JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Home / COOPÉRATION / Maroc: entre bioéconomie et soutien aux entreprises agricoles…Par: Domenico Letizia

Maroc: entre bioéconomie et soutien aux entreprises agricoles…Par: Domenico Letizia

Maroc: entre bioéconomie et soutien aux entreprises agricoles.

Dans un article paru dans le site du think tank  Italien « IMPRESE DEL SUD »  ce 29 septembre 2020 sous le titre « Maroc: entre bioéconomie et soutien aux entreprises agricoles »

Le Maroc booste son agriculture. Après l’adoption du Plan Maroc vert (PMV) en 2008, voici l’avènement de « Génération Green 2020-2030 » et de « Forêts du Maroc ».

Par: Domenico Letizia

Domenico Letizia

La nouvelle stratégie de développement du secteur agricole dénommée  » Génération Green 2020-2030  » et celle relative au développement de la bioéconomie, du secteur de l’eau et de la sylviculture dénommée  » Forêts du Maroc  » reflète de nouvelles opportunités pour les entreprises italiennes et méditerranéennes, grâce également aux contributions de la coopération Europe – Maroc . Les nouvelles opportunités sont le résultat d’un nouvel accès au crédit européen. L’accord de prêt signé par la Banque européenne d’investissement (BEI) avec le Crédit Agricole marocain s’élève à 200 millions d’euros pour soutenir la bioéconomie et les fermes marocaines. La nouvelle a été rapportée par la presse locale du Royaume, dont il a été appris que le prêt est destiné à accompagner la mise en œuvre de la nouvelle stratégie agricole du gouvernement « Génération Green 2020-2030 ». Le prêt couvrira le financement du développement des chaînes de valeur agricoles et de toutes les activités liées au système de production, y compris le stockage, la logistique, l’emballage, la commercialisation et la transformation industrielle .

La nouvelle vision stratégique du secteur agricole a été développée, conformément aux grandes orientations royales pour la consolidation des résultats obtenus dans le secteur agricole et la création de nouvelles activités génératrices d’emplois et de revenus, en particulier pour les jeunes des zones rurales. Selon les données disponibles, l’agriculture est toujours l’un des secteurs clés de l’économie marocaine représentant 15% de la formation du produit intérieur brut , employant environ 40% de la main – d’œuvre nationale et générant 10% de la valeur des exportations. Les politiques menées par le Royaume ont un objectif stratégique et important également en soutenant le développement de la bioéconomie, c’est-à-dire augmenter le taux d’emploi durable de la population, soutenant ainsi le pouvoir d’achat des familles. Le président de la Fédération nationale des entreprises agroalimentaires , M. Abdelmounim El Eulj , a déclaré que la stratégie visait à accroître la compétitivité des industries alimentaires locales, à en faire un secteur stratégique et à soutenir et améliorer la production locale. Concernant les fonds alloués par l’Union européenne, M. Tariq Sijilmassi , président du Conseil pour la gestion des prêts agricoles, a déclaré que l’accord était une première étape vers la création d’un partenariat solide et durable entre son institution et la Banque européenne d’investissement , au profit du monde rural et agricole.

L’agriculture joue un rôle fondamental dans l’équilibre macroéconomique du Royaume, entraînant des coûts sociaux importants, employant plus de 4 millions de personnes dans le monde rural et créant environ 100 000 emplois dans le secteur agroalimentaire. C’est donc un domaine qui pourrait aider le Royaume à faire face aux répercussions économiques de la pandémie sanitaire que le monde vit. Selon les statistiques des derniers mois, l’emploi au Maroc a marqué une perte de plus de 726000 emplois, soit 20% des effectifs des entreprises structurées, et le déficit budgétaire du pays, hors impact des privatisations, Il devrait s’aggraver à 7,6% du produit intérieur brut (PIB) en 2020, contre 4,1% en 2019, puis s’améliorer à 5% en 2021.

Dans un discours récent, Sa Majesté  le Roi Mohammed VI a demandé à tous les acteurs de l’économie agricole et aux nouveaux acteurs liés à la bioéconomie  » de consolider les résultats obtenus dans le secteur agricole et de créer de nouvelles activités génératrices d’emplois et de revenus, notamment à en faveur des jeunes en milieu rural « , afin de » favoriser l’émergence d’une classe moyenne agricole, d’en consolider l’ossature pour qu’en définitive, elle puisse exercer sa double vocation de facteur d’équilibre et de levier de développement socio-économique, à l’image de la classe moyenne urbaine et du rôle clé qui lui est dévolu « .

Euromed International Trade propose aux entreprises du réseau et à ses clients, engagés et désireux de pénétrer les marchés intéressants du Maroc, une offre complète de services intégrés. Le modèle développé part de la prise de conscience que dans l’environnement hautement concurrentiel de l’économie actuelle, caractérisé par la libre circulation des biens , des services, des capitaux et des ressources au niveau mondial, l’internationalisation de l’entreprise ne s’identifie plus à la seule activité de export, mais prévoit également la collaboration avec des entreprises dans d’autres contextes méditerranéens, l’ouverture de succursales commerciales ou de production et d’autres activités que le Maroc permet de développer.

Le think tank IMPRESE DEL SUD

Le think tank IMPRESE DEL SUD est né en 2012, à l’initiative de Sergio Passariello qui devient également propriétaire de la marque. Il a été créé pour soutenir les activités commerciales des réalités entrepreneuriales et professionnelles du sud de l’Italie. Une idée nouvelle, originale et unique pour donner la parole à ceux qui croient au territoire du Sud et doivent pouvoir faire entendre leur voix et exprimer leurs pensées de manière forte et harmonieuse. Un outil pour construire des réseaux, loin de tout alignement politique, pour tisser des liens unis et forts avec tous les interlocuteurs publics et privés et pouvoir planifier et participer ensemble à notre avenir.

« Génération Green 2020-2030 » et de « Forêts du Maroc »

Ces deux nouvelles stratégies ont été lancées le 13 février par le roi Mohammed VI, accompagné de son fils aîné, le prince héritier Moulay el-Hassan. Élaborées « conformément aux orientations royales », ces stratégies visent à faire émerger une nouvelle « classe moyenne agricole ». Celle-ci devra être « à l’image de la classe moyenne urbaine et du rôle clé qui lui est dévolu ».

Plus de 34 milliards de dirhams (MMdh) de financements internationaux ont été mobilisés pour le PMV. Il en faudra probablement autant, voire plus, pour les deux nouveaux plans royaux. En tout cas, Aziz Akhannouch, le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, a prévenu que ces stratégies nécessiteraient « une augmentation du budget du secteur de près de 2,5 % par an à partir de 2020 ».

Les objectifs sont ambitieux. Le PIB agricole attendu est de « 200 à 250 MMdh à l’horizon 2030 », avec une multiplication des exportations. La nouvelle classe moyenne agricole devra concerner « 350 000 à 400 000 ménages ». Un million d’hectares seront mobilisés pour quelque 350 000 jeunes entrepreneurs agricoles. 133 000 hectares de forêts doivent être repeuplés d’ici 2030, avec la création de 27 500 nouveaux postes. Ou encore, la production et l’écotourisme des forêts seront développés pour atteindre « une valeur marchande de 5 MMdh ».

Déjà pilier du PMV, l’irrigation n’est pas en reste. Elle sera une nouvelle fois boostée. Notamment à travers ce projet de dessalement d’eau de mer, en cours, à 40 km d’Agadir. S’étendant sur 20 hectares, la station de Douira devra assurer l’irrigation de la plaine de Chtouka (15 000 hectares), en plus d’alimenter le Grand Agadir en eau potable. Son but est aussi de sauvegarder la nappe phréatique. Utile, car le déficit annuel des ressources souterraines est estimé à 90 millions de m3 dans la région.

La préservation de l’environnement. Voilà bien un enjeu qui doit être au cœur de « Génération Green 2020-2030 » et de « Forêts du Maroc ». Gageons, ou en tout cas espérons, qu’il soit au cœur des ambitions du roi Mohammed VI.

Avec,

Marocco: tra bioeconomia e sostegno alle imprese agricole

About gherrrabi

Check Also

Le projet de voitures électriques: l’inventeur Rachid Yazami nous a confirmé… et que les discussions préliminaire en cours sont prometteuses….

Prenant part à un webinaire organisé par l’institut CDG, mardi 13 octobre dernier, le chercheur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *