JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Home / COOPÉRATION / Mali: 200 djihadistes relâchés, en échange contre l’homme politique Soumaïla Cissé et l’otage française, Sophie Pétronin

Mali: 200 djihadistes relâchés, en échange contre l’homme politique Soumaïla Cissé et l’otage française, Sophie Pétronin

Mali: 200 djihadistes relâchés, en échange contre un important homme politique et une otage française.

200 terroristes libérés au Mali

Cet échange va-t-il ouvrir la voie à une large négociation d’une reddition d’un des principaux chefs terroristes, Iyad Ag Ghali, et de son bras droit Amadou Kouffa, qui ont rejeté jusqu’à maintenant toute offre de négociation ?

Les autorités maliennes ont procédé vendredi à la libération d’une centaine de terroristes, en échange de la libération d’une importante figure de l’opposition malienne, Soumaïla Cissé (70 ans), et d’une otage française, Sophie Pétronin (75 ans), a indiqué hier une source proche du dossier, citée par l’AFP sous le couvert de l’anonymat.

Sophie Pétronin était détenue depuis quatre ans. SoumaÏla Cissé, lui, avait été enlevé en mars lors de la campagne des législatives.

Dans le cadre de négociations pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et de Sophie Pétronin, plus d’une centaine de prisonniers jihadistes (terroristes) ont été libérés ce week-end sur le territoire malien”, a déclaré à l’AFP un responsable de la médiation.

Ancien candidat à la présidentielle et à la députation, Soumaïla Cissé avait été enlevé par des hommes armés dans le centre du Mali, à la veille du premier tour des législatives du 29 mars dernier.

Si aucun groupe terroriste, présent au Mali, n’a revendiqué cet enlèvement ou exigé de rançon, les soupçons se portent vers Katiba du Macina, du prédicateur peul Amadou Kouffa, un des bras droits du chef terroriste targui Iyad Ag Ghali, lui-même à la tête d’une coalition de mouvements terroristes connue sous le nom de Djamaât ansru al islam oua al muslimin (Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans).

Le rapt d’un homme politique très populaire a cristallisé la colère des Maliens engagés en juin dernier dans le vaste mouvement de protestation de plusieurs partis et membres de la société civile à Bamako.

Réunie autour du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), l’opposition malienne a fait de la libération de M. Cissé une des principales revendications, allant jusqu’à accuser le président déchu, Ibrahim Boubacar Keïta, et son entourage d’être derrière ce rapt, le premier du genre dans ce pays du Sahel.

Quant à Sophie Pétronin, elle a été enlevée le 24 décembre 2016 par des hommes armés à Gao (nord du Mali), où elle vivait et dirigeait depuis des années une organisation d’aide à l’enfance. Elle est apparue dans des vidéos diffusées en 2017 et 2018 par le GSIM.

Cet échange inédit, en pleine période d’instabilité politique au Mali, est-il synonyme du début d’un processus de négociation avec les groupes terroristes opérant dans ce pays, en dehors évidemment de l’autoproclamé État islamique dans le grand Sahara (EIGS) d’Abou Adnane Oualid Sahraoui qui essaie d’étendre son influence à l’ensemble de la région du Sahel ?

Qui sont-ils ? Y a-t-il un risque sécuritaire ? Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 20H du 10/10/2020 présenté par Anne-Claire Coudray sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 20H du 10 octobre 2020

Dans son article très critique vis-à-vis des autorités françaises, Ennahar (un quotidien proche du pouvoir), s’en prend vertement aux nouvelles autorités maliennes qui ont cédé à la pression de Paris pour gagner l’empathie de la France après le coup d’Etat opéré contre l’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta, lâché par ses «soutiens» après un très court épisode de fausse condamnation du putsch et une reconnaissance rapide du nouveau pouvoir en place. «Il va de soi que la libération de l’otage française, qui est arrivée à Paris ce jeudi soir, est le fruit d’un accord tripartite entre la France, le Conseil militaire malien et le groupe terroriste auteur de l’enlèvement», écrit le journal. Cette entente secrète est perçue à Alger comme un coup de poignard dans le dos.

Réception des terroristes libérés par Iyad ag ghali en personne. Une fête a été organisée en leur honneur.

Il est trop tôt de se prononcer sur ce sujet, même si avant le départ forcé du pouvoir d’IBK, Bamako avait reconnu en février dernier que des tractations avaient bel et bien eu lieu entre les autorités maliennes et Iyad Ag Ghali, dont la tête est mise à prix par les États-Unis pour un montant de 5 millions de dollars.

De nombreux acteurs étrangers impliqués dans le processus de sortie de crise au Mali, depuis 2012, sont contre tout dialogue avec Iyad Ag Ghali et son lieutenant Amadou Kouffa, ces derniers ne montrant aucune volonté de déposer les armes en menant des attaques régulièrement en signe de message clair à tous ceux qui les appellent au dialogue.

Lire aussi:

L’otage suisse Béatrice Stockly enlevée pour la deuxième fois a été tuée par des terroristes.

Mali: L’otage suisse Béatrice Stockly enlevée pour la deuxième fois a été tuée par des terroristes

Mali, l’histoire du GSPC algérien

Enquête exclusive / L’histoire du GSPC algérien: Nous espérons avoir démontré tout au long de cet article; Le jeu trouble du régime algérien et les zones d’ombre en Algérie…

About gherrrabi

Check Also

Sahara Marocain: « Un recadrage nécessaire pour le ministre sud-africain des Finances, Tito Mboweni… » Gherrabi Mohammed (Part:2)

By: Mohammed Gherrabi Le ministre sud-africain des Finances, Tito Mboweni, semble être troublé par le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *