JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Home / COOPÉRATION / Sahara Marocain: L’Algérie et de son appendice Polisarien, ne savent à quel saint se vouer… « L’Algérie, veille à « jeter l’huile sur le feu » en permanence dans ses relations avec le Royaume du Maroc… » Sabri Boukadou

Sahara Marocain: L’Algérie et de son appendice Polisarien, ne savent à quel saint se vouer… « L’Algérie, veille à « jeter l’huile sur le feu » en permanence dans ses relations avec le Royaume du Maroc… » Sabri Boukadou

Un consulat général de Djibouti a été inauguré ce vendredi après-midi à Dakhla. Il s’agira de la 3 ème représentation consulaire à être ouverte à Dakhla et la 9 ème dans les provinces du Sud en moins de 3 mois.

Inauguration du Consulat Général de la République du Burundi à Laâyoune.

L’ouverture d’un consulat général de la République du Burundi à Laâyoune témoigne de l' »attachement » et de la « fidélité » de ce pays aux principes de la fraternité africaine et de la légalité internationale, a indiqué vendredi 28 février son ministre des Affaires étrangères, Ezechiel Nibigira.

L’inauguration de cette représentation diplomatique « est une expression du renforcement de notre coopération qui attache une grande importance au bon voisinage, au respect de la souveraineté nationale et à la non immixtion dans les affaires intérieures des Etats », a souligné M. Nibigira lors d’un point de presse conjoint avec le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.

Le chef de la diplomatie burundaise a affirmé que les relations entre les deux pays « atteignent l’âge de raison » avec l’inauguration « en ce jour mémorable » d’un consulat général à Laâyoune, après l’ouverture d’une ambassade burundaise résidente à Rabat en 2015.

Il s’agit là, a-t-il insisté, d' »un signe éloquent de l’ancrage des liens d’amitié entre nos gouvernements et des relations humaines de nos deux peuples », réitérant l’engagement du Burundi à « rester aux côtés du Maroc ».

A cet égard, M. Nibigira s’est félicité des « relations d’amitié, de fraternité et de solidarité exemplaire » existant entre son pays et le Royaume du Maroc, reflétant ainsi la qualité des « liens privilégiés et de fraternité » qu’entretiennent les deux pays sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI et du président de la République du Burundi Pierre Nkurunziza.

Pour passer à la vitesse supérieure dans le renforcement des relations bilatérales, le ministre burundais a jugé important de tenir dans un proche avenir la première réunion de la Commission mixte bilatérale, afin de convenir des projets et programmes sectoriels conformément aux dispositions de l’accord-cadre de coopération signé entre les deux parties en 2010, à Rabat.

M. Nibigira a en outre remercié le Maroc pour l’appui « multiforme » qu’il apporte à son pays et « qu’il ne cesse de renouveler que çe soit dans les foras internationaux ou dans le contexte de l’Union africaine », saluant également l’octroi par le Royaume de bourses d’études aux étudiants burundais qui leur permettent d’avoir une formation « de qualité » et d’être « concurrentiels » sur le marché du travail.

La cérémonie d’ouverture de ce consulat, rappelle-t-on, s’est déroulée en présence du wali de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, Abdeslam Bekrate, du président du conseil régional, Sidi Hamdi Ould Errachid, du Consul général du Burundi, Niragira Malachie Rachid, ainsi des diplomates de pays africains accrédités à Laâyoune.

Il s’agit de la sixième représentation diplomatique ouverte dans la capitale du Sahara marocain en moins de trois mois, après celles de l’Union des Comores en décembre 2019, du Gabon, de Sao Tomé-et-Principe et de la République centrafricaine en janvier 2020 et de la Côte d’Ivoire en février courant.

Inauguration du Consulat Général de la République de Djibouti à Dakhla.


L’ouverture d’un consulat du Djibouti à Dakhla, la première représentation diplomatique d’un pays membre de la Ligue des Etats arabes, vient couronner le développement des relations entre les deux pays, a indiqué, vendredi à Dakhla, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.

Les deux pays ont pu développer des relations privilégiées et séculaires, a souligné M. Bourita lors d’un point de presse conjoint avec l’ambassadeur de la République de Djibouti, Ibrahim Bileh Doualeh.

Ce développement des relations bilatérale s’est concrétisé à travers l’ouverture de l’ambassade de Djibouti à Rabat en 2013 et le renforcement du cadre juridique bilatéral, qui comprend aujourd’hui une dizaine d’accords, ainsi que l’ouverture d’une annexe diplomatique du Royaume du Maroc à Djibouti au cours de l’année écoulée et qui se transformera bientôt en ambassade pour le Maroc, a noté le ministre, qui co-présidait avec M. Doualeh la cérémonie d’ouverture du consulat général de Djibouti à Dakhla.

M. Ibrahim Bileh Doualeh : « La volonté d’ouvrir un consulat général de Djibouti au Sahara marocain souligne encore une fois l’attachement de Djibouti au respect de l’intégrité territoriale du Maroc »

Dans ce contexte, M. Bourita a souligné que les relations entre le Maroc et Djibouti se caractérisent par la solidarité et la coopération dans tous les domaines, notamment le domaine technique, soulignant que Djibouti a toujours été aux côtés du Maroc pour soutenir et défendre ses questions, que ce soit au sein de l’Union africaine (UA) ou des Nations Unies.

Il a également ajouté que Djibouti, qui préside actuellement le Conseil de paix et de sécurité de l’UA, a oeuvré en coordination permanente avec le Maroc, notamment dans le dossier de la question nationale, afin qu’il ne soit pas utilisé ou exploité par certaines parties au sein de l’UA.

En outre, M. Bourita a fait savoir que 100 bourses sont accordées aux étudiants djiboutiens, soulignant que ces bourses concernent la formation et l’étude dans les provinces du Sud,à Dakhla en particulier, via les instituts de formation.

La cérémonie d’ouverture du consulat djiboutien, présidée par M. Bourita et M. Doualeh, s’est déroulée en présence notamment de l’ambassadeur directeur général de l’Agence Marocaine de Coopération internationale (AMCI), Mohamed Methqal, du Wali de la région de Dakhla-Oued Eddahab, gouverneur de la province d’Oued Eddahab, Lamine Benomar et du président de la région, El Khattat Yanja.

Ont pris part également à cette cérémonie les élus de la région, les chefs des services extérieurs et les représentants des organisations de la société civile.

Il s’agit de la troisième représentation consulaire ouverte à Dakhla, la neuvième dans les provinces du Sud en moins de trois mois.

M. Bourita avait présidé, plutôt dans la journée à Laâyoune avec son homologue burundais Ezechiel Nibigira, la cérémonie d’ouverture du consulat général de la République du Burundi, la sixième représentation diplomatique ouverte dans la capitale du Sahara marocain en moins de trois mois.

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger avait annoncé en décembre dernier que les villes de Laâyoune et de Dakhla compteront au total une dizaine de représentations diplomatiques d’ici la fin de l’année en cours.

Laâyoune : Ouverture du 3e Forum Maroc-États insulaires du Pacifique.


Le 3e Forum Maroc-États insulaires du Pacifique (EIP) s’est ouvert jeudi à Laâyoune sous le signe de la consolidation des liens de coopération, de la mise en œuvre des engagements pris dans ce sens, de l’unification des voix et de la promotion de la prospérité partagée.

Cet important événement diplomatique a pour objectifs de faire le point sur l’état actuel et les perspectives d’avenir des relations entre le Royaume et les États insulaires du Pacifique et de mettre en avant les expériences réussies dans les domaines présentant un intérêt stratégique pour les pays de ce groupement.

Le choix de la capitale du Sahara marocain pour abriter cet événement diplomatique phare porte en lui une très forte charge symbolique dans cette conjoncture particulière et hautement significative marquée par l’ouverture de représentations consulaires de plusieurs pays africains à Laâyoune, tout comme à Dakhla. Coup dur pour le Polisario qui célèbre, ces jours-ci, l’anniversaire de la proclamation de la pseudo «RASD».

Il s’agit aussi d’identifier les priorités nationales et les axes d’une coopération Maroc-États insulaires du Pacifique pour le développement durable qui soient concrets, novateurs et réalisables.

Le Forum de Laâyoune, qui sera sanctionné par l’adoption d’une déclaration finale, constitue un cadre idoine pour engager une réflexion profonde sur les défis liés au changement climatique, à la promotion des énergies renouvelables et à la concrétisation des Objectifs de développement durable (ODD), des axes majeurs dans les priorités nationales aussi bien pour le Maroc que pour les pays du Pacifique.

Les ministres des Affaires étrangères et les hauts fonctionnaires et diplomates du Maroc et des pays insulaires, présents dans la capitale du Sahara marocain, vont approfondir les fondements d’une coopération agissante durant les trois prochaines années et touchant notamment les domaines de l’éducation, de l’environnement, du tourisme responsable et soucieux de la préservation des écosystèmes, du transport et du développement durable.

Plusieurs accords et mémorandums d’entente seront signés à cette occasion.
Plusieurs accords de coopération ont été signés, vendredi à Laâyoune, entre le Maroc et des Etats insulaires du Pacifique en vue de donner une forte impulsion à leur partenariat dans différents domaines.

Ces conventions ont été signées par le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, et les chefs de délégation de ces pays ayant pris part au 3e Forum Maroc-Etats Insulaires du Pacifique qui s’est tenu du 26 au 28 février à Laâyoune sous le signe de la consolidation des liens de coopération, de la mise en œuvre des engagements pris dans ce sens, de l’unification des voix et de la promotion de la prospérité partagée.

L’accord d’association conclu en octobre 2019 avec le Royaume-Uni et le Royaume du Maroc s’applique à tous les produits en provenance du Maroc, y compris le Sahara occidental.

L’accord d’association conclu en octobre 2019 avec le Royaume-Uni s’applique à tous les produits en provenance du Maroc, y compris le Sahara occidental, indique le ministre d’État britannique au Moyen-Orient et à l’Afrique du Nord, James Cleverly.

Le Royaume du Maroc et le Royaume-Uni ont scellé, signé Samedi, le 26 octobre 2019 à Londres, un accord d’association global qui restitue, dans le contexte des relations bilatérales, l’ensemble des avantages qu’ils s’accordaient mutuellement dans le cadre de l’Accord d’Association Maroc-Union européenne. Signé par le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita et le secrétaire d’Etat auprès du ministère des Affaires étrangères et du Commonwealth, Andrew Murrison, chargé de la région MENA et du développement international, cet accord entrera en vigueur une fois que les accords UE-Maroc cesseront de s’appliquer pour le Royaume-Uni, après le Brexit. Outre cet accord, les deux parties ont procédé à la signature de trois instruments juridiques, à savoir la déclaration politique entre le Maroc et le Royaume Uni et deux accords sous forme d’échange de lettres, portant, d’une part, sur un mécanisme de règlement des différends et, d’autre part, sur un accord mutuel sur l’accès au marché britannique de l’ensemble des produits issus, notamment, de la région du Sahara marocain.

«L’accord d’association Maroc-Grande-Bretagne traite les produits originaires du Sahara occidental de la même manière que l’accord d’association Maroc-Union européenne». Telle a été la délaration du ministre d’État britannique au Moyent-Orient et à l’Afrique du Nord, James Cleverly, en réponse à une question qui lui a été insidieusement posée hier lundi 24 février à Londres, par un député travailliste pro-polisario, Hywel Williams pour ne pas le nommer.

«Une fois entré en vigueur (…) cet accord s’appliquera de la même manière que l’accord d’association UE-Maroc», a accentué le responsable gouvernemental britannique, assurant que «l’application de parties de l’accord d’association Royaume-Uni-Maroc à certains produits originaires du Sahara occidental est sans préjudice de notre position sur le statut du Sahara occidental».
Le Royaume-Uni, qui ne reconnaît pas la «rasd», n’a jamais considéré que le Sahara était «occupé» par le Maroc, relevant (simplement) que le statut de cette région du royaume reste «indéterminé» en regard du processus politique engagé en 2007 sous l’égide de l’ONU, sur la base de l’offre marocaine d’autonomie, pour trouver une issue réaliste et pragmatique au différend créé autour du Sahara.

Le 26 octobre 2019, le Royaume-Uni avait signé avec le Maroc un accord d’association visant à assurer la continuité des relations entre les deux pasy suite à la sortie de la GB de l’Union européenne.

Nasser Bourita: Un Etat voisin invite les autres pays à ne pas participer au Forum de Crans Montana.

Des documents officiels émanant «malheureusement d’un Etat voisin», invitent les autres pays à ne pas participer au Forum de Crans Montana prévu prochainement à Dakhla. C’est ce qu’a révélé le ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.

«Le Forum Crans Montana sera tenu à la date prévue et connaîtra le même succès que les années précédentes, étant donné que la logique du Maroc a été toujours une logique de construction», a-t-il assuré lors d’un point de presse vendredi à l’occasion de l’ouverture du consulat général de Djibouti à Dakhla.

«Le Maroc défend toutes les opportunités de coopération et de dialogue dans les provinces du Sud et si une partie veut se mettre en travers de cette logique, qu’elle assume ses responsabilités. Le Royaume connaît bien son chemin et n’en déviera pas», a-t-il ajouté.

Le ministre a réaffirmé que la souveraineté du Maroc sur le Sahara «ne fait pas l’objet d’un processus qui consiste à convaincre une partie bien connue de s’engager dans un effort constructif pour mettre fin à ce conflit artificiel». Et de rappeler que le royaume «ne place jamais sa souveraineté sur son Sahara sur la table de négociations ou de tout autre processus».

Lors d’un point de presse animé le vendredi 28 février avec son homologue du Burundi, Bourita a indiqué l’Etat «qui se prépare à rédiger des communiqués et rappeler son ambassadeur pour consultation» à «continuer sur cette voie». Une allusion faite aussi à l’Algérie, qui a été le seul pays à réagir aux ouvertures de consulats de pays africains au Sahara.

« Le Maroc compte des pays amis tandis que ses ennemis entretiennent juste des relations d’affaires. » Jean-Paul Carteron, Président Fondateur du Forum de Crans Montana.

Le ministère des Affaires étrangères algérien Sabri Boukadoum, avoue que son pays veille à « jeter l’huile sur le feu » en permanence dans ses relations avec le Royaume du Maroc.

Lire aussi:

Algérie: Prévue ce mercredi 26 février, pourquoi la visite de la MAE espagnole Arancha González Laya a été reportée?

Le Royaume du Maroc, la nouvelle puissance «les bons choix politiques».

About gherrrabi

Check Also

Algérie: Partage des vaccins avec la Tunisie… « la poudre aux yeux »

L’Algérie avait promet qu’elle partagera son premier lot de vaccin anti-Covid-19 avec la Tunisie, en …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *