur général près la Commission des recours des militaires auprès du Ministre de la Défense (JORF, 17 août 2001).

Il est docteur en droit privé (1984) et en science politique (2007), et habilité à diriger des recherches en sciences juridiques.

Charles Saint-Prot est directeur général de l’Observatoire d’études géopolitiques (OEG) à Paris, un centre de recherches sur les relations internationales créé en 2014. Il codirige avec Zeina el Tibi la collection Études géopolitiques chez Karthala.

Il est Premier vice-président et doyen de l’Institut africain de géopolitique dont le siège central est à Dakar, avec des bureaux à Abidjan, Paris ou Rabat.

Chercheur associé au Centre Maurice Hauriou pour l’étude du droit public à la Faculté de droit de Paris Descartes, il anime un groupe de recherche sur la civilisation arabo-islamique et le droit islamique. Il enseigne à l’Université ouverte de Catalogne (Barcelone) au sein du Master international d’études arabes et islamiques.

Depuis les années 1980, Charles Saint-Prot a effectué plusieurs missions pour le compte de l’État français, en particulier au Maghreb, au Liban, auprès de Yasser Arafat et en Irak. Il a été conseiller en matière de démocratie et de transparence des présidents Yasser Arafat et Saddam Hussein. Certains de ses ouvrages visent à promouvoir la politique arabe de la France et les choix diplomatiques de Paris (cf. La France et le renouveau arabe, Les mystères syriens, Saddam Hussein publié en pleine guerre Irak-Iran alors que la France soutient fermement l’Irak…).

Charles Saint-Prot, qui a dirigé plusieurs revues (la Pensée Nationale à la fin des années 1970 ; la Revue d’études des relations internationales, de 1979 à 1981, et la revue Proche-Orient et Tiers Monde, de 1982 à 1986) et fait partie des cofondateurs des revues gaullistes Arguments pour la France et Une certaine idée (1998-2003), est l’auteur de nombreux ouvrages dont plusieurs ont été traduits en anglais, en arabe et en espagnol.

Attaché au gaullisme, Charles Saint-Prot, qui a été proche de Yasser Arafat et Michel Aflaq, le fondateur du Baas, de l’Irak baasiste et du nationalisme arabe, consacre une partie de ses recherches à la pensée politique, en particulier à la question de la nation et de l’État.

Spécialiste de l’Islam, il propose dans son manuel Islam : l’avenir de la Tradition entre révolution et occidentalisation (Éditions du Rocher, 2008) une idée apaisée de l’Islam en exposant que le véritable Islam est celui de la religion du « juste milieu » (dîn al wasat), celle d’une tradition réformiste, pratiquant l’ijtihad (l’effort d’adaptation) dans les affaires relatives à la vie sociale (mouamalat). Cette tradition réformiste est à l’opposé des dérives extrémistes minoritaires et d’une occidentalisation conduisant au reniement de soi et à l’aliénation.

Parmi ses principaux ouvrages :

· La France et le renouveau Arabe, Paris, Copernic, 1980.
· Présence de l’Islam (dir.), Paris, 1983.
· Saddam Hussein. Un gaullisme arabe Paris, Albin Michel,1987 (Traduit en arabe).
· Les mystères syriens, Paris, Albin Michel, Paris, 1984 (traduit en arabe).
· Yasser Arafat, Paris, Jean Picollec, 1990 (traduit en arabe).
· L’Europe déraisonnable (collectif), Paris, F.X. de Guibert-Valmonde, 1992.
· Le nationalisme arabe, Paris, Ellipses, 1995 (traduit en arabe, Alger, 1996).
· L’Arabie heureuse, Paris; Ellipses, 1997 (traduit en anglais et en arabe).
· Histoire de l’Irak, Paris, Ellipses, 1999.
· La pensée française, Paris-Lausanne, L’Age d’homme, 2002.
· French Policy toward the Arab World, Abou Dhabi, ECSSR, 2003 (traduit en arabe).
· Le Liban regard vers l’avenir, dir., Paris: OEG-Études géopolitiques, 2004.
· L’Arabie saoudite à l’épreuve des temps modernes, dir. Avec Zeina el Tibi), Paris: OEG-Études géopolitiques, 2004.
· L’eau, nouvel enjeu géopolitique, dir. avec Zeina el Tibi, Paris: OEG-Études géopolitiques, 2005.
· Djibouti au coeur de la géopolitique de la Corne de l’Afrique, Paris, OEG-Études géopolitiques, 2005 (traduit en anglais).
· Géopolitique du Soudan, dir. avec Zeina el Tibi, Paris: OEG-Études géopolitiques, 2006.
· Les églises évangéliques et le jeu des États-Unis dans le monde arabe. Bruxelles: Solidarité-Orient, 2006 (traduit en flamand).
· La politique arabe de la France, OEG Études géopolitiques 7, 2007.
· France and the Arabian Gulf (col.), Abou Dhabi: ECSSR, 2007.
· L’Arabie saoudite face au terrorisme, dir., Paris: OEG-Karthala, Études géopolitiques 8, 2008 (traduit en arabe).
· Quelle union pour quelle Méditerranée ?, dir. avec Zeina el Tibi. Paris : Observatoire d’études géopolitiques, Études géopolitiques 9- Karthala, 2008.
· Islam: l’avenir de la Tradition entre révolution et occidentalisation. Paris, Le Rocher, 2008 (traduit en arabe et en anglais, 2010).
· Le Maroc en marche (dir.). Paris, CNRS éditions, 2009.
· Western Perception and Attitudes Towards Islam, Abu Dhabi, ECSSR, 2010, (traduit en arabe).
· L’enjeu du dialogue des civilisations, dir. avec Jean-Pierre Machelon. Actes du colloque de Riyad (mars 2009) sous le haut patronage du roi Abdallah Ibn Abdelaziz al Saoud et du Président de la République française, M. Nicolas Sarkozy. Paris : Observatoire d’études géopolitiques, collection Études géopolitiques 10- Karthala, 2010 (traduit en arabe).
· L’Occident et l’Islam. Abou Dhabi : ECSSR, 2010, en arabe.
· Vers un modèle marocain de régionalisation, dir. avec Ahmed Bouachik et Frédéric Rouvillois, Paris-Rabat, CNRS éditions et Remald, 2010.
· La tradition islamique de la réforme, Paris, CNRS éditions, 2010 (traduction en arabe, Le Caire, 2012).
· L’Islam et l’effort d’adaptation au monde contemporain. L’impératif de l’ijtihâd, dir., Paris, CNRS éditions, 2011.
· Mohammed V ou la monarchie populaire, Paris-Monaco, Le Rocher, 2011.
· La Constitution marocaine de 2011, lectures croisées, dir. avec Ahmed Bouachik et Michel Degoffe, Rabat,Remald, 2012.
· La finance islamique et la crise de l’économie contemporaine, dir. avec Thierry Rambaud, Paris, OEG-Karthala, col. « études géopolitiques 11 », 2012, 120 p. (traduit en arabe).
· Le mouvement national arabe émergence & maturation du nationalisme arabe de la Nahda au Baas, Paris Ellipses, 2013.

About gherrrabi

Check Also

CDH: La pandémie est un « prétexte » utilisé par certains Etats pour réprimer et abolir les libertés, déplore l’ONU

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a déploré lundi que l’épidémie de Covid-19 soit …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *