JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Breaking News
Home / COOPÉRATION / Préfecture de Skhirate-Témara / 46e anniversaire de la glorieuse Marche Verte: cérémonie d’écoute du discours Royal.

Préfecture de Skhirate-Témara / 46e anniversaire de la glorieuse Marche Verte: cérémonie d’écoute du discours Royal.

Préfecture de Skhirate-Témara / 46e anniversaire de la glorieuse Marche Verte: cérémonie d’écoute du discours Royal.

Le 6 novembre n’est pas une simple date dont les Marocains se  remémorent, chaque année, mais c’est une commémoration d’un événement unique en son genre, qui constitue l’une des étapes d’un combat national mené par les Marocains pour recouvrer leur indépendance et parachever l’intégrité territoriale du pays, in fine, une mémoire collective fière. La Marche Verte a été et restera le symbole absolu de la symbiose qui unit indissolublement le Trône et le peuple. Elle est la preuve, qu’ensemble, le Roi et le peuple du Maroc sont capables de relever les défis auxquels la Nation peut être confrontée.

Les Marocains ont suivi avec fierté le discours prononcé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, à l’occasion du 46e anniversaire de la glorieuse Marche Verte.

Comme le veut la tradition, chaque année, la Préfecture Skhirats-Témara rassemble ses hauts cadres pour écouter tous ensemble le discours Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, à l’occasion du quarante-cinquième anniversaire de la glorieuse Marche verte.

Préfecture de Skhirate-Témara, le 06/11/2021. Le Gouverneur de la Préfecture Skhirats-Témara M. Youssef Drais a présidé une cérémonie d’écoute du discours Royal prononcé par SM le Roi Mohammed VI à l’occasion 46e anniversaire de la glorieuse Marche Verte, au siège de la province, Cérémonie à laquelle ont pris part les représentants de l’autorité locale, le corps de la magistrature, les élus, les notables, les chefs des services extérieurs, des personnalités civiles et militaires et les acteurs de la société civile.

Cette cérémonie s’est déroulée dans le respect des mesures sanitaires imposées par les autorités compétentes dans le cadre de la crise du coronavirus.

Sa majesté le Roi Mohammed VI a adressé, samedi 6 novembre 2021, un discours à son peuple fidèle à l’occasion du 46e anniversaire de la glorieuse Marche verte.

Voici le texte intégral du Discours royal:

« Louange à Dieu, Prière et salut sur le Prophète, Sa famille et Ses compagnons.

Cher peuple,

C’est avec une immense fierté que nous commémorons aujourd’hui le quarante-sixième anniversaire de la Marche Verte. Cette glorieuse épopée est célébrée dans un contexte marqué par de nombreux acquis et des défis multiples. En effet, notre Cause nationale s’inscrit désormais dans une dynamique positive imparable.

De fait, la Marocanité du Sahara est une vérité aussi pérenne qu’immuable; elle ne souffre, de ce fait, aucune contestation d’abord, parce que la légitimité de notre Cause est validée par les annales de l’Histoire, ensuite parce que tel est le vœu profond et le souhait ardent de la population sahraouie enfin parce qu’une reconnaissance internationale d’envergure vient l’entériner.

Cher peuple,

Avec l’aide et la bénédiction de Dieu, nous avons progressé ces derniers mois, avec calme et sérénité, dans l’action engagée pour défendre notre Sahara.

A ce propos, il nous faut saluer Nos Forces Armées Royales qui, le 13 novembre 2020, ont restauré la libre circulation des personnes et des marchandises au point de passage Guerguerat, reliant les deux pays frères, le Maroc et la Mauritanie. Cette action pacifique ferme a mis un terme aux provocations et aux agressions dont le Maroc avait déjà signalé à la communauté internationale la gravité pour la sécurité et pour la stabilité de la région.

De manière aussi constructive, Nous apprécions de voir croître et s’amplifier le soutien concret dont jouit notre Cause juste. A cet égard, la décision souveraine des Etats-Unis d’Amérique de reconnaître la souveraineté pleine et entière du Maroc sur son Sahara constitue un sujet de fierté pour Nous. Elle est le corollaire naturel de l’appui constant des administrations américaines antérieures et l’illustration de leur apport constructif au processus de règlement de la question du Sahara.

Cette orientation affermit le caractère irréversible du processus politique en marche : il est voué à mettre en place une solution définitive fondée sur l’Initiative d’autonomie, sous souveraineté marocaine. Par ailleurs, la décision de plus de vingt-quatre pays d’ouvrir un consulat à Laâyoune ou à Dakhla confirme le large soutien dont bénéficie la position marocaine, surtout au sein de l’environnement arabo-africain de notre pays.

C’est assurément la meilleure réponse juridique et diplomatique à ceux qui prétendent que la reconnaissance de la Marocanité du Sahara n’a pas de visibilité franche et concrète sur le terrain. Aujourd’hui, nous sommes tout à fait fondés à attendre de nos partenaires qu’ils formulent des positions autrement plus audacieuses et plus nettes au sujet de l’intégrité territoriale du Royaume. De telles positions contribueront à renforcer le processus politique en cours, à appuyer les efforts déployés pour parvenir à une solution définitive réalisable.

Cher peuple,

Pour le Maroc, son Sahara n’est pas à négocier. Aujourd’hui comme dans le passé, la Marocanité du Sahara ne sera jamais à l’ordre du jour d’une quelconque tractation.

En fait, si nous engageons des négociations, c’est essentiellement pour parvenir à un règlement pacifique de ce conflit régional artificiel. Sur cette base, Nous réaffirmons l’attachement du Maroc au processus politique conduit par l’ONU. Nous réitérons également notre engagement en faveur de la recherche d’une solution pacifique, pour le maintien du cessez-le-feu et de la poursuite de la coordination et de la coopération avec la Minurso, dans la stricte limite des attributions qui lui sont assignées.

A cet égard, Nous renouvelons à Son Excellence le Secrétaire général des Nations unies, Monsieur António Guterres et à son envoyé personnel, notre soutien total pour les efforts qu’il déploie afin que soit relancé le processus politique dans les plus prompts délais. A ce propos, Nous insistons sur la nécessité de se conformer aux paramètres définis par les résolutions successives du Conseil de sécurité depuis 2007 et qui ont été consacrés dans les rencontres tenues à Genève, sous l’égide des Nations Unies.

Cher peuple,

Les développements positifs de l’affaire du Sahara confortent également la dynamique de développement soutenue dans nos provinces du Sud.

En effet, celles-ci connaissent un essor général, illustré par le développement des infrastructures et la réalisation de projets économiques et sociaux. Grâce à ces projets, les régions du Sahara sont devenues, désormais, un espace ouvert aux opportunités de développement et une plateforme propice à l’investissement national et étranger.

Dieu soit loué, nous avons dans la région des partenaires internationaux de bonne foi qui, en toute clarté et en toute transparence, investissent aux côtés du secteur privé national et contribuent ainsi au bien-être de la population.

A cet égard, Nous tenons à exprimer Notre considération aux pays et aux groupements qui sont liés au Maroc par des conventions et des partenariats et pour qui nos provinces du Sud constituent une partie intégrante du territoire national. En revanche, à ceux qui affichent des positions floues ou ambivalentes, Nous déclarons que le Maroc n’engagera avec eux aucune démarche d’ordre économique ou commercial qui exclurait le Sahara marocain.

Par ailleurs, Nous considérons que les conseils élus démocratiquement, librement et de manière responsable dans les provinces et régions du Sahara sont les véritables représentants légitimes de la population locale. Notre souhait est que ces conseils soient une force motrice pour mettre en œuvre la régionalisation avancée, compte tenu de sa vocation à offrir de réelles perspectives de développement et à favoriser une véritable participation politique.

Cher peuple,

Clé de voûte de l’unité nationale du Royaume, la question du Sahara est la Cause qui rassemble tous les Marocains. Par conséquent, il appartient à chacun, selon sa position et son statut, de rester mobilisé et vigilant en vue de défendre l’unité nationale et l’intégrité territoriale du pays, de consolider les réalisations accomplies dans nos provinces du Sud, en matière politique et en termes de développement.

C’est le meilleur gage de fidélité au serment éternel de la Marche Verte, à la mémoire immaculée de son artisan, Notre Vénéré Père, feu Sa Majesté le Roi Hassan II, que Dieu ait Son âme, ainsi qu’aux valeureux martyrs de la Patrie. C’est également l’occasion pour Nous d’adresser aux cinq peuples du Maghreb, Nos vœux les plus sincères d’unité et de stabilité, de progrès et de prospérité.

Pour conclure, Nous rendons un vibrant hommage et exprimons Notre considération aux Forces Armées Royales, à la Gendarmerie Royale, à la Sûreté nationale, aux Forces auxiliaires, à l’Administration territoriale et à la Protection Civile, toutes composantes confondues, pour leur mobilisation constante, sous Notre commandement, à défendre l’unité nationale et à préserver la sécurité et la stabilité du pays.

Wassalamou alaikoum warahmatoullahi wabarakatouh ».

La Marche Verte, symbole de la symbiose qui unit Trône et peuple

Le 16 octobre 1975, l’avis de la Cour Internationale de Justice déclara que le territoire n’était pas ter­ra nullius lors de la colonisation. Pour ce qui concerne la seconde question, la C.I.J reconnut «l’existence, au moment de la colonisation espagnole, de liens juridiques d’allégeance entre le Sultan du Maroc et certaines des tribus vivant sur le territoire du Sahara Occidental ».

Sur la base de l’avis de la Cour, Sa Majesté Le Roi Has­san II pouvait alors prendre la décision historique d’appeler le Peuple maro­cain à une Marche verte (al Massira al khadra) pour entrer en possession de son territoire.

Le 16 octobre 1975, Feu Sa Majesté Le Roi Hassan II avait annoncé l’organisation de la plus grande marche pacifique de l’Histoire, la Marche Verte, à laquelle avaient participé 350.000 Marocains. Cette marche a permis la libération des provinces du Sud et la réintégration par nos compatriotes sahraouis de la mère-patrie. Elle a ainsi mis fin à près de trois quarts de siècle de colonisation et d’occupation et a permis à notre pays de parachever son intégrité territoriale dans ses frontières du Sud. D’une même voix, les marocains ont écrit un chapitre incontournable de l’Histoire du Maroc qui se veut indivisible. Et depuis, la Marche verte fait partie intégrante de l’identité d’un peuple pour renouveler un pacte d’union et rappeler que l’intégrité territoriale est une réalité historique pour un peuple dévoué.

L’événement de la marche est un fait social et psychologique, il s’agit du fait historique marquant que les Marocains ont connu après l’indépendance. Le 5 Novembre 1975, Sa Majesté Le Roi Hassan II avait adressé un discours aux volontaires devant participer à cette marche en disant: « Demain, tu franchiras la frontière. Demain, tu entameras ta Marche. Demain, tu fouleras une terre qui est tienne. Tu palperas des sables qui sont tiens. Demain, tu embrasseras un sol qui fait partie intégrante de ton cher pays ».

Le nombre des participants équivalait au nombre de naissances au Maroc durant cette période. En fait, il n’a pas été difficile pour le Roi de convaincre les citoyens marocains à se déplacer au Sahara, la relation étant étroite entre le trône et le peuple.

Armés de la seule foi en la justesse de leur cause, brandissant le Saint Coran et le drapeau national, 350.000 volontaires civils, venant de toutes les régions du Royaume, ont répondu à l’appel lancé par Feu SM Hassan II, tous vers Tarfaya dans parfaite symbiose entre un Roi militant et un peuple valeureux.

Cette marche témoigne aussi de l’intelligence d’un Roi unificateur qui a réussi, de manière civilisée et pacifique à la faveur d’une conviction ferme en le droit au recouvrement des provinces du Sud, à faire hisser, le 28 février 1976, le drapeau national dans la ville de Laâyoune, annonçant ainsi la fin de la présence coloniale dans le Sahara marocain. Ce peuple courageux a ainsi pu concrétiser ses objectifs en brisant les frontières artificielles entre les enfants de la même Patrie.

La Marche verte finit par ouvrir la voie à l’accord de Madrid, du 14 novembre 1975, signé par l’Espagne, le Maroc et la Mauritanie, fixant les modalités de rétrocession des territoires avant février 1976.

Telle est l’histoire telle qu’elle s’est déroulée, au-delà du fait que diverses interprétations ont conduit ce processus d’unification à de longues négociations internationales afin de garantir la paix, la stabilité et la sécurité de la région, le droit au bien-être et le développement de notre peuple, ainsi qu’une relation équilibrée et respectueuse avec les pays voisins.

About gherrrabi

Check Also

Cameroun: La menace terroriste plane sur la CAN 2021, l’Algérien, Mourad Bouakkaz, ancien terroriste et agent du (DRS) [Vidéo]

Un homme averti en vaut deux Mourad Bouakkaz, ancien terroriste et agent du (DRS) vient …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *