JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Breaking News
Home / COOPÉRATION / GhaliGate: Un laxisme qui agite…, la justice espagnole essaie-t-elle de blanchir Brahim Ghali?

GhaliGate: Un laxisme qui agite…, la justice espagnole essaie-t-elle de blanchir Brahim Ghali?

GhaliGate: Un laxisme qui agite…, la justice espagnole essaie-t-elle de blanchir Brahim Ghali?
Le juge de l’Audiencia Nacional a refusé d’ordonner la détention provisoire à l’encontre de Brahim Ghali. Le Club des avocats au Maroc monte au créneau et considère que ce procès est une mascarade et que la justice espagnole est complice de Ghali.

« Le juge de la Haute cour nationale espagnole, Santiago Pedraz, a refusé d’ordonner la détention provisoire ou tout autre type de mesures coercitive à l’encontre de Brahim Ghali, après la comparution de ce dernier par visioconférence depuis l’hôpital de Logroño dans cette ville du nord de l’Espagne, par un juge du haut tribunal madrilène de l’Audience national », lit-on dans un communiqué  un communiqué du Pouvoir judiciaire espagnol.

Le juge ne s’est pas encore prononcé sur la suite de son enquête, mais le chef du Front Polisario n’a pas été inculpé à ce stade. Et à l’issue de cette audition fermée au public, le juge n’a prononcé, dans sa décision, aucune mesure coercitive à son encontre, estimant qu’il n’existe « pas de risque de fuite avéré ».

Le Juge Santiago Pedraz refuse d’enquêter sur la fausse identité de Brahim Ghali. La réaction du Club des avocats au Maroc.

Alors que le chef des séparatistes Brahim Ghali s’apprête à comparaître devant l’Audience nationale, le Juge d’instruction Santiago Pedraz refuse d’enquêter sur l’entrée frauduleuse de leader du Polisario sur le territoire espagnol, en renvoyant la balle aux autres tribunaux ordinaires. Un laxisme qui agite le Club des avocats marocains, qui n’a manqué de monter au créneau.
Dans un communiqué, le club présidé par l’avocat marocain Me Mouad El Ajouti a fustigé le refus de l’Audience nationale de recevoir sa plainte déposée au début du mois de mai, auprès du procureur du Roi de la région de « La Rioja ».

Le club a également dénoncé l’attitude évasive de la Justice espagnole dans cette affaire sachant que les juges tendent à éviter d’enquêter sur les circonstances de l’entrée de Ghali en Espagne, en se renvoyant la plainte du club marocain. « Ceci démontre qu’aucun des juges ne veut enquêter sur cette affaire et utilisent les règles de compétence judiciaire pour se débarrasser de ce dossier »

 

 

Le jeu trouble de l’Espagne

Dans une vidéo diffusée hier le 31 mai 2021, sur la chaine youtube de said Bensdira un a gent des renseignements algériennes vasée à London, Selon cet agent  très proche des généraux, et surtout le général-major Mahfoud surnommé « Mahfoud Polisario »qui supervise l’affaire Ghali avait toutes les garanties du gouvernement espagnole que Brahim Ghali quittera l’Espagne ce mardi 1 Juin 2021 sans être inquiété par la justice espagnole.

Un  » jet » de la présidence algérienne décolle à Logroño pour récupérer Ghali, mais fait demi-tour à Ibiza

Le Gulfstream 2000 et immatriculé 7T-VPM de la présidence algérienne a quitté tôt ce matin Alger (Aéroport Boufarik) pour Logroño afin de récupérer le chef de la milice du Polisario. Cependant, lorsque l’avion a atteint la hauteur de l’île d’Ibiza, déjà dans l’espace aérien espagnol, il a fait demi-tour et est retourné à Alger.

Vers 9 h 30, l’avion 7T-VPM était toujours en vol en direction de Logroño . Mais, alors qu’il survolait Ibiza, il a effectué un virage à 180 degrés pour un retour à Alger sans atterrir en Espagne. Vers 10h30, le Gulfstream était de retour dans la capitale algérienne.

Un porte-parole officiel du ministère des Transports de José Luis Ábalos a confirmé que l’avion avait comme destination Logroño et que son but était effectivement de rapatrier Ghali, mais cette source assure qu ‘ »il n’a pas atterri à l’aéroport [de la capitale de la Riojan] parce qu’il ne l’a pas fait, il convient aux vols de ce type et parce qu’il nécessite des mesures préalables », sans préciser en quoi consistent exactement ces mesures ni les raisons pour lesquelles un« jet »ne peut pas atterrir sur un aérodrome capable de recevoir de gros aéronefs commerciaux.
En parallèle, la porte-parole du gouvernement, María Jesús Montero, a assuré lors de la conférence de presse après le Conseil des ministres que l’exécutif n’avait aucune preuve de l’existence de cette opération, aggravant ainsi le sentiment de confusion que la Moncloa avait déjà transmis à ses débuts. de cette crise avec le Maroc.

Pedro Ignacio ALTAMIRANO, victime de menaces de morts proférées à son encontre par les milices du polisario. Dans une déclaration devant le palais de justice

« Je demande à la justice espagnole de rendre justice aux victimes du gang du Polisario, sahraouis et espagnols. De la même manière, j’espère que ce sera la clé qui ouvrira la porte à un véritable procès pour crimes contre l’humanité devant la Cour pénale internationale, et que justice pourra être rendue à tous ceux qui ont commis tant d’horreur. » Pedro Ignacio ALTAMIRANO est le président du Groupe international de soutien à la Réunification et à la paix des Sahraouis.

L’avocate des victimes

Une avocate américaine des droits de l’Homme écrit au juge espagnol

Selon lobservateur.info. Irina Tsukerman est avocate américaine des droits de l’Homme. A ce titre, elle avait été en contact avec les victimes du Polisario. Très proche des faits reprochés au chef des mercenaires d’Alger, elle a adressé une lettre au juge d’instruction de l’Audience nationale de Madrid, Santiago Pedraz Gómez. traduction.

Votre honneur,

En tant qu’avocate des droits de l’homme qui a eu l’occasion d’interroger des témoins et des survivants des prisons du Polisario et de la torture dans les camps de Tindouf, et qui a dû témoigner au nom de ces victimes sans voix de crimes répressifs et inhumains devant la Quatrième Commission des Nations Unies en octobre 2018, Je vous écris pour exprimer ma profonde inquiétude concernant l’audience du 1er juin sur l’affaire Brahim Ghali.

Le soldat algérien Brahim Ghali dit « Benbattouche » doit-il échapper à la justice? Je n’ai pas à m’attarder sur le contexte et les parties impliquées dans ce qui est devenu une affaire d’État entre l’Algérie, l’Espagne et le Maroc. Ces questions politiques vont bien au-delà de la question dont la Cour est saisie; cependant, les enjeux de l’issue juridique dans ce domaine sont importants; si Ghali échappe à l’examen, les répercussions de celui-ci jetteront une ombre sur les relations entre les trois États et les histoires de toutes les autres victimes qui ont été menacées pour ne pas se manifester pour rendre compte de leurs expériences.

Les circonstances de l’admission de Brahim Ghali, chef séparatiste du Polisario en Espagne sous une fausse identité et un passeport diplomatique algérien pour des raisons humanitaires selon Madrid sont connues. L’affaire a évolué vers une crise politique entre Rabat et Madrid. En outre, Ghali a été arrêté par une procédure judiciaire espagnole pour viol, torture et enlèvement de citoyens de nationalité espagnole. Ces affaires concernent à la fois la question de la souveraineté espagnole et les préoccupations internationales plus larges de justice universelle pour ce qui équivaut à des crimes de guerre. Il n’est pas nécessaire de prendre parti pour une partie ou une autre dans le différend politique pour reconnaître les conséquences au fait de permettre aux auteurs de violations des droits de l’homme d’échapper à la punition pour les abus commis sur les impuissants et les vulnérables.

Mardi 1er juin 2021, Ghali doit répondre de ses crimes devant les tribunaux espagnols. Le déroulement de la procédure pénale ne peut déroger à la règle en fonction du statut de l’accusé. Mais la sanction sera aggravée par la question de la falsification préméditée de l’identité pour échapper à la justice espagnole. Cela dit, le cas du soldat Ghali alias « Benbattouche » n’est pas seulement une question de procédure judiciaire normale. Le statut du suspect et des parties impliquées en font un imbroglio juridico-politique. Cet enchevêtrement qui complique à la fois les processus diplomatique et judiciaire doit être clarifié pour s’assurer qu’aucun des deux n’est entaché.

L’opération de transfert du soldat Ghali a été préparée et orchestrée secrètement entre les services secrets algériens et leurs homologues espagnols sans en informer le Maroc. Son transfert en tant que citoyen algérien avec un faux passeport diplomatique algérien s’est fait dans un avion militaire algérien en accord avec les autorités espagnoles. Cependant, l’échec de cette opération est à mettre au crédit et à la vigilance des services secrets marocains. L’affaire s’est transformée en crise diplomatique entre Rabat et Madrid, entraînant des rappels d’ambassadeurs pour explications et consultations et par publication de communiqués de presse officiels.

Les dimensions politiques du scandale menacent d’éclipser les préoccupations tout aussi légitimes en matière de droits de l’homme. Il est plutôt indescriptible qu’un fugitif de la justice s’appuie sur les services des agences de renseignement pour se soustraire à la responsabilité des affaires criminelles impliquant des citoyens espagnols, qui n’ont aucune pertinence par rapport à la valeur que M. Ghali a présentée aux gouvernements concernés. Cela ne doit pas tenir. La question des fausses identités a également des implications importantes pour la sécurité de toutes les personnes impliquées.

L’Espagne n’a pas pu convaincre son partenaire stratégique, le Maroc, d’ignorer ce crime étant donné qu’il nécessitait une planification et impliquait une collusion criminelle d’intérêts, ce qui équivaut à une conspiration criminelle. Cette question devrait préoccuper la Cour car elle se rapporte directement aux affaires pénales en l’espèce. Non seulement ces mesures sont susceptibles de nuire à la confiance et aux meilleurs intérêts des deux pays, mais elles violent les lois espagnoles concernant l’utilisation de documents frauduleux. La déclaration du ministère marocain des Affaires étrangères a rappelé la genèse de l’affaire et les vraies raisons de la crise. Le cas du soldat Ghali et l’incident marginal de l’immigration et de l’entrée de certains Marocains dans la ville occupée de Ceuta a été à juste titre qualifié d’insignifiant par rapport à la gravité de l’opération préparée et exécutée par Alger et Madrid, et en particulier la tentative de couverture des crimes grotesques contre l’humanité dont l’accusé est responsable.

La porte ouverte par les termes diplomatiques de la déclaration de Rabat n’a pas été convenablement saisie à Madrid. Les échelons politiques de Madrid semblent utiliser des mesures politiques pour aider l’Algérie à couvrir les abus de Ghali, à faire pression sur le système judiciaire et à échapper à toute responsabilité pénale.

En tant qu’avocate spécialisée dans les droits de l’homme, je demande à Votre Honneur, au nom des victimes impuissantes de Ghali, d’exercer un jugement indépendant, d’ignorer toute pression politique et toute manœuvre distrayante, et de permettre à ces victimes de passer juste une journée au tribunal.

About gherrrabi

Check Also

Dossier: Une peau de chagrin qui a grandi avec la France

Une peau de chagrin qui a grandi avec la France: “L’histoire opère lentement.” Ulrich Wickert. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *