JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Home / COOPÉRATION / Face aux djihadistes, le Mozambique fait appel à des mercenaires et les personnes déplacées en hausse en raison des embuscades djihadistes

Face aux djihadistes, le Mozambique fait appel à des mercenaires et les personnes déplacées en hausse en raison des embuscades djihadistes

 

Campo di sfollati nel nord del Mozambico (AFP or licensors)
Face aux djihadistes, le Mozambique fait appel à des mercenaires et les personnes déplacées en hausse en raison des embuscades djihadistes.

Une responsabilité partagée face à un ennemi commun: « Le terrorisme, voilà l’ennemi », le terrorisme, ennemi commun numéro un, de l’Afrique.

Face aux djihadistes, le Mozambique fait appel à des mercenaires

Le pays vient de subir une nouvelle offensive, près d’un projet gazier de Total dans le Cabo Delgado, une région en proie à des attaques djihadistes depuis 2017. Malgré le chaos, Maputo préfère recourir à des sociétés de défense privées plutôt qu’à une intervention internationale.

“Les terroristes sèment à nouveau la panique et le désespoir à Palma”, titrait en une vendredi 26 mars, pour sa dernière édition de la semaine, le quotidien mozambicain O País. Palma ou le village assiégé et symbole de cette région, située tout au nord du pays (à la frontière de la Tanzanie), en proie depuis 2017 à des attaques djihadistes que peine à endiguer l’armée mozambicaine.

Le conflit, qui s’enferre, a déjà entraîné la mort d’au moins 2 600 personnes – dont plus d’une moitié de civils, selon l’ONG Acled – et poussé 670 000 autres à l’exode. Un drame humanitaire qui vient donc encore de s’aggraver : environ 180 personnes, dont des expatriés, se trouvent piégées dans un hôtel depuis trois jours à Palma par une nouvelle attaque djihadiste.

Tout près d’un méga projet gazier de Total

Une attaque survenue le jour de l’annonce, relève le média mozambicain Pinnacle News, de la reprise des travaux de construction, sur la zone, d’un méga projet gazier dont le groupe français Total est le principal investisseur et qui devrait être opérationnel en 2024.

Ce vendredi après-midi, une camionnette a tenté une incursion à l’hôtel où se trouvent les otages, avant d’être prise d’assaut. Bilan : sept morts. Tandis que les forces de sécurité ont lancé une offensive pour chasser les rebelles, qui seraient une centaine, “600 employés de l’État demandent à être secourus”, rapporte le journal O País.

Assistenza ai profughi a Cabo Delgado (© Kirche in Not)

Cabo Delgado, les personnes déplacées en hausse en raison des embuscades djihadistes
Une catastrophe humanitaire est en cours dans la zone la plus pauvre du Mozambique, mais aussi la plus attractive pour les intérêts géopolitiques qui se concentrent sur les ressources minérales. Les femmes et les enfants risquent de mourir chaque jour en fuyant les offensives d’Ansar al Sunna. Pendant ce temps, la société Total arrête l’extraction de gaz dans la zone. Don Daldosso.

Mozambique, fuite du Nord en raison de nouvelles attaques des rebelles jihadistes

Dans ce pays d’Afrique australe, une nouvelle offensive d’Ansar al Sunna, un groupe lié à Isis, dans la province de Cabo Delgado, après la reprise des travaux d’extraction de gaz naturel par le français Total. Les raids à Manguna et Palma, qui ont débuté jeudi, ont contraint les habitants à fuir et à rejoindre les 700000 réfugiés depuis 2017, date à laquelle les affrontements avec l’armée ont commencé. Soutien de l’ACS au diocèse et aux missionnaires.
La violence du groupe islamiste Ansar al Sunna ne s’arrête pas dans le nord du Mozambique, qui en un peu plus de trois ans a déclenché une crise humanitaire très grave, avec plus de deux mille victimes civiles directes des affrontements et 700 mille réfugiés, selon les données fournies. par les Nations Unies. Depuis jeudi, une centaine de rebelles islamistes du groupe lié au soi-disant État islamique (EI), ont attaqué à plusieurs reprises la ville de Manguna et les quartiers Quibuite et Quilaua de la ville de Palma, quelques heures après l’annonce de la Le groupe pétrolier français Total a repris les travaux sur son projet d’extraction de gaz naturel liquéfié à quelques kilomètres de Palma, près de la frontière avec la Tanzanie, travaux déjà interrompus en janvier avec l’évacuation de centaines d’employés.

Population fuyant dans les montagnes et sur les plages

Dans le diocèse de Pemba, rapporte ACS, de nombreux prêtres et religieuses ont dû quitter leurs paroisses et missions en raison d’attaques armées et la fondation a déjà assuré aux personnes déplacées des premiers secours d’urgence de 160 mille euros.  » Nous courons, nous fuyons, pour nous cacher sur la plage. Il y a des fusillades partout.  » C’est le témoignage dramatique d’un habitant de Palma, reçu par l’ACS, dans lequel on entend clairement l’homme courir alors qu’il dit aussi que «  les maisons sont abandonnées  », signe que toute la population s’est enfuie de chez eux.

50% des réfugiés sont des mineurs seuls

On estime que les réfugiés représentent près de la moitié de la population de la région et les organisations humanitaires, actives dans le pays, rapportent que 50% d’entre eux sont des enfants laissés seuls. Certaines provinces, comme Mocimboa da Praia, sont entièrement sous le contrôle d’al-Shabaab (jeunes, en arabe), comme on appelle les terroristes d’Ansar al Sunna.
La «malédiction» des richesses du sol, exploitée par d’autres
La violence est provoquée par la volonté de contrôler l’immense richesse découverte dans le sous-sol du nord du Mozambique entre 2010 et 2013. On parle de gisements de gaz pour plus de 5 billions de mètres cubes, la neuvième plus grande réserve de la planète; puis les mines de rubis et de bauxite, ainsi que le charbon, l’or, le cuivre, la fluorite, l’uranium. La plupart de ces richesses sont exploitées par les multinationales occidentales et les répercussions économiques sur la population sont nulles. La province septentrionale de Cabo Delgado était et reste parmi les plus pauvres du pays.

Tunisie, Libye, République démocratique du Congo, Nigéria, Burkina Faso, Mali et maintenant Mozambique: l’Etat islamique continue sans relâche d’étendre ses métastases en Afrique.

Le 4 juin 2019, la propagande de l’Etat islamique revendique pour la première fois une opération armée au Mozambique, sous le label de sa nouvelle province Afrique centrale, qui depuis avril se limitait à la seule République Démocratique du Congo (RDC). L’ouverture de ce nouveau front par la propagande de l’EI pose la question, là encore, de la connexion avec le groupe local, Ansar al-Sunnah, jusqu’ici silencieux sur ses opérations dans la province de Cabo Delgado au nord du Mozambique. Toutefois, après quelques mois, on peut non seulement affirmer que le groupe djihadiste a bien une connexion avec ce groupe, et qu’il en assure la propagande, mais que des liens physiques existent probablement entre le groupe au Mozambique et celui en RDC (ADF).

Ansar al-Sunnah n’est pas un inconnu pour les spécialistes intéressés par ces questions. Ce groupe, que les locaux appellent d’ailleurs « Shebaab » en référence aux djihadistes somaliens loyaux à al-Qaïda, est d’abord une organisation religieuse, apparue dans le Cabo Delgado en 2015, puis qui s’est militarisée. Elle est inspirée au départ par Aboud Rogo Mohammed, un religieux kenyan radical, lié aux attentats de Nairobi et Dar es-Salam en 1998, suspecté d’être un financier des Shebaab somaliens, et abattu au Kenya en 2012. Les premiers membres d’Ansar al-Sunnah ont poursuivi son oeuvre à Kibiti, au sud de la Tanzanie, avant de s’installer au Mozambique, chassés par les autorités en août 2017 parce qu’ils avaient établi un réseau de trafic de drogue, selon certaines sources. La province du Cabo Delgado est idéale: elle comprend une forte proportion de musulmans (58% de ceux présents dans la province), un fort taux de chômage et elle est sous-développée économiquement parlant.

Le groupe commet sa première attaque d’envergure en octobre 2017: il assaille le port de Mocimboa da Praia, s’empare de postes de police, d’armes et de munitions avant de se retirer. Sur la trentaine d’assaillants, 14 auraient été tués, ainsi que deux policiers. Des fusils d’assaut et des documents en arabes sont découverts sur les corps. Par la suite, le groupe attaque les villages, forçant les habitants à partir, entre dans les mosquées pour prêcher un discours radical, quand il ne crée pas lui-même ses propres mosquées pour ce faire. Ansar al-Sunnah met aussi en péril l’exploitation du gaz dans la province, prometteuse suite à de récentes prospections. Anadarko, la firme leader dans le projet, aurait suspendu ses activités à Palma en juin 2018 en raison des mauvaises conditions de sécurité. L’assaut sur Mocimboa da Praia et la riposte de l’armée qui s’ensuite (bombardement, arrestations massives, etc) pousse le groupe à changer de tactique et à frapper des cibles civiles dans le sud du Cabo Delgado. Se servant du parc des Quirimbas comme refuge, il attaque désormais les villages entre les localités de Palma et Pemba. En mai-juin 2018, Ansar al-Sunnah lance des raids sur les villages, tue et décapite parfois les habitants, incendie les maisons et brûle les véhicules. Les attaques sont commises par des groupes de deux ou trois hommes armés de machettes et de fusils d’assaut qui tentent aussi de rançonner les habitants; ils volent le bétail, ce qui indique peut-être un financement par ce biais. En novembre 2018, on estimait que le groupe avait tué 90 personnes, contre seulement 14 en 2017. Ansar al-Sunnah compterait alors un millier d’hommes, et pas seulement du Mozambique, puisque des Tanzaniens rejoignent aussi le groupe, ainsi que des Ougandais, par exemple. Il serait alors divisé en une vingtaine de cellules comprenant au moins 20 hommes chacune.

L’interprétation radicale du groupe semble être fournie par des expatriés partis au Soudan, en Arabie saoudite et dans les pays du Golfe et qui sont revenus avec ce bagage. Les deux chefs du groupe, des locaux, seraient Nuro Adremane et Jafar Alawi. Ansar al-Sunnah produit une première vidéo en janvier-février 2018 qui appele à rejoindre le groupe et espère l’instauration de la charia à tout le Mozambique. Le groupe se finance via les trafics de bois et de rubis, qui généreraient respectivement 3 et 30 millions de dollars, ce qui paraît exagéré à certains. Ansar al-Sunnah se trouve aussi, au Cabo Delgado, dans une plate-forme d’envois d’héroïne vers l’Europe et l’Afrique du Sud, sans compter les activités de contrebande impliquant Chinois, Viêtnamiens et autres acteurs. Le groupe se finance aussi via des donations électroniques: l’argent sert au recrutement et à financer les voyages de ses chefs spirituels, en Tanzanie et à Mocimboa da Praia au Mozambique. Certains jeunes auraient vendu leur bien pour partir s’entraîner en Somalie et revenir au Mozambique; la formation serait également assurée par des déserteurs de la police. Le recrutement se ferait essentiellement dans les mosquées radicales et par les liens familiaux, moins par la propagande, le nombre de vidéos et autres documents restant limité. Ansar al-Sunnah cible en particulier le petit groupe ethnique des Kimwani de la province du Cabo Delgado.

En soi, la revendication de l’Etat islamique du 4 juin 2019 n’a donc rien de surprenant, car des liens semblent existent entre les ADF, dont l’ensemble ou une partie est désormais rallié à l’EI, et Ansar al-Sunnah. En mai 2018, la Tanzanie avait pris un camp de ce dernier groupe dans le Mocimboa da Praia, et avait capturé Abdul Rahman Faisal Nsamba, un Ougandais qui dirigeait la mosquée Usafi de Kampala, visée par les forces ougandaises comme bastion des ADF en 2017. Certains arrêtés en Ouganda en 2017 l’ont d’ailleurs également été au Mozambique en 2018… Via les trafics de contrebande, il y aurait donc un lien possible entre les deux branches de la province Afrique centrale de l’Etat islamique. Dès cette époque, une image circulait chez les partisans de l’EI montrant les combattants du Mozambique et les qualifiant de « soldats du califat », annonçant qu’un serment d’allégeance (ba’yah) à Abou Bakr al-Baghdadi allait bientôt suivre. Ansar al-Sunnah aurait également des liens avec des combattants tanzaniens en Somalie.

La première revendication d’attaque reste encore imprécise sur le plan géographique: il est question du village de Metobe dans la région de Mocimboa. Toutefois l’événement correspondrait bien à une opération de râtissage de l’armée du Mozambique, le 2 juin, à Ntoto, à 30 km au sud de Mocimboa da Praia, où une contre-attaque d’Ansar al-Sunnah aurait entraîné des pertes au sein de l’armée. Une semaine plus tôt, le 28 mai, des assaillants avaient attaqué un camion dans le district côtier de Macoma, au sud de Mocimboa da Praia, avec des grenades improvisées, tuant 16 personnes dont trois soldats assurant la protection du camion. Le 4 juin, l’Etat islamique diffuse les photos de la ghanima (butin) récupéré lors la contre-attaque contre l’armée: obus de mortier, mitrailleuse de type PKM, lance-roquettes RPG-7, roquettes chinoises HEAT-II et HEI-AP pour lance-roquettes Type 69, fusil d’assaut est-allemand Mpi-KMS-72, AKMS est-allemand, de nombreux chargeurs pour les fusils d’assaut, des denrées. Une des photos illustre d’ailleurs le texte sur la province Afrique centrale dans la lettre hebdomadaire al-Naba de l’EI n°185 le 6 juin.

Le 5 juillet, l’Etat islamique revendique une nouvelle attaque sur une caserne de l’armée à Nangade, dans le nord du Mozambique. Le lendemain, le groupe diffuse la photo du butin récupéré lors de l’attaque: six fusils d’assaut Type 56-1, des chargeurs, deux roquettes PG-7V pour RPG-7, 2 obus de mortier de 60 mm. L’opération est relatée dans le numéro 190 d’al-Naba (11 juillet). Le 24 juillet, l’organisation djihadiste diffuse le 11ème volet de sa série vidéo d’allégeance ou de renouvellement d’allégeance des provinces en dehors la Syrie et de l’Irak, qui concerne l’Afrique centrale. Si c’est essentiellement la RDC qui est mise à l’honneur, nous pouvons voir à la fin de la vidéo une trentaine de combattants, au Mozambique, prêter allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi, ce qui sanctionne les liens entre Ansar al-Sunnah et l’EI – sans que l’on sache, comme pour les ADF en RDC, s’il s’agit d’une faction du groupe ou de l’ensemble.

Au Mozambique, les djihadistes viennent de s’emparer d’un très important port, celui de Mocimba da Praia, au bord du canal du Mozambique.

Des djihadistes se sont emparé, ce mercredi 12 août 2020, de l’important port de Mocimba da Praia, dans le nord du Mozambique, riche en gaz, après une série de récentes attaques dans cette région, selon un site d’information local, ce qu’a confirmé une source militaire à l’AFP.

« Le port Mocimboa da Praia a été pris par des terroristes à l’aube », mercredi, selon le site Moz24Horas, information confirmée à l’AFP par une source militaire qui a indiqué que « Mocimboa da Praia est tombé » aux mains des djihadistes.

Mocímboa da Praia est une ville portuaire du nord du Mozambique, située au bord de l’Océan indien. Elle est le chef-lieu du district de Mocímboa da Praia dans la province de Cabo Delgado et fait office de poste-frontière pour les voyages à destination et en provenance de Tanzanie.

Mocímboa da Praia est située au bord du canal de Mozambique (océan Indien), à 1.820 km (2 664 km par la route) au nord-est de Maputo. La ville se trouve à l’embouchure du Rio Mazuma et au fond de la baie de Mocímboa da Praia.

La ville était importante pendant la période coloniale en raison de son port, dédié à l’exportation des ressources naturelles du Mozambique, et de sa proximité avec le Tanganyika au nord. Mocímboa da Praia se voit officiellement décerner le statut de vila, le 7 mars 1959.

La prise du port stratégique de Mocimboa da Praia, au Mozambique, par des militants islamistes soulève l’inquiétude chez les pays voisins. La question sera centrale, en Août 2020, au sommet annuel de la Communauté de développement d’Afrique australe.

Le conflit à huis clos qui déchire le nord du Mozambique depuis 2017 a pris un nouveau tournant, mercredi 12 août, lorsqu’un groupe d’hommes armés a pris le contrôle du port de Mocimboa da Praia et mis en déroute l’armée mozambicaine. C’est la première fois que les insurgés jihadistes, présents dans la province du Cabo Delgado, à la frontière avec la Tanzanie, arrivent à prendre et conserver un lieu aussi stratégique.

L’inquiétude grandit depuis plusieurs mois dans ce pays d’Afrique australe et chez ses voisins. Le groupe jihadiste, connu sous le nom d’Ahlu Sunna wal Jamaa, ou « Chabab » (sans lien direct avec les Shebab somaliens) qui, jusque-là, accumulait les escarmouches avec les forces de l’ordre et les attaques de village, a prêté allégeance à l’organisation État islamique en 2019 et monte en puissance. « Nous les avons vus au cours des 12 à 18 derniers mois développer leurs capacités, devenir plus agressifs et utiliser des techniques communes dans d’autres parties du monde et qui sont associées [au groupe] État islamique », a déclaré, début août, le chef des opérations spéciales américaines en Afrique, le général Dagvin Anderson.

L’horreur sur un terrain de foot au Mozambique : une cinquantaine de civils décapités

Plus de 50 civils mozambicains ont été décapités, plusieurs d’entre eux démembrés, lors d’une nouvelle attaque terroriste dans la province du Cabo Delgado.

Un nouveau cap dans l’horreur a été franchi. Plusieurs médias, dont le site lusophone Plataforma Media,, le bulletin mozambicain Media Fax ou encore la chaîne britannique  BBC rapportaient ce mardi 10 novembre que “plus de 50 Mozambicains ont été décapités par des terroristes dans le Cabo Delgado”. Les faits, qui avaient été rapportés vendredi 7 novembre par le site d’informations mozambicain Pinnacle News..

Selon les informations locales recueillies, des “militants islamistes radicaux” affiliés à Daesh, qui sévissent dans cette province riche en gaz depuis 2017, ont attaqué le district de Muidumbe aux cris de “Allah Akbar” pour chasser la population, avant de s’approvisionner, d’incendier des habitations et de s’enfuir.

Les civils capturés ont été conduits sur un terrain de foot tout proche, pour y être décapités et, pour certains, démembrés. La plupart étaient des adolescents tout juste circoncis, après avoir participé à une cérémonie d’initiation masculine.

Une première incursion sanglante en Tanzanie

Pinnacle News avance le nombre de 51 victimes après ce nouvel assaut barbare. Mediafax, de son côté, ajoute qu’il est “difficile d’obtenir des informations précises” en raison du sabotage des réseaux de téléphonie par les terroristes. Dans un entretien à la Deutsche Welle, le service international de diffusion allemand, Luiz Fernando Lisboa, l’évêque de Pemba, la capitale régionale de la province du Cabo Delgado, confirme qu’ ”il y a bien eu des décapitations, mais il est impossible de définir le nombre de victimes”.
Le mois dernier, 300 de ces “militants islamistes” s’étaient affranchis de leur zone d’influence du Cabo Delgado pour aller mener leur première grande attaque dans le sud de la Tanzanie, dans la ville de Kitaya, rapportait le 19 octobre le journal Carta de Moçambique. Plus de 20 civils et soldats avaient été décapités. L’attentat avait été revendiqué par la branche d’Afrique centrale du groupe Etat islamique (Iscap).

Lire aussi:

L’Algérie reste sans doute le pays d’Afrique le plus évidemment associé au terrorisme international

Depuis la dernière décennie, des spécialistes ont mis en garde contre une nouvelle forme de terrorisme, appelée à se substituer au type révolutionnaire ou gouvernemental évoqué dans (Botha 2003, p. 5-6). Les groupes terroristes des années 1980 étaient très fermés et disciplinés. Les nouveaux terroristes sont au contraire unis entre eux d’une façon assez lâche, à travers une origine et des croyances communes, les conduisant à recourir à la terreur pour frapper des ennemis également communs.

« L’Algérie […] présente un cas particulier d’exportation de la terreur bien au-delà de la capitale et des frontières nationales ; elle pourrait devenir un problème international si les autorités n’y mettent bon ordre » (Swart et al. 2003, p. 15). Selon le Jane’s Defence Weekly, pas moins de 2 800 ressortissants algériens auraient été entraînés dans les camps d’Al-Qaida en Afghanistan. Ce serait là le troisième contingent national par ordre d’importance numérique après ceux de l’Arabie Saoudite et du Yémen. Face à la dureté de la répression intérieure, des ressortissants algériens ont également trouvé refuge en Egypte, mais aussi dans les pays européens, en Tchétchénie, ou encore au Pakistan. C’est ainsi que certains d’entre eux parvinrent à implanter à Londres des cellules terroristes financées par des activités criminelles…⇒ Doc

Dossier / expansionnisme algérien: Un algérien remplace un autre, Après la mort de l’algérien d’Abdelmalek Droukdel, AQMI désigne son nouveau chef l’algérien Abou Obeida Youssef al-Annabi.

Côte d’Ivoire: un poste des forces de sécurité attaqué dans le nord

About gherrrabi

Check Also

Sahara marocain: Sonnés de partout, l’Algérie et le front polisario de plus en plus acculés par la communauté internationale… L’historien, Koné Abdoulaye

Le soutien international massif à l’initiative marocaine d’autonomie au Sahara déconstruit aujourd’hui le malsain rêve …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *