Home / Fashion / Beauty / Rwanda : le gouvernement interdit les crèmes éclaircissantes [Vidéo]

Rwanda : le gouvernement interdit les crèmes éclaircissantes [Vidéo]

La peau noire concentre une très importante dose de melanine – le pigmentqui donne à la peau, aux yeux et aux cheveux leur couleur. Or, par le biais de la colonisation et de l’idéologie raciste véhiculée à l’époque, la couleur sombre est rapidement devenue un marqueur identitaire péjoratif, associé aux classes socio-économiques et culturelles les plus défavorisées. Cette image a été intériorisée par les différentes populations africaines, et ce, pendant des siècles.Certains « colonisés » ont donc cherché à imiter la couleur de peau ou les caractéristiques physiques des colons, dans le but d’améliorer leur condition de vie et leur image.

Les produits éclaircissant sont ainsi rapidement devenus une nouvelle manne financière.

D’ici à 2024, les profits issus de cette industrie pourraient cumuler à 25 milliards d’euros à l’échelle mondiale. Le marché asiatique seul ferait près de 4,68 milliards d’euros de profit dans les quatre prochaines années. Le marché hexagonal lui est en plein essor : entre 1 et 5 millions de Français auraient indiqué une ascendance africaine. Sans compter la présence d’une diaspora africaine importante en France. Combien de personnes utilisent alors ce type de produits ? Il suffit de se promener au nord de la capitale parisienne, dans les quartiers de Château rouge, ou Château d’Eau, pour remarquer que l’industrie de la « peau blanche » a pignon sur rue.
Paul Kagame, président du Rwanda et son administration ont déclaré une guerre sans merci aux produits éclaircissants toxiques, avec une volonté affichée de retirer le blanchiment de la peau des habitudes cosmétiques des rwandais.
Le blanchiment de la peau est une pratique courante et persistante surtout en Afrique noire. Mais serait selon les experts, à l’origine d’une grosse proportion des dermatoses, tumeurs, cancers et autres maladies de la peau dans les pays à grosse consommation des produits éclaircissants.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), En Afrique, 77% des consommateurs de produits éclaircissants seraient nigérians , suivis de l’Afrique du Sud avec 35%, du Togo avec 29 % et enfin le Mali avec 25%. Il n’en demeurerait pas moins que le phénomène serait récurrent à tous les pays à population noire offrant souvent des défis de santé publique.

Kagame initie une campagne anti blanchiment
Le président rwandais, concerné par la polémique suscitée sur la toile par la campagne publicitaire pour une gamme de produits éclaircissants menée par le Top model Angela Renee White, alias Blac Chyna, aurait sommé tous les services concernés par le phénomène ; Police, Ministère de la Santé, et Services sociaux de mettre un terme à la pratique du blanchiment au sein de sa population. Débutée fin Novembre, la campagne s’attela selon la presse locale à d’abord retirer du commerce toutes les gammes de produits cosmétiques contenant des substances éclaircissantes mais avérées hautement cancérigènes comme l’Hydroquinone ou le Mercure.

A Lire aussi  RDC : l’Union africaine appelle Kinshasa à suspendre la proclamation des résultats des élections, la RDC rejette l'appel...

La ministre de la Santé, la Dr Diane Gashumba, soulignant à la presse que cette répression avait une base légale, en l’occurrence, la loi relative à la réglementation et à l’inspection des produits alimentaires et pharmaceutiques en son article 15, qui stipulerait que « Les produits cosmétiques doivent être exempts de substances toxiques, répondre aux normes de qualité en vigueur dans le pays et être préparés conformément aux principes de bonnes pratiques de préparation applicables »

Répression et Sensibilisation
Passée la phase de répression, l’administration Kagame serait désormais en début d’année à la phase de sensibilisation. Selon François Uwinkindi de l’Unité Cancer du Ministère de la Santé du Rwanda, « Nous déployons davantage d’efforts pour éduquer la population, (…) Nous rejoignons les pays qui luttent également contre l’utilisation de ces cosmétiques illégaux qui éclaircissent la peau ». Pour l’exemple, des messages et de spots publicitaires auraient fait leur apparition, tel « Aimez la peau dans laquelle vous êtes» avec à l’appui une brève présentation des risques pour la santé.

Dr Diane Gashumba aurait signifié que les campagnes de sensibilisation à l’échelle nationale impliqueraient également d’autres organismes tels le Rwanda Standards Board et la Food and Drug Authority, pour un meilleur impact. Certaines personnes, soulignait-elle, utilisant ces produits éclaircissants pour la peau par ignorance.

Urgence d’abandonner le teint clair par forcing

La dépigmentation prend de nos jours une ampleur inquiétante. Face à une situation aussi dangereuse où les amatrices des produits dépigmentants, bien qu’elles vivent au quotidien les conséquences physiques de la pratique, continuent de foncer, la formation et l’information à leur égard s’imposent. Il urge donc d’expliquer aux femmes les risques auxquels elles s’exposent à travers cette pratique. Elles doivent abandonner le changement du teint de la peau, car l’obtention d’une peau claire par forcing est la voie d’une beauté aux conséquences dangereuses. C’est pourquoi le médecin Benoît Kouhakanou a indiqué qu’« il ne faut pas proposer autre chose à ces femmes si ce n’est d’arrêter cette pratique car, ce serait leur faire croire qu’elles peuvent se dépigmenter et c’est une illusion. Si les Noirs peuvent vivre sous le soleil, c’est parce qu’ils sont noirs ». Les utilisateurs des produits pour la dépigmentation exposent leur vie et doivent prendre conscience de cela. Ainsi, les femmes doivent accepter leur peau naturelle et les hommes qui les encouragent à la dépigmentation doivent se résigner, car la peau naturelle est belle, solide et n’a pas besoin de ces produits dégradants qui ne font que l’intoxiquer.
Les amatrices de ces produits dépigmentant connaissent très bien tous les rouages de la pratique. Ce qu’elles ignorent, ce sont les conséquences désastreuses sur leur santé.

Avec, la nouvelle tribune

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Union africaine 2018-2019: Quel héritage le Président Kagame laisse-t-il à l’Union Africaine

Le mandat du Président Paul Kagame à la tête de l’Union Africaine (UA) prendra fin …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *