JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Breaking News
Home / COOPÉRATION / « Le Sahara est incontestablement marocain… » Pedro I. Altamirano 

« Le Sahara est incontestablement marocain… » Pedro I. Altamirano 

Le Sahara est incontestablement marocain – Pedro I. Altamirano .

Deux histoires qui se ressemblent, celle du Sultanat du Maroc et celle des tribus du désert. Une histoire d’unité, de collaboration mutuelle, de respect et de serments historiques de loyauté mutuelle. Loyauté scellée dans les serments des tribus aux sultans du Maroc.

Pedro I. Altamirano – Málaga, 1 Aout 2021. Pedro Ignacio Altamirano est politologue espagnol et est le porte-parole du «Groupe international de soutien à la réunification sahraouie».

Dans le soi-disant «monde occidental», nous avons la terrible habitude, héritage sans doute de notre mentalité coloniale et suprémaciste, de voir le monde à notre mesure, à celle de nos lois, coutumes et intérêts. C’est la raison pour laquelle nous voyons toujours le reste du monde avec une supériorité morale injustifiable, qui nous fait ignorer, et donc ne pas respecter les autres peuples, leurs cultures, leurs traditions et leurs lois.
Pour comprendre ce que je dis, il faut se débarrasser de toute mentalité coloniale et suprémaciste, pour embrasser celle du respect, de la tolérance et de l’égalité des droits. Voir la réalité avec la vision des autres, pas la nôtre, dans un exercice difficile de la liberté et de la démocratie, au lieu du totalitarisme culturel.
Le Maroc et le Sahara sont une histoire de respect, de tolérance, de respect mutuel et d’unité. L’unité historique, la vérité incontestable qui justifie la position actuelle du Royaume du Maroc soutenu, de manière claire et décisive par tous les Chioukhs, de récupération et de réunification, ce qui signifie le rétablissement de la souveraineté marocaine sur les territoires du Sahara Occidental usurpés par l’Espagne sur la base des traités de Berlin de 1884 et celui du protectorat de 1912.
L’Afrique est composée de tribus, pas de nations. Cet élément est fondamental pour comprendre la réalité du Sahara et son unité avec le Maroc à travers l’histoire. Comprendre les tribus, c’est savoir que chaque tribu a ses Chioukhs, ou chef de tribu. Ceux-ci se réunissent à leur tour dans une Assemblée appelée Djema’a dans laquelle toutes les questions relatives aux tribus sont décidées.

Comprendre cela est fondamental pour comprendre le désert, ses habitants et son organisation ancestrale.

Plus important encore, lorsque de manière historique et ancestrale, les Chioukhs à travers la Djema’a prêtent volontairement serment aux sultans du Maroc, et plus récemment à la dynastie alaouite. Cet acte de serment des tribus du désert à la couronne marocaine, est, et doit donc être considéré, comme l’acte le plus pur et incontestable d’autodétermination de tous, il doit donc être respecté par l’ensemble de la communauté internationale.
L’histoire des serments est parallèle à leur propre histoire commune, comme le précise Ouarzazi Abdel-Wahed, professeur d’économie-analyste géo-économique et géopolitique lorsqu’il affirme que « la souveraineté marocaine sur le Wad Eddahab ou le Río de Oro est suspendue depuis 91 ans ( 1884-1975) et celui de Sakia al Hamra (région d’e Laâyoun) pendant 71 ans (1904-1975). Cependant, la Bay’a ou les liens de loyauté étaient toujours en vigueur entre les tribus sahraouies et le Royaume du Maroc. Nombreux étaient les Chioukhs ou chefs de tribus sahraouis qui ont juré allégeance aux sultans successifs du Royaume malgré les tentatives d’acculturation de l’Espagne ».
Pour preuve, il convient de rappeler que le 25 février 1958, deux ans seulement après l’indépendance (1956), le Sahara occidental étant toujours sous administration espagnole, le roi Mohamed V prononça à M’Hamid El Guizlaine son discours de protestation déclarant que « Nous continuera notre travail avec tous nos efforts pour récupérer le Sahara et tout ce qui appartient au Royaume. »


Le 25 février 1958, le Roi Mohammed V prononçait un discours historique à M’hamid El Ghizlane. Accueilli triomphalement par la population, il adressera un message clair au colonisateur: le Maroc restera toujours dans son Sahara et ne renoncera pas à sa souveraineté sur le Sud.

A cette époque, le début des incursions des Forces armées royales (FAR), avec des éléments de l’Armée de libération du Maroc (ALM, dans son acronyme français) dans le nord et l’est du Sahara qui ont donné lieu à l’opération conjointe Franco -l’espagnol « Ecouvillon » ou « Teide » afin de stopper l’offensive marocaine. Toutes les tribus sahraouies, hommes et femmes, se sont enrôlées dans l’ALM. Pas une seule famille au Sahara n’a cessé de participer, aucune qui n’a payé un lourd tribut en cette période de lutte contre le colonialisme espagnol dans les provinces du sud du Maroc. Malheureusement, la récupération du Sahara n’a pas pu être possible en raison de la force de l’unité d’intérêts de l’Espagne et de la France lors de l’opération dite « Ecouvillon ».
L’autodétermination des peuples doit être comprise comme le respect de la décision libre et souveraine de choisir leur avenir. Si un peuple a démontré sa libre autodétermination à travers l’histoire, ce sont sans aucun doute les tribus du désert ou les Sahraouis à travers leurs serments au Maroc. Aucun acte colonial, aucune organisation internationale gérée par les intérêts de ces mêmes puissances coloniales, ne peut être au-dessus de toute autodétermination.
Les tribus sahraouies se considèrent marocaines, et le fait qui le prouve c’est qu’après les actes de la Fête du Trône, l’acte d’hommage à la couronne marocaine est réalisé par tous les acteurs sociaux du Royaume, parmi eux, les représentants des tribus sahraouies aux côtés du reste des Marocains. En Espagne, nous avons également des actes d’obéissance à Felipe VI chaque fois qu’une audience royale est accordée, ou lorsque le gouvernement espagnol jure devant le roi dans un acte d’obéissance clair, alors comprenons bien le terme d’obéissance dans un État monarchique car ils sont l’Espagne et le Maroc.
Il est également important de valoriser le fait qu’environ 80% de la population sahraouie vit dans les provinces du sud avec les pleins droits, qui votent aux élections, et donc avec leur propre représentation au Parlement marocain, ce qui doit aussi être valorisé comme un acte de l’unité avec le Maroc de manière active, volontaire et libre, à travers les urnes démocratiques.
Par conséquent, je ne peux pas trouver une organisation internationale, ni des lois internationales qui soient au-dessus de la décision claire et indiscutable, démontrée au jour le jour par la société sahraouie-marocaine. Il n’y a pas de doute. C’est le fait incontestable qu’il faut respecter si nous voulons créer ce que nous aimons tant dire en Europe, une société juste, respectée et respectueuse des autres. Il est temps d’enlever les bandeaux pour voir la réalité, que le Sahara était, est et sera toujours marocain, car c’est ainsi que la grande majorité des sahraouis décident au jour le jour.

A lire aussi:

El Sahara es de forma incuestionable, marroquí.

Exclusif: Assemblée consultative du Groupe international pour le soutien à la paix et à la réunification des Sahraouis

About gherrrabi

Check Also

Pedro I. Altamirano : Le Sahara marocain, une opportunité historique pour l’Espagne.

Dans une forum de discussion tenue à Malaga, Pedro I. Altamirano a parlé du Sahara …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *