JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Breaking News
Home / COOPÉRATION / Message à la nation de SEM. Alassane Ouattara, à l’occasion de la célébration du 61 ème anniversaire de indépendance de la Côte D’Ivoire

Message à la nation de SEM. Alassane Ouattara, à l’occasion de la célébration du 61 ème anniversaire de indépendance de la Côte D’Ivoire

Message à la nation de SEM. Alassane Ouattara, à l’occasion de la célébration du 61 ème anniversaire de indépendance de la Côte D’Ivoire

Le président Ouattara annonce des libérations et des grâces dans un geste d’apaisement
Dans un discours prononcé à la veille de la fête de l’indépendance. SEM. Alassane Ouattara a fait un nouveau geste d’apaisement dans le processus de réconciliation des Ivoiriens, en annonçant avoir accordé la grâce la grâce à neuf personnes condamnées pour des infractions commises à l’occasion de aux évènements survenus à l’occasion de l’élection présidentielle d’octobre 2020 et la mise sous contrôle judiciaire ou en liberté provisoire de 69 inculpés détenus. Le chef de l’État tente de répondre ainsi à ses opposants, les anciens présidents Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié.

On l’attendait beaucoup sur le terrain de la décrispation, Alassane Ouattara y a consacré quelques lignes et a rajouté une séquence qu’il affectionne, un point sur l’état de la Nation. Les attaques terroristes sont désormais maîtrisées, s’est réjoui le président, fier aussi de sa gestion de la Covid-19. Le chef d’État a communiqué un bilan de « un million d’Ivoiriens vaccinés, une mortalité faible et un taux de croissance économique de 2% », rapporte notre correspondant à Abidjan, Jean-Luc Aplogan.

Sur le plan politique, la Côte d’Ivoire a réussi, selon Alassane Ouattara, à aller au bout de son cycle électoral, en organisant une présidentielle et des législatives. Le chef de l’État fait remarquer que pour la première fois, depuis de longues années, tous les partis sont représentés au Parlement.

Volonté de réconciliation

Il a regretté les violences meurtrières et rendu hommage aux victimes. Il répond positivement aux requêtes de l’opposition – dialogue, réconciliation, libération de prisonniers – mais il souligne qu’il a toujours été à l’initiative sur ce terrain-là.

Le président Ouattara salue la rencontre Bédié-Gbagbo et celle qu’il a eue avec l’ancien président Laurent Gbagbo le 27 juillet. Rien ne doit entraver la bonne marche de la Côte d’Ivoire, mais tout doit se faire dans le respect des lois et des institutions, précise le capitaine du bateau ivoirien.

Comme attendu Alassane Ouattara a annoncé la libération provisoire de 69 personnes et la grâce de 9 autres détenus arrêtés au moment des violences politiques lors de la dernière présidentielle. Pour rappel, l’ancien président Gbagbo avait donné une liste de 110 noms de détenus qu’il souhaitait voir libérer. « L’examen de la situation d’autres personnes encore détenues se poursuit », a-t-il affirmé. Le président Ouattara a aussi annoncé 3 000 autres grâces pour des détenus à qui il restait un an ou moins à purger.

Ci-après le discours intégral du Président Alassane Ouattara.

Ivoiriennes, Ivoiriens,
Mes chers compatriotes,
Chers amis de la Côte d’Ivoire ;
C’est toujours pour moi une immense joie de m’adresser à vous, chaque année, à l’occasion de la commémoration de l’indépendance de notre beau pays, la Côte d’Ivoire.
Notre pays célèbre demain, ses 61 ans d’indépendance. 61 ans d’histoire contemporaine, 61 ans d’expériences tirées de notre marche commune vers le développement.
C’est également l’occasion, pour nous, de jeter un regard rétrospectif sur les événements, heureux ou malheureux, auxquels nous avons su faire face. Cette histoire commune, vécue de génération en génération, doit nous servir à faire toujours plus et toujours mieux, pour l’épanouissement des Ivoiriens et la grandeur de notre Nation.
Mes chers compatriotes,
Chers frères, chères sœurs,
Dans ce moment de commémoration, je voudrais saluer la mémoire du plus illustre de nos devanciers, le Président Félix Houphouët-Boigny, ainsi que celle de tous nos aînés qui ont mené, à ses côtés, cette lutte pour notre indépendance.
Je veux également saluer la mémoire de tous les bâtisseurs et de toutes les personnalités qui ont apporté leur pierre à l’édifice de construction de notre beau pays.
Je voudrais rappeler, avec émotion, le souvenir de la perte brutale de mes fils, feu Amadou GON COULIBALY et feu Hamed BAKAYOKO, qui ont été arrachés trop tôt à notre affection.
J’ai une pensée pieuse pour ces deux Hommes d’Etat, dont la vie et l’action ont fortement impacté notre pays ainsi que pour tous ceux et celles qui nous ont quittés.
Nous devons puiser en nous-mêmes les ressources nécessaires pour surmonter ces événements douloureux et poursuivre leur ambition pour notre pays.
Mes chers compatriotes,
Ce jour de souvenir nous donne également l’occasion de faire l’état de la Nation.
Au plan politique, nous sortons d’un cycle électoral complet, avec l’organisation de l’élection présidentielle, en octobre 2020, et des élections législatives, en mars 2021.
Ce processus électoral a fait l’objet d’un dialogue inclusif, avec l’ensemble des acteurs politiques et ceux de la société civile. Il a abouti à un consensus national autour des conditions d’élections justes, transparentes et démocratiques.
En dépit des efforts déployés par les différentes parties prenantes au dialogue, l’élection présidentielle a malheureusement été entachée d’incidents, suite à l’appel de certains responsables de l’opposition, à la désobéissance civile. Cela s’est soldé par des pertes en vies humaines, des blessés, la fragilisation du tissu social et des dégâts matériels importants.
Je voudrais, à nouveau, m’incliner devant la mémoire des victimes et exprimer toute notre compassion à leurs proches.
C’est le lieu de réaffirmer mon attachement au dialogue constructif, qui permet d’apaiser davantage notre pays et d’aller de l’avant, pour son développement.
Ainsi, dans un souci de paix et de cohésion nationale, j’ai instruit le Gouvernement de poursuivre le dialogue politique, pour créer les conditions d’une participation plus importante de l’opposition dans la vie politique nationale, dans le respect des Institutions de la République.
Je me réjouis donc que l’opposition ait pris part aux élections législatives de mars 2021. Nous avons aujourd’hui une Assemblée Nationale plurielle, pour la première fois depuis deux décennies, comprenant tous les partis politiques significatifs de notre pays.
Ce dialogue, je l’ai poursuivi moi-même avec mon aîné, le Président Henri Konan Bédié, le 11 novembre 2020, et plus récemment, avec mon jeune frère, le Président Laurent Gbagbo, le mardi 27 juillet 2021. Je salue la rencontre de mes deux frères, à Daoukro, deux semaines auparavant.
Mes chers compatriotes,
Au plan sécuritaire, notre pays fait face à des menaces terroristes, notamment à notre frontière nord.
Les velléités d’attaques terroristes sont sous contrôle grâce au professionnalisme et à l’esprit républicain de nos forces armées. Je les félicite et je leur renouvelle toute ma confiance.
Je m’incline devant la mémoire de tous ceux qui sont tombés au champ d’honneur, pour la défense de notre patrie. Je tiens à rassurer l’ensemble de nos populations que le Gouvernement ne ménagera aucun effort pour garantir la sécurité des personnes et des biens, sur l’ensemble du territoire national.
L’Etat continuera à mettre les moyens nécessaires à la disposition de nos Forces de Défense et de Sécurité, notamment en matière d’équipement et de formation à travers l’Académie Internationale de Lutte Contre le Terrorisme (AILCT) de Jacqueville.
Mes chers compatriotes,
Depuis mars 2020, la Côte d’Ivoire, à l’instar du monde entier, subit les impacts négatifs sociaux et économiques de la crise de la COVID-19.
En dépit de la justesse et de l’ampleur de la riposte du Gouvernement, les effets socio-économiques de cette crise se ressentent au niveau des populations et des entreprises en Côte d’Ivoire.
Je regrette particulièrement l’augmentation du prix de certaines denrées de première nécessité.
Cependant, je me réjouis, qu’après concertation avec le secteur privé, des mesures conservatoires aient été prises lors du Conseil des Ministres du 21 juillet dernier, notamment sur l’encadrement des prix des produits tels que le riz, l’huile, la farine et la viande de bœuf.
Afin de trouver une solution pérenne à cette problématique, le Gouvernement travaillera au renforcement du contrôle et de la surveillance des prix sur les marchés, à l’amélioration de l’offre des denrées alimentaires, ainsi qu’à l’accélération du développement de l’industrie agroalimentaire.
Je regrette également les coupures d’électricité que nous avons subies, de mi-avril à mi-juillet 2021, et qui ont causé de nombreux désagréments aux populations et aux entreprises.
Cette situation conjoncturelle est aujourd’hui derrière nous avec, notamment, la résolution des pannes techniques, et l’entrée en production de nouvelles centrales électriques dont la mise en service avait été retardée en raison de la pandémie de COVID-19.
Je voudrais saluer mes concitoyens ainsi que toutes les populations vivant en Côte d’Ivoire qui ont fait preuve de compréhension et de patience durant cette période difficile.
Mes chers compatriotes,
Notre pays poursuit sa marche vers le développement en dépit de ces difficultés conjoncturelles et du contexte particulier lié à la pandémie de COVID-19.
Les actions menées par le Gouvernement ont permis d’améliorer, de manière substantielle, les conditions d’accès à la santé, à la protection sociale, à l’éducation, à l’emploi, à l’électricité et à l’eau potable.
La résilience de notre économie, combinée à l’efficacité de notre plan de riposte économique et sanitaire, a permis de faire face à cette crise, avec un taux de croissance positif d’environ 2% en 2020, contre une contraction de 3% au niveau mondial.
Par ailleurs, plus d’un million de doses de vaccins ont déjà été administrées, et la bonne prise en charge des patients a permis d’avoir un taux de mortalité qui se situe parmi les plus bas au monde. Je salue les efforts du Gouvernement, dirigé par le Premier Ministre Patrick Achi, et je félicite l’ensemble des acteurs impliqués dans la lutte contre cette pandémie. Toutefois, la maladie est toujours présente, avec l’apparition de nouveaux variants dans le monde.
J’invite donc tous nos concitoyens à se faire vacciner, comme moi-même, et à continuer à respecter les mesures barrières.
Mes chers compatriotes,
Chers frères, chères sœurs,
Mon ambition est d’aller encore plus loin dans la transformation de notre pays et l’amélioration des conditions de vie de chacun de nos compatriotes. Pour ce faire, nous devons être unis. C’est la base de notre programme : « Une Côte d’Ivoire Solidaire ».
La Côte d’Ivoire a besoin du génie et de la force de travail de tous ses enfants, notamment de ses jeunes et de ses femmes.
C’est pourquoi, nous allons accélérer l’accès des populations à l’éducation, à la santé et aux financements des projets, à travers la mise en place d’un nouveau Programme Social du Gouvernement (PSGouv), qui viendra consolider les bases du programme initial, tout en mettant l’accent sur les zones de fragilité telles que le Nord-Est. Nous allons également poursuivre le développement du secteur privé et promouvoir l’émergence de champions nationaux, afin de créer plus d’emplois pour nos jeunes.
Par ailleurs, notre administration doit être plus exemplaire en matière d’efficacité et d’intégrité. Ainsi, nous continuerons à faire la promotion de la bonne gouvernance et à lutter contre la corruption, avec force et détermination.
Mes chers compatriotes,
Notre pays a la capacité de faire face à tous les défis pour offrir, à chacune de ses filles et à chacun de ses fils, une vie meilleure.
Pour cela, rien ne doit entraver la marche de la Côte d’Ivoire vers son développement, et le bien-être de chacun. C’est pourquoi, je me réjouis de toutes les initiatives visant à l’apaisement. Je ne ménagerai aucun effort pour cela, dans le respect de la loi et des Institutions.
Je note la mise sous contrôle judiciaire ou en liberté provisoire, par les juridictions compétentes, de soixante-neuf (69) inculpés détenus suite aux événements survenus à l’occasion de l’élection présidentielle d’octobre 2020.
Ce vendredi 6 août, j’ai procédé à la signature d’un décret accordant la grâce à neuf (09) personnes condamnées pour des infractions commises à l’occasion de ces mêmes événements. L’examen de la situation d’autres personnes encore détenues se poursuit.
Par ailleurs, j’ai aussi procédé à la signature d’un décret accordant une remise gracieuse de peine à trois-mille (3000) condamnés, dont la peine restant à exécuter est inférieure ou égale à un (01) an. Bien évidemment, cette mesure ne concerne pas les personnes condamnées pour des crimes de sang.
Mes chers compatriotes,
Chers frères, chères sœurs,
Pour terminer, je veux insister sur la nécessité de renforcer la cohésion sociale en vue de consolider l’atmosphère de paix et de sécurité durement acquise.
Nous devons continuer, sans relâche, à nous rassembler afin de relever, ensemble, le défi de notre génération ; celui de bâtir une Nation prospère, solidaire et réconciliée avec elle-même, dans la justice et le pardon mutuel.
La commémoration de l’indépendance de notre pays nous invite à nous réapproprier nos valeurs fondamentales : la tolérance, le travail, le vivre ensemble, la discipline et l’hospitalité.
Pour ma part, je crois en ces valeurs. Je crois en la Côte d’Ivoire.
Je considère que chaque jour est une nouvelle opportunité d’œuvrer au rayonnement de notre pays et à l’amélioration des conditions de vie de chaque Ivoirienne et de chaque Ivoirien.
J’invite toutes les forces vives de la Nation à travailler, main dans la main, à cette noble ambition dans la fraternité et la responsabilité.
Bonne fête de l’Indépendance à toutes et à tous !
Vive la République !
Vive la Côte d’Ivoire !
Que Dieu bénisse notre beau pays !

7 août 1960: Indépendance de la Côte d’Ivoire

Indépendance de la Côte d'Ivoire : une « expérience unique » ?Le 7 août 1960, la Côte d’Ivoire devient une république indépendante après avoir été colonie française pendant les 67 premières années de son existence.

 

About gherrrabi

Check Also

Pedro I. Altamirano : Le Sahara marocain, une opportunité historique pour l’Espagne.

Dans une forum de discussion tenue à Malaga, Pedro I. Altamirano a parlé du Sahara …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *