JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Breaking News
Home / COOPÉRATION / « Le Nouveau Modèle de développement (NMD) VS Programmes des partis politiques ,Élections législatives du 08 septembre 2021 » Karima Kaddouri

« Le Nouveau Modèle de développement (NMD) VS Programmes des partis politiques ,Élections législatives du 08 septembre 2021 » Karima Kaddouri

Programme des Partis: « élections législatives marocaines du 08 septembre 2021 Et le  NMD (Nouveau Modèle de Développement) » Karima Kaddouri
Les élections approchent et la communication est certes abondante mais demeure toujours floue, voire opaque pour nombreux de nos concitoyens, de  « l’intérieur et de l’extérieur » Communication pauvre ou illisible, l’architecture de tous les programmes confondus sont « d’un clair-obscur »

Je tenterai de rester factuel tout en sachant que la température ressentie peut devenir rapidement un motif d’absentéisme électoral non négligeable.

⇒Les programmes présentés par chacun des partis en lice pour les élections législatives du 8 septembre 21 sont-ils réellement en phase avec le Nouveau Modèle de Développement ?

Le schéma du développement est basé sur priorités et des axes identifiés ; Il devrait être le socle pour l’édification de programmes concrets et à fortiori, techniquement envisageable.

Les programmes tous confondus et identifiés se résument à :

  • Répondre à la dignité des personnes âgées : certes
  • on nous parle de sante et de carte sante pour faciliter l’accès aux soins : il faudrait revoir les capacités d’accueil des hôpitaux  public devenus une hantise pour ces mêmes personnes pour lesquels on parle dignité humaine ;
  • Répondre par une e-développement, de numérique mais concrètement que doit on réaliser dans les territoires.

Il y a un Maroc à deux vitesses : le constat de dire que certains élus  politiques locaux ont un écho peu flatteurs car il persiste un clientélisme aux plus offrants (dans des situations de marche …

Ces petits cailloux peuvent freiner les élans et ardeurs de nombreux «entrepreneurs et nombreux électeurs».

Alors répétons encore et encore qu’il nous faut une « État fort et une Société forte » (dixit);

Nos défis et nos ambitions largement étayés développés, par sa Majesté Mohammed VI et mise en place dans ce NMD ne demandent qu’à être affinés et minutieusement réglés comme une horloge, par nos  « politico- programmeurs».

⇒Nos défis, nos ambitions grandement énoncés par notre Roi Mohammed VI lors de ses discours, peuvent-ils être envisageables, voire réalisables sans le concours d’une structure politique forte ?

Dans ce cadre du NMD, le conglomérat politique au Maroc, diversifié et nombreux, doit pouvoir identifier, quoi qu’il en soit, et quelles qu’elles soient, les réelles priorités du Maroc et se donner les moyens pour y parvenir !

Notre engagement dans cette course vers un Maroc sans faille, un Maroc grandi par les réponses rapides qu’il a su donner suite aux épreuves de la pandémie du Covid, nous permet de croire que notre société est fortement active, réactive et forte.

Alors que nous propose-t-on ?

Quel sont les leviers de vitesse, car notre locomotive n’est plus au charbon mais est passée à l’énergie solaire, aux énergies renouvelables, à l’Eco-durable, et voire une transition rapide vers le développement numérique :

Quelques indices techniques indispensables au rayonnement du Maroc VS Les Programmes

Et Rappelons les principaux défis à l’horizon 2035 (NMD):

⇒Notre Maroc prospère, notre Maroc audacieux, notre Maroc inclusif avec une volonté de renforcement des liens sociaux : nos défis, nos ambitions du NDM sont peu clairs dans notre « panoplie de programme » des élections législatives du 08/09/21

De plus, nos ambitions de rayonnement dans toute l’Afrique et ailleurs sont-elles bien ciblées dans les programmes politiques ?

Nous avons des présentations successives, succinctes, des aspects « génériques » sans définitions et déclinaisons concrètes.

Enfin je dirais peu de programmes peuvent être clairement compris par tous les électeurs (ou une majorité au moins)

Quels seront, quels sont, les moyens à mette en place pour les préoccupations emplois, l’éducation, le milieu hospitalier et la sante, les grands chantiers et infrastructures et pourtant ce sont une exigence pour mener à bien cette architecture du NMD ;

Pour beaucoup de nos compatriotes, les programmes sont peu clairs et apparaissent surtout sans maillage et sans précisions.

Pour rappel

« Le gouvernement, émanation de la majorité issue des urnes est responsable de l’élaboration de son programme gouvernemental, qui fait l’objet d’un vote de confiance … en alignement avec les Orientations Royales » (dixit p 69) 

Les absences ou oublis :

  • Les reformes juridiques , les réponses juridiques qui doivent être apportées  et reformées pour répondre rapidement  aux problèmes de notre société à deux vitesses, ou ne  sont souvent pas mis en application ; on a eu beaucoup de mécontentement et déception à ces niveaux et quelles sont les réponses pour évoluer dans une société avec deux vitesses, l’une  ciblée par un développement  économique reconnu et exponentiel et   l’autre  où persiste  un constat de climat  socio-économique en « déphasage  et clivant » 
  • Ajoutons que le Maroc connait aussi une « fenêtre patriarcale obscure, rétrograde et immensément jalouse de son pouvoir pour lequel elle oublie souvent de faire appliquer la législation en vigueur, entretenant les humiliations et atteintes à la dignité humaine et féminine : comment rendre cette notion de justice aux électeurs -électrices dans notre Maroc qui se doit être Maroc des Lumières.
  • MDM /Un autre aspect important n’est pas à dissocier du discours mais qui mérite un rappel de forme ou de réforme : Les MDM (marocains du Monde)

Dans aucun , et quasi aucun programme  il est accordé une réelle importance à la diaspora marocaine ;il faut rappeler que cette diaspora à une  valeur ajoutée  importante et cette diaspora  est active et  souvent très réactive ; Quel est leur place dans ces élections , cette 13 ième région , comme on la nomme ,est-elle juste une entité quantifiable et non qualifiable ;

Les temps ont changé, les hommes et les femmes du monde ont également un autre visage : mais a-t-on depuis l’intérieur du Maroc, changé ou envie de changer les préjugés sur cette diaspora vive et dynamique ;

Quelle sera sa place dans le visage politique de demain, à savoir à partir d’aujourd’hui 2021 ?

  • La question des femmes, peut-être une question qui fâche ?!

Leur quota (à valeur égale, représentation égale non), leur participation, leur légitimité à se présenter :

Les femmes dans ces élections, sont perçues et concrètement sont encore en second ordre, alors que le Maroc est particulièrement remarquable par sa population au féminin active. Nous avons clairement une détermination et une activité redoublée de la gente féminine; Mais, la  représentation , dans le schéma collectif des programmes laisse souvent un arrière-gout amer ; Elles ne sentent pas réellement représentées car  les  rares candidates sont-elles représentatives de notre société féminine, cheffes d’entreprises, souvent très diplômées et militante pour un Maroc d’équilibre  social, culturel, cultuel ?

Il faut que les freins à notre élan économique adossé au NMD, soient pris en compte par les partis en courses aux législatives. Ils doivent adopter et adapter une cohérence politique salutaire. Il nous faut, nous, électeurs, percevoir et comprendre un programme clair, incitatif, avec une définition des priorités pour notre challenge de demain ;

Rappelons également que résultats des élections professionnelles sont une photographie ponctuelle et ne prédisposent en rien pour inciter nos électeurs sur les chemins des élections.

By: Karima Kaddouri

 

About gherrrabi

Check Also

Pedro I. Altamirano : Le Sahara marocain, une opportunité historique pour l’Espagne.

Dans une forum de discussion tenue à Malaga, Pedro I. Altamirano a parlé du Sahara …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *