JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Home / COOPÉRATION / Sa Majesté le Roi Mohammed VI appelle à surmonter les divergences dans le Grand Maghreb

Sa Majesté le Roi Mohammed VI appelle à surmonter les divergences dans le Grand Maghreb

« Sa Majesté le Roi Mohammed VI appelle à surmonter les divergences dans le Grand Maghreb… » Pedro I. Altamirano.

La Méditerranée n’est pas une cause perdue, c’est une cause désunie

Pedro I. Altamirano. Malaga, 8 novembre 2021.- « Le brief est bon, deux fois bon« . Dit un dicton populaire castillan. Ce à quoi je fais référence, c’est ce qu’a dit Sa Majesté le Roi Mohammed VI dans son récent discours au peuple marocain à l’occasion de la commémoration du 46e anniversaire de la Marche verte.

Il dit textuellement «Nous voulons saisir cette occasion pour exprimer à nos cinq peuples maghrébins, Nos vœux sincères d’atteindre plus de développement et de prospérité, dans l’unité et la stabilité», qui dit tout à la fin d’un discours clair, retentissant et plein de force lorsqu’il s’agit de l’unité territoriale du Royaume.

Main tendue de la clarté des positions. Appel à surmonter les problèmes qui divisent pour se concentrer sur ceux unissent, sur la base du respect mutuel et du développement commun. Les grands hommes d’État ne sont pas ceux qui pensent à l’expansionnisme impérial, mais à ceux qui ont la capacité de s’unir et de grandir à partir de la compréhension, de ce qui unit. C’est le message de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, d’où la grandeur de la phrase. Mais si on l’analyse dans son ensemble, cela va au-delà de ce qui pourrait être analysé en première lecture. Elle correspond parfaitement aux besoins sociaux post Covid-19, qui doivent passer par la mise en avant des besoins de l’être humain, au-dessus de toute autre considération.
Le Maghreb dans son ensemble, a l’obligation, de par l’influence méditerranéenne, du col Despeñaperros en Andalousie aux rives du fleuve du Niger, des plages de Dakhla aux sables pas si lointains du désert libyen, de revenir, comme dit l’Hymne d’Andalousie, pour revenir à ce que nous étions, un homme de lumière que nous avons donné aux hommes, un homme à l’âme d’homme, pour redevenir ce changement qui illumine à nouveau la Méditerranée, de la paix et de la tolérance.

La Méditerranée doit redevenir ce qu’elle était. Le centre culturel, scientifique, social et économique que nous avons perdu lorsque nous avons perdu l’unité. Ce n’est qu’à partir de l’unité que nous serons à nouveau grands, riches et pacifiques, mais surtout tolérants et donc frères. Nous ne pouvons pas nous permettre, en tant que peuples méditerranéens, de continuer sur la voie de la désunion. Nous ne pouvons pas continuer à faire passer les intérêts de quelques-uns avant l’intérêt général face à un avenir changeant, plein de dangers et d’incertitudes, oui, mais aussi plein d’opportunités que nous ne pouvons pas nous permettre de manquer.
Je suis Andalou. Dans mon sang, comme dans le sang de la grande majorité d’entre nous qui habitons la péninsule ibérique, nous portons le souvenir de l’époque où nous étions le même peuple. Je connais l’histoire de ma ville, l’Andalousie, mais je n’ai jamais su mettre des frontières sur ma culture que tant d’entre nous partagent. C’est pourquoi j’ai parfois honte quand je me souviens de nos grands voyageurs comme Ibn Battouta (né à Tanger et mort pendant le Sultanat de mérinides), de nos philosophes et scientifiques comme Averroès (né à Cordoue et mort à Marrakech) ou Abraham Maimómides (né à Cordoue et mort au Caire) et je pense à ce qu’ils diraient de cette division actuelle de notre culture. Je n’en doute pas, ils diraient la même phrase que Sa Majesté le Roi Mohammed VI vient de prononcer «Nous voulons saisir cette occasion pour exprimer à nos cinq peuples maghrébins, Nos vœux sincères d’atteindre plus de développement et de prospérité, au sein de l’unité et de la stabilité.. .».

Sommes-nous maintenant capables de comprendre la profondeur de la phrase du Monarque Alaouite ?

Il y recueille la somme de notre culture fondée sur la paix, la science et la tolérance, dans notre unité. L’affinité avec ces monarques andalous, qui ont fait de l’Andalousie le paradis dans lequel notre terre est devenue, n’a été vaincue que par la désunion, lorsque nous nous sommes divisés en Royaumes de Taifa¹, pour notre perte et nos gains pour les autres. C’est une phrase qui nous montre le chemin de la renaissance de notre culture commune vers laquelle nous ne pouvons cesser d’aller.

C’est pourquoi j’ose me joindre à l’appel de Sa Majesté le Roi Mohammed VI concernant le message de paix et d’unité. Du respect à notre diversité, à nos territoires, à nos croyances, à nos manières de voir la vie, mais ensemble dans ce qui nous unit, une culture millénaire de paix et de tolérance. Il est temps pour nos frères mauritaniens, algériens, tunisiens, libyens, maliens, et pourquoi pas égyptiens et andalous, de répondre à l’appel d’un monarque homme d’Etat qui voit clair dans le futur et nous montre la voie. Rompons avec le passé et préparons l’avenir.

Sa majesté le Roi Mohammed VI a adressé, samedi 6 novembre 2021, un discours à son peuple fidèle à l’occasion du 46e anniversaire de la glorieuse Marche verte.

Voici le texte intégral du Discours royal:

« Louange à Dieu, Prière et salut sur le Prophète, Sa famille et Ses compagnons.

Cher peuple,

C’est avec une immense fierté que nous commémorons aujourd’hui le quarante-sixième anniversaire de la Marche Verte. Cette glorieuse épopée est célébrée dans un contexte marqué par de nombreux acquis et des défis multiples. En effet, notre Cause nationale s’inscrit désormais dans une dynamique positive imparable.

De fait, la Marocanité du Sahara est une vérité aussi pérenne qu’immuable; elle ne souffre, de ce fait, aucune contestation d’abord, parce que la légitimité de notre Cause est validée par les annales de l’Histoire, ensuite parce que tel est le vœu profond et le souhait ardent de la population sahraouie enfin parce qu’une reconnaissance internationale d’envergure vient l’entériner.

Cher peuple,

Avec l’aide et la bénédiction de Dieu, nous avons progressé ces derniers mois, avec calme et sérénité, dans l’action engagée pour défendre notre Sahara.

A ce propos, il nous faut saluer Nos Forces Armées Royales qui, le 13 novembre 2020, ont restauré la libre circulation des personnes et des marchandises au point de passage Guerguerat, reliant les deux pays frères, le Maroc et la Mauritanie. Cette action pacifique ferme a mis un terme aux provocations et aux agressions dont le Maroc avait déjà signalé à la communauté internationale la gravité pour la sécurité et pour la stabilité de la région.

De manière aussi constructive, Nous apprécions de voir croître et s’amplifier le soutien concret dont jouit notre Cause juste. A cet égard, la décision souveraine des Etats-Unis d’Amérique de reconnaître la souveraineté pleine et entière du Maroc sur son Sahara constitue un sujet de fierté pour Nous. Elle est le corollaire naturel de l’appui constant des administrations américaines antérieures et l’illustration de leur apport constructif au processus de règlement de la question du Sahara.

Cette orientation affermit le caractère irréversible du processus politique en marche : il est voué à mettre en place une solution définitive fondée sur l’Initiative d’autonomie, sous souveraineté marocaine. Par ailleurs, la décision de plus de vingt-quatre pays d’ouvrir un consulat à Laâyoune ou à Dakhla confirme le large soutien dont bénéficie la position marocaine, surtout au sein de l’environnement arabo-africain de notre pays.

C’est assurément la meilleure réponse juridique et diplomatique à ceux qui prétendent que la reconnaissance de la Marocanité du Sahara n’a pas de visibilité franche et concrète sur le terrain. Aujourd’hui, nous sommes tout à fait fondés à attendre de nos partenaires qu’ils formulent des positions autrement plus audacieuses et plus nettes au sujet de l’intégrité territoriale du Royaume. De telles positions contribueront à renforcer le processus politique en cours, à appuyer les efforts déployés pour parvenir à une solution définitive réalisable.

Cher peuple,

Pour le Maroc, son Sahara n’est pas à négocier. Aujourd’hui comme dans le passé, la Marocanité du Sahara ne sera jamais à l’ordre du jour d’une quelconque tractation.

En fait, si nous engageons des négociations, c’est essentiellement pour parvenir à un règlement pacifique de ce conflit régional artificiel. Sur cette base, Nous réaffirmons l’attachement du Maroc au processus politique conduit par l’ONU. Nous réitérons également notre engagement en faveur de la recherche d’une solution pacifique, pour le maintien du cessez-le-feu et de la poursuite de la coordination et de la coopération avec la Minurso, dans la stricte limite des attributions qui lui sont assignées.

A cet égard, Nous renouvelons à Son Excellence le Secrétaire général des Nations unies, Monsieur António Guterres et à son envoyé personnel, notre soutien total pour les efforts qu’il déploie afin que soit relancé le processus politique dans les plus prompts délais. A ce propos, Nous insistons sur la nécessité de se conformer aux paramètres définis par les résolutions successives du Conseil de sécurité depuis 2007 et qui ont été consacrés dans les rencontres tenues à Genève, sous l’égide des Nations Unies.

Cher peuple,

Les développements positifs de l’affaire du Sahara confortent également la dynamique de développement soutenue dans nos provinces du Sud.

En effet, celles-ci connaissent un essor général, illustré par le développement des infrastructures et la réalisation de projets économiques et sociaux. Grâce à ces projets, les régions du Sahara sont devenues, désormais, un espace ouvert aux opportunités de développement et une plateforme propice à l’investissement national et étranger.

Dieu soit loué, nous avons dans la région des partenaires internationaux de bonne foi qui, en toute clarté et en toute transparence, investissent aux côtés du secteur privé national et contribuent ainsi au bien-être de la population.

A cet égard, Nous tenons à exprimer Notre considération aux pays et aux groupements qui sont liés au Maroc par des conventions et des partenariats et pour qui nos provinces du Sud constituent une partie intégrante du territoire national. En revanche, à ceux qui affichent des positions floues ou ambivalentes, Nous déclarons que le Maroc n’engagera avec eux aucune démarche d’ordre économique ou commercial qui exclurait le Sahara marocain.

Par ailleurs, Nous considérons que les conseils élus démocratiquement, librement et de manière responsable dans les provinces et régions du Sahara sont les véritables représentants légitimes de la population locale. Notre souhait est que ces conseils soient une force motrice pour mettre en œuvre la régionalisation avancée, compte tenu de sa vocation à offrir de réelles perspectives de développement et à favoriser une véritable participation politique.

Cher peuple,

Clé de voûte de l’unité nationale du Royaume, la question du Sahara est la Cause qui rassemble tous les Marocains. Par conséquent, il appartient à chacun, selon sa position et son statut, de rester mobilisé et vigilant en vue de défendre l’unité nationale et l’intégrité territoriale du pays, de consolider les réalisations accomplies dans nos provinces du Sud, en matière politique et en termes de développement.

C’est le meilleur gage de fidélité au serment éternel de la Marche Verte, à la mémoire immaculée de son artisan, Notre Vénéré Père, feu Sa Majesté le Roi Hassan II, que Dieu ait Son âme, ainsi qu’aux valeureux martyrs de la Patrie. C’est également l’occasion pour Nous d’adresser aux cinq peuples du Maghreb, Nos vœux les plus sincères d’unité et de stabilité, de progrès et de prospérité.

Pour conclure, Nous rendons un vibrant hommage et exprimons Notre considération aux Forces Armées Royales, à la Gendarmerie Royale, à la Sûreté nationale, aux Forces auxiliaires, à l’Administration territoriale et à la Protection Civile, toutes composantes confondues, pour leur mobilisation constante, sous Notre commandement, à défendre l’unité nationale et à préserver la sécurité et la stabilité du pays.

Wassalamou alaikoum warahmatoullahi wabarakatouh ».

¹: Une taïfa (arabe : طائفة) ou royaume de taïfa (arabe : ملوك الطوائف : parti, groupe ou faction) est un royaume (émirat) musulman indépendant formé après la dissolution du Califat de Cordoue en 1031 situé dans la partie de la péninsule ibérique musulmane.

About gherrrabi

Check Also

ONU: Mountaga Diop met en avant le leadership et la politique migratoire du Maroc à New York

Le leadership du Maroc dans le domaine de la migration a été mis en avant …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *