JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Home / COOPÉRATION / Dossier malien: La CEDEAO « trouverait acceptable » un an de transition à la junte

Dossier malien: La CEDEAO « trouverait acceptable » un an de transition à la junte

Mali : la CEDEAO propose un an de transition à la junte.
Les négociateurs de la CEDEAO ont été dépêchés à Bamako le week-end dernier pour débattre des modalités d’un retour à un pouvoir civil avec les officiers de l’armée qui ont déposé le 18 août le président Ibrahim Boubacar Keita.

Quatre jours de discussions ont abouti à une décision

Ce jeudi, l’organisation sous régionale ouest-africaine précise sa position par un communiqué de la présidence nigériane: elle est prête à consentir à une transition qui durerait jusqu’à un an.
La CEDEAO « trouverait acceptable » l’idée d’un « gouvernement par intérim dirigé par un civil ou un militaire à la retraite » pour une période de transition de « six, neuf, ou douze mois » au Mali, avant l’organisation d’élections dans le pays.
Le président de la Commission de la CEDEAO, Jean-Claude Kassi Brou, qui espèait « pouvoir tout finaliser lundi dernier », a souligné la « volonté de vraiment aller de l’avant » des militaires. « Il faut des résultats parce que le 26 août, les chefs d’État de la CEDEAO se réunissent pour dire s’ils renforcent les sanctions contre la junte ou si on desserre l’étau », a expliqué un membre de la délégation.

Dénoncé par la communauté internationale, le coup d’État militaire n’a suscité aucune opposition notable à Bamako.

Les militaires au pouvoir à Bamako réclament également la levée des sanctions prises après le coup d’Etat.
Les dirigeants des 15 pays membres de la CEDEAO doivent se réunir vendredi pour débattre du dossier malien

About gherrrabi

Check Also

France / Sécurité Globale : Les quatre policiers mis en cause dans l’agression de Michel, à Paris entendus par l’IGPN sous le régime de la garde à vue

Cette violente agression de Michel, un producteur de musique, dont les images tournent en boucle …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *