JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Breaking News
Home / COOPÉRATION / Les migrants vénézuéliens saluent la nouvelle mesure de protection colombienne… Autopsie de la terreur chaviste; torture, exécutions et viols…

Les migrants vénézuéliens saluent la nouvelle mesure de protection colombienne… Autopsie de la terreur chaviste; torture, exécutions et viols…

La migrante vénézuélienne Katerine Valero, 29 ans, et ses enfants Dariusca, 8 ans, à gauche, et Wilkerson, 4 ans, se reposent devant un centre commercial à Bogotá, en Colombie, le mardi 9 février 2021 (AP Photo / Fernando Vergara)

Les migrants vénézuéliens saluent la nouvelle mesure de protection colombienne. Autopsie de la terreur chaviste; torture, exécutions et viols…

Possédant les premières réserves pétrolières du monde – devant l’Arabie saoudite . Le Venezuela sombre depuis plusieurs mois dans l’une des crises économiques les plus dures de son histoire. Le pays traverse une grave crise à la fois économique entraînant de nombreuses pénuries et politiques avec des manifestations réprimées violemment.

Les migrants vénézuéliens en Colombie ont salué la décision historique de ce pays de leur accorder une protection pour les 10 prochaines années et espèrent que la mesure facilitera l’obtention d’un emploi et l’accès aux services sociaux.

Le statut de protection temporaire annoncé lundi par le président Iván Duque accordera à 1,8 million de Vénézuéliens vivant actuellement en Colombie la permission de rester et leur permettra de demander la résidence permanente.

Il sera particulièrement bénéfique pour le million de Vénézuéliens actuellement sans papiers et qui ont quitté leur pays pour échapper aux pénuries alimentaires, à l’hyperinflation et aux salaires les plus bas de l’hémisphère occidental.

«Je pense que cela m’aidera à avoir une certaine stabilité», a déclaré Wuilliamnys Querales, une jeune décrocheuse de 19 ans arrivée en Colombie il y a six mois avec son bébé.

Querales n’a pas de permis de travail et gagne actuellement sa vie en demandant de l’argent à un feu de circulation tout en veillant sur la poussette de son bébé. Elle espère que la nouvelle politique l’aidera à trouver un emploi qui lui permettra de payer pour la garde d’enfants.

«C’est moche d’être ici pour chercher de l’aide», dit-il. « Mais pour le moment, je n’ai pas d’autre choix. »

Les Vénézuéliens qui souhaitent demander une protection doivent s’inscrire en ligne, puis se rendre dans les bureaux pour prendre leurs empreintes digitales et leurs photos.

Mercy Corps, un groupe humanitaire qui fournit une aide d’urgence à des milliers de migrants vénézuéliens, a déclaré que le processus d’enregistrement de près d’un million de personnes et de leur intégration dans les services sociaux tels que l’éducation et la vaccination sera une « tâche gigantesque » pour laquelle la Colombie aura besoin de plus efforts internationaux. support.

Bien que la décision de fournir une protection temporaire à un nombre massif d’immigrants et de réfugiés ait été applaudie par les diplomates et les groupes humanitaires du monde entier, elle pourrait présenter à Duque des défis politiques chez lui.

Sergio Guzmán, un analyste politique basé à Bogota, a déclaré que la nouvelle politique réduirait probablement la popularité du président et placerait les migrants au centre du débat électoral de l’année prochaine. La Colombie organisera des élections présidentielles en mai.

« Les sondages en Colombie suggèrent que la majorité des gens ici ne sont pas en faveur de permettre aux migrants vénézuéliens de rester« , a déclaré Guzmán. « Certains candidats pourraient donc essayer d’exploiter cela en profitant du sentiment anti-immigrant. »

Un sondage Gallup en janvier a révélé que 67% des Colombiens ont une opinion défavorable des migrants vénézuéliens, tandis que plus de 80% ont déclaré qu’ils n’étaient pas d’accord avec la façon dont le gouvernement colombien gère la migration vénézuélienne. L’enquête avait une marge d’erreur de 3 points de pourcentage.

Mais les experts en politique ont largement soutenu cette initiative, qui devrait permettre au gouvernement colombien de fournir plus facilement aux migrants des services comprenant des vaccins contre les coronavirus.

Dany Bahar, économiste et chercheur principal à la Brookings Institution, a déclaré que la légalisation des migrants vénézuéliens était « une évidence ». Il a dit que si la mesure peut avoir des coûts à court terme, elle profitera à l’économie colombienne à long terme.

«La certitude d’avoir des documents et des permis de séjour permettra aux migrants d’investir en eux-mêmes et dans leurs communautés», a déclaré Bahar. « Cela permettra aux gens d’ouvrir des entreprises, de payer des impôts et d’atteindre leur plein potentiel. »

Une étude menée par Bahar en 2018 a révélé que les taux de chômage et les salaires de la plupart des travailleurs colombiens n’ont pas changé après que le pays a accordé des permis de séjour à environ 300000 Vénézuéliens.

Bahar a déclaré que pour absorber les coûts à court terme de l’intégration des migrants vénézuéliens, la Colombie aura besoin de plus de soutien international. Les recherches de Brookings ont révélé qu’au début de 2020, les donateurs internationaux avaient dépensé environ 1,3 milliard de dollars en réponse à la crise migratoire au Venezuela, qui a commencé en 2015, tandis que près de 20 fois plus avaient été dépensés pour répondre aux besoins des réfugiés syriens dans le monde.

Selon les Nations Unies, il y a actuellement plus de 5,5 millions de migrants et de réfugiés vénézuéliens dans le monde, dont près d’un tiers vivent en Colombie.

Le gouvernement colombien s’attend à ce que jusqu’à un million de Vénézuéliens supplémentaires atteignent dans les années à venir alors que la crise humanitaire de ce pays s’aggrave et que son gouvernement devient de plus en plus autoritaire.

Entre le Venezuela et l’Algérie, une longue histoire

Les deux pays sont membres de l’Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP). Depuis 2014, leurs économies souffrent de la chute du cours du pétrole qui assure 95% de leurs devises.

Au Venezuela, la situation s’est agravée ces derniers mois. Le pays traverse une grave crise à la fois économique entraînant de nombreuses pénuries et politiques avec des manifestations réprimées violemment.

En Algérie aussi la baisse du prix du pétrole a des conséquences importantes sur l’économie du pays : la fiscalité pétrolière représente plus de 60% du budget de l’Etat.

« Le pétrole et le gaz financent l’armée, à hauteur de 13 milliards de dollars par an. Le pétrole et le gaz achètent la paix sociale et les hydrocarbures donnent aussi une forme de visibilité et de légitimité sur la scène internationale au pouvoir en place », nous expliquait Abdou Semmar, en février 2015. Il est journaliste au sein du site d’information indépendant, Algérie Focus.

Le point commun entre les deux pays, c’est le manque de diversification de leur économie reposant trop sur l’export d’hydrocarbures.

Lors des années fastes, quand les cours du pétrole étaient au plus haut, le Venezuela et l’Algérie ne se sont pas attachés à diversifier leurs économie. Aujourd’hui, il ne produisent quasiment rien excepté du pétrole dont les exportations ont chuté en même temps que la production.
En effet, en 2014, le prix du baril s’effondre en tombant sous les 40 dollars. C’est un coup dur pour des pays de rente pétrolière. L’or noir représente plus de 90 % des exportations des deux pays. Ainsi, avec la chute du prix du baril en plus de celle de la production, les caisses de l’Etat se sont vidées de dollars, indispensables à l’importation des produits de première nécessité.

Autopsie de la terreur chaviste; torture, exécutions et viols…
La Mission internationale des Nations Unies a enquêté sur 223 cas, dont 48 largement présentés. Il a également étudié 2 891 autres «pour corroborer les schémas de viols et de crimes». Le résultat final est un rapport dévastateur, une radiographie de la terreur imposée au Venezuela par le Chavisme avec deux objectifs: rester au pouvoir à tout prix et soi-disant contrôler la criminalité.

EXÉCUTIONS

La Mission des Nations Unies a examiné 2 552 opérations policières et militaires dans lesquelles 5094 décès sont survenus par les forces de sécurité, bien que toutes les opérations, précisent-ils, n’étaient pas arbitraires. Un examen de 140 opérations a montré que 413 personnes avaient été tuées, parfois à bout portant. Comme à Barlovento, près de Caracas, où une opération de police s’est soldée par un massacre, 12 hommes ayant reçu une balle dans la tête et enterrés dans une fosse commune. Cinq personnes sont toujours portées disparues après ces événements. «Tuez les criminels sans compassion», disent les agents des Forces spéciales (FAES) dans une vidéo de leurs séances de formation. Cette force de police créée par Maduro est considérée comme un « bataillon d’extermination » par l’ONU.

Des sources internes ont confirmé à la Mission que les supérieurs avaient donné aux officiers un «feu vert» pour tuer. «Les meurtres semblent s’inscrire dans une politique d’élimination des membres indésirables de la société sous couvert de la lutte contre la criminalité», déclare Marta Valiñas, directrice de la Mission. L’ONU maintenant, comme Michelle Bachelet, sa commissaire aux droits de l’homme, l’a fait auparavant, exhorte le gouvernement à démanteler les FAES, qui continuent aujourd’hui de commettre des exécutions extrajudiciaires. Jusqu’à présent, la réponse de Maduro a toujours été la même: applaudissez ses forces spéciales et équipez-les de plus d’équipement.

TORTURE

Suffocation, passages à tabac, chocs électriques, positions de stress, coupures, mutilations, menaces de mort, abus psychologiques … Torture et plus de torture. L’ONU a identifié dans son enquête 45 fonctionnaires « directement responsables d’être poursuivis pour torture ». Tous appartiennent au Service bolivarien de renseignement (SEBIN) et à la Direction générale du contre-espionnage militaire (DGCIM).

Les premiers, avec un «comportement culturel de torture», comme l’a reconnu un ancien chef, ont parmi leurs cibles des dissidents politiques et des militants des droits de l’homme, et les seconds, les militaires et les civils associés aux rébellions. Les commandants des deux corps avaient « pleinement connaissance » de ce qui se passait dans leur quartier général et leurs bâtiments, même dans les maisons de détention clandestines. « La torture était dirigée contre la population civile dans le cadre d’une politique visant à faire taire l’opposition », a averti Francisco Cox, l’un des trois membres de la Mission. Ce n’est que lors du déploiement du plan Zamora, qui a été planifié par des commandants supérieurs du ministère de l’Intérieur, des actes de torture contre 100 personnes ont été documentés. « Nous n’avons pas observé de diminution de ces violations malgré la pression internationale », conclut la Mission des Nations Unies.

VIOLENCE SEXUELLE

L’ONU a confirmé l’utilisation de la violence sexuelle contre des hommes et des femmes pour forcer les aveux ou comme punition. Les chocs électriques et les coups aux organes génitaux, le viol avec des objets, la nudité forcée et les menaces sexuelles contre les détenus et leurs familles font partie du répertoire horrible soutenu dans le rapport et avancé par d’autres organisations de défense des droits humains.

RÉPRESSION CONTRE LES PROTESTATIONS


La Mission a documenté le meurtre de 36 manifestants, dont la plupart ont été abattus avec des armes à feu. Les détenus ont souffert de mauvais traitements, allant des exécutions simulées aux passages à tabac, ainsi que de violences sexistes et sexuelles. Les experts de l’ONU examinent également la participation des groupes chavistes à la mort violente de sept personnes. «Le système est conçu pour empêcher et décourager les rassemblements pacifiques, souvent de manière violente», déclare Paul Seils, membre de la Mission. Et pas à cause d ‘«éléments malhonnêtes», mais comme «faisant partie d’une politique claire».

COUR SUPRÊME

100% alignée sur l’élite de Chavez, la Cour suprême de justice (TSJ) a prononcé condamnation après sentence, jusqu’à 120, pour torpiller le Parlement démocratique et l’opposition. Les juges et les procureurs sont également directement liés aux meurtres et aux arrestations, détournant les yeux lorsqu’il s’agit de torture.

Nicolás Maduro a dîné dans le restaurant le plus cher du monde

Maduro chez Salt Bae : un repas luxueux qui choque des Vénézuéliens

«60% des Vénézuéliens n’ont pas mangé de protéines au cours des 30 derniers jours et pendant ce temps, Nicolás Maduro organise un festin de viande dans le restaurant le plus cher du monde. Alors qu’il mène une belle vie pour le monde, la crise dans laquelle il nous a amenés s’aggrave », a déclaré le député de l’opposition Juan Andrés Mejía sur Twitter.

Lire aussi:

Algérie / Scandale / Corruption: Une entreprise espagnole a payé 7,4 millions à un ancien vice-ministre de Chávez après avoir reçu des travaux en Algérie

The FinCEN Files: Comment les banques ont aidé les «boliburgues» du Venezuela à piller leur pays…la justice belge enquête….

Avec,

Migrantes venezolanos dan la bienvenida a nueva medida de protección colombiana

About gherrrabi

Check Also

Tensions USA-Russie: Le ministère des Affaires étrangères publie les noms des responsables américains interdits d’entrée en Russie

La Russie bloque l’entrée dans le pays de l’ancien assistant américain à la sécurité nationale …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *