Home / Business / L’Iran et son Hezbollah au secours du clan Bouteflika

L’Iran et son Hezbollah au secours du clan Bouteflika

Depuis l’indépendance, le pouvoir est détenu exclusivement par les assassins de ceux qui ont conduit la guerre de libération, autant dire le FLN qui, avec le temps, a formé une noblesse féodale, organisée sur l’équilibre des forces entre les clans et l’allégeance de tous au roi, père de la noblesse et garant de sa survie.

Il est facile de vérifier que le système Bouteflika a ruiné le pays.

Il y avait une industrie, il n’y en a plus. Il y avait un Etat et une administration, il n’y en a plus. Il y avait du pétrole, il n’y en a plus beaucoup. Il y avait des cadres, il n’en reste plus. Il y avait une culture, il y a le désert à la place.

Prolongation du mandat de Bouteflika

Le pouvoir algérien vient d’annoncer son plan B, une annulation des élections présidentielles prévues pour le 18 avril 2019 et le renoncement de Bouteflika à briguer le 5ème mandat mais qui continuera tout de même à être président pour une durée indéterminée. Un autre coup de théâtre qui a suscité des réactions d’indignation chez les algériens qui ont investi la rue depuis 03 semaines avec un seul slogan, le départ du régime.

Le clan au pouvoir continuera donc à priver le pays de ses richesses légitimes en les transférant dans un très petit nombre de mains qui les dilapide. Devant les défis énormes auxquels il fait face et des centaines de milliers de familles sans demeure ni revenu, le pays est donc vidé de ses ressources par quelques individus sans scrupule. La destruction nationale menée pendant des décennies a créé d’importantes d’insuffisances. Cela mène à une asphyxie financière qui a généré une régression économique et sociale. Le peuple fait une halte sur son parcours vers la liberté et le progrès.
La Secrétaire générale du PT, Louisa Hanoune est formelle à ce sujet. Selon elle, le président Bouteflika n’a pas tenu les promesses de son 4e mandat puisque les orientations économiques qu’il prend ne sont pas celles qu’il a promises pendant la présidentielle d’avril 2014. Les programmes publics de développement ne répondent plus aux besoins en logement, en santé et surtout en formation. Le pays est classé au 130e rang sur 155 pays en matière d’efficacité commerciale. Il est aussi 148e sur 187 pays pour la création de richesses et au 86e rang sur 100 dans le classement sur la compétitivité mondiale. Le seul fait que Bouteflika, un an à peine après le début de son quatrième mandat, se sente dans l’obligation de justifier cette usurpation de pouvoir en évoquant des amis qui l’ont poussé à prolonger son règne montre l’inextricable situation dans laquelle il est.

Et revoilà la main de l’étranger !

La voilà qui resurgit d’on ne sait où.

On ne pourrait trouver meilleur moyen pour susciter chez les algériens méfiance et suspicion. Des conditions qui sont souvent le prélude à une « chasse aux sorcières ». Complot de l’étranger, prosélytisme protestant, autant d’épouvantails agités pour provoquer peur et méfiance parmi les citoyens.

L’Iran et son Hezbollah au secours du clan Bouteflika.

Algérie/Iran: une alliance solide.

La secrétaire générale des travailleurs de l’Algérie, Louisa Hanoune, a souligné le fait qu’Alger exprimait son soutien à Téhéran face à Washington.

« L’Algérie réitère sa position et son soutien à l’Iran et au Hezbollah et s’oppose à toute tentative d’inclure le nom du Hezbollah dans la liste des groupes terroristes », a déclaré Mme Hanoune.

Le journal «Achark al-Awsat» a rapporté, sur la foi de «révélations» d’un officiel algérien, que la visite du haut responsable iranien à Alger avait été effectuée «à la demande de la partie iranienne», qui considérerait l’Algérie comme étant «son allié stratégique»! Le responsable algérien, dont l’identité n’a toutefois par été révélée, a allégué que le haut dirigeant iranien s’était déplacé à Alger pour présenter les conclusions des tractations de son pays avec l’Union européenne au sujet de «l’accord nucléaire»!

A Lire aussi  Algérie: Le HCR réclame un accès à un groupe de réfugiés bloqué à la frontière entre l’Algérie et le Niger

Pour rappel, Alger avait été très embarrassée par la décision du Maroc de rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran. Cette décision a renforcé l’isolement d’Alger, vivement pointée pour son basculement dans «l’axe iranien », au moment où la décision marocaine souveraine avait recueilli l’adhésion de la Ligue des Etats arabes et des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG), sans oublier l’organisation de la conférence islamique (OCI).

Imposture et manipulation.

Les discours alarmistes et anxiogènes ainsi que la désignation d’ennemis intérieurs, sans oublier bien sûr la «main étrangère», servent alors, à légitimer des mesures disproportionnées qui portent atteinte aux droits fondamentaux, dans le but de mieux contrôler la population.

Il est plus que temps de mettre fin à ce genre de paradoxes, qui saccagent le patriotisme des gens mieux que ne le ferait cette «main étrangère» que l’on brandit comme une épée de Damoclès sur leur tête pour étouffer toute contestation. Les Algériens ne sont pas dupes ils connaissent que ceux qui tiennent l’épée sont une oligarchie algérienne.

Le journal libanais Al-Binaa, une tribune de l’iran et hezbollah, participe avec délice au grand jeu du calan Bouteflika et met en garde contre les agissements visant à dérouter les manifestations pacifiques en Algérie, dénonçant les mauvaises intentions de certains pays de pousser l’Algérie vers le déclin. Citant Israël et les États-Unis …. ne veulent pas que les manifestations en Algérie se poursuivent dans le calme, écrit le journal.

Une ”information” relayée par le site Algérie Patriotique.  Algérie patriotique, parmi les médias algériens à la solde des Généraux algériens.

Algérie patriotique, parmi les médias algériens à la solde des Généraux de l’ANP… Tous les détails

Contrairement à ce qui est écrit dans la tribune du Hezbollah et Iran (le journal libanais Al-Binaa), relayé par le site  à la solde des généraux algériens (Algérie Patriotique).

Washington appelle Alger à respecter le droit de manifester

Les États-Unis ont réagi hier à la décision du président Bouteflika de reporter les présidentielles et de ne pas briguer un 5e mandat, exprimant leur soutien à un processus politique en Algérie « qui respecte la volonté des Algériens » et leur droit à des « élections libres et justes ».

Le porte-parole de la diplomatie américaine Robert Palladino a appelé, au respect du droit de manifester en Algérie, où les manifestations se poursuivent contre le cinquième mandat que souhaite briguer le président sortant Abdelaziz Bouteflika.

« Nous observons ces manifestations en Algérie et nous allons continuer à le faire », a déclaré à la presse le porte-parole de la diplomatie américaine Robert Palladino. « Les États-Unis soutiennent le peuple algérien et leur droit à manifester pacifiquement », a-t-il ajouté.

Algérie: L’armée algérienne menace, Washington exprime son soutien au peuple algérien

 

« Nous observons ces manifestations en Algérie et nous allons continuer à le faire », a déclaré à la presse le porte-parole de la diplomatie américaine Robert Palladino. « Les États-Unis soutiennent le peuple algérien et leur droit à manifester pacifiquement », a-t-il ajouté.

 

 

 

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Sahara Marocain / Genève ‘’I’’ : RIEN QUE POUR RIRE. Genève ‘’II’’ : JUSTE POUR SE LAMENTER

Très bientôt Genève deux. Sont conviés à la table des négociations le Royaume du Maroc, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *