Home / COOPÉRATION / Le bureau provincial du mouvement populaire Skhirate – Temara a organisé, à Harhoura, une journée d’étude sous le thème ” comment renforcer la participation des jeunes au développement et à la vie politique” .

Le bureau provincial du mouvement populaire Skhirate – Temara a organisé, à Harhoura, une journée d’étude sous le thème ” comment renforcer la participation des jeunes au développement et à la vie politique” .

Le bureau provincial du mouvement populaire Skhirate – Temara a organisé ce dimanche 5 Août 2018, à Harhoura,  une journée d’étude  sous le thème ” comment renforcer la participation des jeunes au développement et à la vie   politique” .

Les représentants de la société civile ont activement pris part dans cette journée d’étude  visant à sensibiliser les jeunes  sur l’importance de leur participation dans la prise de décision dans l’élaboration des projets et les programmes concernant leurs collectivités et ce à travers l’utilisation de leur droit constitutionnel et les mécanismes existants  permettant  d’asseoir une réelle  démocratie participative.

“Attirer de nouvelles élites”, “inciter les jeunes à s’engager dans l’action politique”, “renouveler leurs méthodes de travail et rénover leurs modes de fonctionnement”. C’est l’appel du Sa Majesté le Roi Mohammed VI dans Le discours adressé à la Nation, à l’occasion de la fête du Trône, incitant les partis politiques à rechercher de nouveaux moyens et mécanismes pour que les partis politiques attirent de nouvelles élites et mobilisent les jeunes pour s’engager dans l’action politique, exige que ces organisations redoublent d’efforts pour lutter contre cette désaffection, en traduisant leurs attentes en termes de politiques concrètes, et en remplaçant les discours populistes par des discours réalistes, basés sur une analyse et des solutions objectives.

Cette journée était l’occasion de dresser un état des lieux des outils de participation et  mécanismes d’appui pour renforcer le travail et les actions de plaidoyer des organisations de la société civile dans un cadre constitutionnel.  afin de répondre à la nécessité de doter les acteurs en plaidoyer aux seins des organisations membres de la Société Civile, d’un instrument susceptible de les aider avec des connaissances de base en la matière.

De sa part,  Nouzha Bouchareb,  coordinatrice provinciale du Mouvement populaire a insisté  sur l’ importance de renforcer la communication et le dialogue entre les partis politiques et les jeunes et  sur la nécessité d’adopter un nouveau  discours basé sur l’échange d’idées, le partage de l ‘information et  l’action.

Quant à la crise de confiance  entre les jeunes et les partis, Nouzha  bouchareb a signalé que le politique à tout intérêt  à retrouver la confiance du citoyen à travers  une profonde transformation  dans son discours, son  mode d’encadrement et des actions concrètes  sur le terrain en adéquation avec les attentes et les besoins  des citoyens, en oubliant les jeux suicidaires de certains « politiciens » à travers une communication manipulée et des actions à très faible impact sur l amélioration des condition et niveau de vie du citoyen.

Beaucoup de participants sont revenus sur le fait que les raisons pour lesquelles Les jeunes ne s’intéressent plus à la politique. D’autres ont posés la question sur quelles preuves cette affirmation se fonde-t-elle ?  Et Comment expliquer la défiance des jeunes citoyens pour la politique ?

La politique consiste à organiser la vie en société pour le bien individuel et commun. y compris pour les jeunes et les femmes qui sont systématiquement marginalisés en raison de leurs jeunes âge, du manque d’expérience et sont souvent exclus du processus de prise de décision. Dans ce sens, Les participants

Une question qui inquiète, vu les conséquences qu’elle entraîne sur leur devenir ainsi que sur celui de la nation tout entière.

Pourquoi les jeunes auraient-ils intérêt à s’impliquer davantage dans la vie politique et par quels moyens pourraient-ils y parvenir ?

Aujourd’hui, un réel cloisonnement existe entre la jeunesse et les partis politiques. C’est la raison pour laquelle nous remarquons le recours des jeunes à des canaux alternatifs d’expression de l’engagement politique en dehors des structures partisanes.

La cause n’est pas, souvent, le repli des partis sur eux-mêmes, mais plutôt une crise de confiance, parfois de crédibilité, vis-à-vis des partis.

Les jeunes ont du mal à juger crédibles les partis politiques car leur Modus Operandi demande beaucoup de patience et de temps.

Les jeunes d’aujourd’hui sont impatients, très réactifs et s’attendent à des réalisations rapides et efficaces.

L’émergence d’un conflit  générationnel a pris part dans le débat,  un participant à fait la remarque suivante : « Seule une personne “senior” avec des cheveux gris reflète sagesse et maturité politique. Tandis que les jeunes demeurent perçus comme un petit nid de poussins trop “ambitieux, rêveurs et naïfs”! »

Intéresser le jeune au monde politique, c’est lui permettre de développer un esprit et un regard critique sur la société qui l’entoure. Le politique a tout à y gagner. Sa première victoire serait de donner à la société un souffle de fraîcheur et une vision plus idéaliste qui est propre à la jeunesse. Comprendre et connaître les aspirations et les besoins de l’ensemble des jeunes n’est pas forcément aisé pour le politique. Cette incompréhension réciproque peut évidemment creuser un fossé entre eux deux.

La jeunesse a du mal à se faire entendre. Elle est classée dans la zone des « immatures ». Parfois les politiques qui sont prises par les décideurs ne répondent pas à ses attentes. Les  jeunes eux estiment être une menace réelle pour la classe des plus âgés, car ils sont plus formés, ont plus de diplômes et plus d’idées novatrices. Pour éviter tout conflit générationnel, ils préfèrent se mettre à l’ écart et observer les plus âgés occuper le devant de la scène.


About Mohammed Gherrabi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>