JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Home / COOPÉRATION / Le réseau d’espionnage Mauritano-Français: L’obscurité plane toujours, mais mon espoir est grand….

Le réseau d’espionnage Mauritano-Français: L’obscurité plane toujours, mais mon espoir est grand….

Le réseau d’espionnage Mauritano-Français: L’obscurité plane toujours mais mon espoir est grand en quelques frères ayant ralliés, avec moi la Mère Patrie à ce qu’ils ouvrent les boites à pandore qu’ils détiennent.

Presque quatre décennie écoulées sans que la lumière soit faite sur ce qui est caché derrière la création du prétendue réseau agissant à la solde de la France et de la Mauritanie. A la fin de 1982 des centaines de sahraouis et mauritaniens furent injustement accusés d’espions à la solde de la France et de la Mauritanie. Ces innocents furent détenus arbitrairement et au quotidien ils étaient au rendez-vous avec la torture morale et physique. Plusieurs sont morts soit sous la torture soit exécutés sans sommation et ce sans la moindre forme de procès.

A l’époque les acteurs principaux de ces massacres indescriptibles étaient:

  • Le secrétariat permanent du bureau politique du F. Polisario , où jadis, se trouvait à sa tête Bachir Sayed. Ces ordres étaient indiscutables et il avait le droit de vie et de mort sur tout individu, rien ne pouvait entraver son chemin sauf Aallah.
  • La direction de la sécurité militaire du polisario et se trouvait à la tête de cette cruelle machine répressive Omar Hadrami. A l’époque les éléments de cette sécurité, soldats et officiers, se sont distingués par leur cruauté et actions inhumaines provoquant le carnage et semant des malheurs. Là où ils posaient leurs pieds la terreur et la panique s’emparait de tout le monde.
  • Le commissariat politique à sa tête se trouvait Moustapha Bouh alias ‘’Brezani’’. A l’époque Ce commissariat politique était chargé de la propagande du polisario comme qu’il participait activement à signaler les victimes désignés pour une très proche détention . Afin de donner crédibilité à cette macabre opération de liquidation systématique le commissariat politique organisait des spectacles théâtrales au niveau des campements et des régions militaires visant à légitimer la traque et les détention arbitraires d’innocents au niveau de la population.

Après quatre décennie il n’y a toujours aucune explication convaincante sur cette tragédie humaine qui a emporté des amis à moi à savoir Mohamed Moussa Ould El Mokhtar Ould Mohamed Moussa de la tribu de Ideygheb, Casa Ould Salec Ould Elhaj El Mokhtar de la tribu de Essmassid, Ahmed Mouloud Ould Tejderte de la tribu de Oulad Ennasser, Sidi Pierre un Franco-mauritanien. C’était et demeure une totale omerta observée par ces principaux acteurs de cette époque, nommés ci-dessus. Ici, l’exception est faite à des déclarations qui dépasse le ridicule faites par Bachir Sayed et à travers lesquelles , sans vergogne, et en toute simplicité avait qualifié que cette hécatombe de banales erreur de parcours et ce comme si rien n’était.

Aujourd’hui notre espoir est grand en nos frères qui ont répondu avec nous à l’appel de la Patrie et qui détenaient des postes de responsabilité dans des institutions trempées dans ce carnage de nous ouvrir la boite de pandore que tout un chacun détient afin de nous apporter des explications exhaustives et convaincantes pour que enfin la lumière soit faite et que l’on puisse enterrer et à jamais ce passé douloureux. Attendre la fin du conflit pour résoudre ce problème de génocide c’est ne jamais vouloir le résoudre.

By: Aabadila Malainine Semlali

About gherrrabi

Check Also

ONU: Mountaga Diop met en avant le leadership et la politique migratoire du Maroc à New York

Le leadership du Maroc dans le domaine de la migration a été mis en avant …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *