JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Breaking News
Home / COOPÉRATION / Dossier / Groupe Russe Wagner: Les Sanctions Européennes Tombent…… L’Algérie dans de sales draps

Dossier / Groupe Russe Wagner: Les Sanctions Européennes Tombent…… L’Algérie dans de sales draps

Groupe Russe Wagner: Les Sanctions Européennes Tombent… L’Algérie dans de sales draps
  • L’UE sanctionne le groupe russe Wagner pour ses «actions de déstabilisation»
  • L’Algérie semble être dans une situation délicate, à cause des enjeux qui entourent le dossier «Wagner ».

« Torture », « exécutions sommaires », « pillages de ressources », « déstabilisation »…

L’Union européenne a adopté, lundi, une série de sanctions pour répondre aux « actions de déstabilisation » menées en Europe et en Afrique par la société militaire privée russe Wagner. Cette décision a été approuvée à l’unanimité par les ministres des Affaires étrangères de l’UE réunis à Bruxelles.

L’Union européenne a sanctionné, lundi 13 décembre, le groupe paramilitaire russe Wagner ainsi que huit personnes et trois sociétés qui lui sont liées pour les « actions de déstabilisation » menées en Ukraine et dans plusieurs pays d’Afrique, a annoncé le Conseil de l’Union européenne dans un communiqué.

Les sanctions consistent en une interdiction de visas pour les personnes et le gel des avoirs dans l’UE.

Elle annonce un gel des avoirs pour huit responsables de ce « groupe« , ainsi qu’une interdiction de pénétrer sur le territoire européen, et des sanctions également pour « trois entités qui lui sont liées« .
La décision a été approuvée à l’unanimité par les ministres des Affaires étrangères de l’UE réunis à Bruxelles. Elle a été publiée au Journal officiel de l’UE pour entrer en vigueur:

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken met en garde les autorités maliennes

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken s’est inquiété lors d’une visite au Sénégal de l’instabilité au Mali et a mis en garde le groupe de sécurité privé russe Wagner contre toute tentative d’ingérence.

La communauté internationale fait pression pour que la junte de Bamako, après les putsch d’août 2020 et mai 2021, respecte son engagement de rendre le pouvoir aux civils à l’horizon de 2022, avec l’organisation d’élections présidentielle et législatives.

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a imposé début novembre des sanctions contre des membres de la junte après que cette dernière eut informé l’instance de l’impossibilité d’honorer l’échéance électorale de 2022.

« Nous espérons reprendre toute notre assistance dès qu’un gouvernement démocratiquement élu sera entré en fonction« , a déclaré Antony Blinken lors d’une conférence de presse à Dakar.

Toutes ces accusations ont été documentées par les Nations Unies en République Centrafricaine.

Les rapporteurs du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme étaient explicites, en octobre dernier : »[…] de nombreuses forces, y compris le Groupe Wagner, commettent des violations systématiques et graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire, notamment des détentions arbitraires, des actes de torture, des disparitions forcées et des exécutions sommaires, un phénomène qui se poursuit sans relâche et en toute impunité.

Les experts ont également reçu des informations selon lesquelles des membres du Groupe Wagner auraient commis des viols et des violences sexuelles à l’encontre de femmes, d’hommes et de jeunes filles dans de nombreuses régions du pays » lit-on encore dans cette Communication de l’ONU.

L’Algérie semble être dans une situation délicate, à cause des enjeux qui entourent le dossier «Wagner ».
Projet Wagner : L’Algérie apporte son soutien au Mali.
En visite au Mali, l’émissaire du Président algérien a affirmé le soutien de son pays au Mali dans leur ambition de collaborer avec la société russe de défense Wagner. «Le Mali doit être préservé dans son unité territoriale. Le Mali est un pays souverain et nous devons absolument faire en sorte qu’il le reste », a expliqué Delmi, émissaire du Président algérien à sa sortie d’audience avec le Premier ministre malien Choguel Kokala Maïga.

Selon des révélations du quotidien français Le Monde, l’agacement de la France concernerait aussi  que l’Algérie soutient l’intervention du groupe Wagner au Mali.

Arrivée de Wagner 35 millions offert par l’Algérie a la junte Malienne

L’incursion des mercenaires russes de la société privée Wagner au Mali a aujourd’hui un parrain. Il s’agit du régime algérien qui aurait promis à ses interlocuteurs maliens et russes de financer  jusqu’à hauteur de 70 % de l’effort de guerre qui serait engendré par l’accord militaire conclu entre Wagner et les autorités maliennes, rapporte le site parisien Algériepart.

La société privée russe Wagner, une sorte de légion étrangère, déployée par le Kremlin en Syrie, en Lybie et en République Centrafricaine, serait aujourd’hui opérationnelle au Mali. Il aurait pour objectif déclaré de former les FAMa, les forces armées maliennes, afin de sécuriser le pays, mais également d’assurer la protection de la capitale Bamako et des personnalités officielles maliennes en déplacement dans pays. L’Algérie ne verrait pas d’un mauvais œil le déploiement de la force paramilitaire russe au Mali et la fin de l’opération Barkhane. Les relations entre Paris et Alger vont de mal en pis depuis quelques semaines. Et à travers le financement de la société Wagner, Alger détiendrait une carte de négociation majeure qu’elle pourrait faire jouer quand cela sera nécessaire.

Mais selon les sources de Maghreb-intelligence, l’autre volet de cet accord serait le recrutement, l’armement et l’entraînement par les russes de Wagner d’une force d’élite composée d’éléments du Polisario et des certains rebelles Touaregs afin de mener des opérations d’éclats contre le mur de défense marocain.

Frères d’armes (Band of Brothers): le groupe Wagner et l’État russe

La société militaire privée russe Wagner Group peut apparaître comme une société commerciale conventionnelle. Cependant, sa gestion et ses opérations sont profondément liées à la communauté militaire et du renseignement russe. Le gouvernement russe a trouvé que Wagner et d’autres sociétés militaires privées étaient utiles pour étendre son influence à l’étranger sans la visibilité et l’intrusion des forces militaires de l’État. En conséquence, Wagner devrait être considéré comme une organisation mandataire de l’État russe plutôt qu’une entreprise privée vendant des services sur le marché libre¹.

Contexte historique et juridique des entreprises militaires privées en Russie

L’ère de l’après-guerre froide a apporté une renaissance des sociétés de sécurité privées (PSC) et des sociétés militaires privées (PMC). Les acteurs étatiques et non étatiques ont souvent fait appel à leurs services, car ces entreprises sont plus flexibles, moins chères, moins responsables et souvent beaucoup plus capables que les forces armées régulières. Les conflits du 21 e siècle, en particulier les guerres en Afghanistan et en Irak, ont vu les PMC s’impliquer à tous les niveaux, du soutien logistique aux opérations de haute intensité.

La Russie post-soviétique a suivi la tendance à la privatisation de la violence d’État relativement tard, principalement en raison de la résistance interne des forces armées, ainsi que des difficultés économiques. Bien qu’il existe des milliers de sociétés de sécurité privées opérant dans le pays, gardant les infrastructures et fournissant des services de protection des VIP, les sociétés militaires privées ne peuvent toujours pas être établies légalement sur le territoire de la Fédération de Russie. Bien que certaines failles juridiques, qui seront expliquées plus loin, aient permis à quelques entreprises ressemblant à des PMC occidentales d’opérer dans les années 1990, les entreprises militaires privées russes n’ont attiré l’attention du monde entier que dans les années 2010, en raison de leur participation aux guerres en Syrie et Ukraine.

La Russie s’appuie sur la longue histoire de l’Union soviétique en matière d’opérations de forces supplétives à l’étranger. Par exemple, le soi-disant groupe de volontaires soviétiques était un détachement de l’armée de l’air déployé en Chine pendant la deuxième guerre sino-japonaise en 1937. En théorie, tous les pilotes et techniciens étaient des volontaires, et Moscou a officiellement nié tout lien avec eux ; en fait, ils appartenaient à l’armée de l’air soviétique. Quelques années plus tard, pendant la guerre d’hiver contre la Finlande, l’Union soviétique a utilisé le gouvernement fantoche du politicien finlandais pro-Moscou, Otto Wille Kuusinen, comme couverture pour son attaque contre la Finlande. La force d’attaque forte de plus de 400 000 membres appartenait nominalement au gouvernement Kuusinen; cependant, cette couverture était si faible que Moscou l’a abandonnée avant la fin de la guerre.

À l’époque de la guerre froide, l’Union soviétique a envoyé des milliers de spécialistes militaires sous le couvert de « conseillers » dans de nombreux conflits dans le monde, principalement au Moyen-Orient. Les conseillers soviétiques ont joué un rôle important dans la modernisation des forces armées de la Syrie, de l’Égypte, de la Libye et d’un certain nombre d’autres États. Dans les années 1990, des « volontaires » russes ont participé aux conflits séparatistes de Moldavie et de Géorgie, tandis que l’État russe a officiellement nié son implication dans les conflits et les a qualifiés de guerres civiles.

Plus récemment, des universitaires militaires russes ont étudié de près la manière dont les États-Unis et leurs alliés ont utilisé les PSC et les PMC en Afghanistan et en Irak. En outre, la Russie avait des contacts directs, quoique sporadiques, avec les CSP occidentaux en Afghanistan. Le réseau de trafic d’armes de Viktor Bout a même parfois coopéré avec plusieurs CSP alors qu’il fournissait des services logistiques aux forces américaines en Irak.

Les entreprises militaires privées comme outils d’influence

Le Kremlin a développé sa propre vision des PMC. Au lieu d’aborder la question du point de vue budgétaire – à savoir que les SMP sont plus flexibles et moins chers que l’armée régulière – la Russie les perçoit principalement comme des outils politico-militaires d’influence étatique, qui peuvent être utilisés sous couvert de déni plausible. Comme l’a souligné Anna Borshchevskaya, en 2009, plusieurs unités d’opérations spéciales de la Direction principale du renseignement (GRU) ont été subordonnées directement au chef d’état-major Nikolay Makarov. Bien qu’il n’y ait aucune preuve directe, ces unités étaient probablement destinées à devenir la source de personnel pour les sociétés militaires privées à créer à l’avenir. Un an plus tard, Makarov a parlé publiquementsur la nécessité de recourir à des sociétés militaires privées « pour des missions délicates à l’étranger ». La logique a prévalu : en avril 2012, lorsque le Premier ministre de l’époque Vladimir Poutine a été interrogé à la Douma russe pour savoir s’il soutenait l’idée de créer un réseau d’entreprises militaires privées russes, il a répondu positivement et a souligné que les SMP pouvaient être des outils d’influence à l’étranger. , permettant la réalisation des intérêts nationaux sans l’implication directe de l’État. À titre d’exemples, il a noté que de telles entreprises pourraient assurer la protection d’installations importantes, ainsi que la formation du personnel militaire étranger à l’étranger. Le déni plausible a joué un rôle clé dans les réflexions de la Russie sur la création de sociétés militaires privées, sur la base également des riches expériences historiques de Moscou.

Une autre motivation pour l’utilisation des PMC est qu’elle permet à l’État russe de cacher les pertes de personnel au public russe. Comme ces formations sont officiellement des entreprises privées, leurs pertes ne comptent pas dans les rapports officiels du ministère russe de la Défense (MoD) sur le nombre de militaires morts ou blessés. Ainsi, les rapports du ministère de la Défense russe sur les voennosluzhashchie (membres du service) perdus n’incluent jamais les pertes subies par les sociétés militaires privées russes opérant dans le même théâtre opérationnel. La même logique permet à la Russie de nier l’implication de ses mandataires dans les conflits, car les entrepreneurs de PMC ne comptent pas comme voennosluzhashchie. C’est important parce que les agents de PMC russes combattent souvent en première ligne et attaquent des positions difficiles, de sorte que leurs pertes sont beaucoup plus élevées que celles de l’armée régulière.

Le cadre juridique

La constitution russe stipule expressément que toutes les questions de sécurité et de défense appartiennent uniquement à l’État. Par conséquent, la création de sociétés militaires privées est illégale en Russie, malgré les efforts répétés de certains groupes puissants pour changer cela. Les arguments en faveur de la légalisation se concentrent principalement sur la large pratique internationale d’utilisation des PMC, ce qui justifierait que la Russie fasse de même. Cependant, selon des informations parues dans la presse, le ministère de la Défense, le ministère des Affaires étrangères et d’autres agences de sécurité sont fermement opposés à la levée de cette interdiction.

Cependant, il existe un certain nombre de lacunes importantes dans le système législatif russe. Bien que les individus ne soient pas autorisés à servir comme mercenaires, selon le Code pénal russe, les entreprises publiques sont autorisées à avoir des forces armées privées et des fondations de sécurité. Combiné à un réseau de sous-traitants généralement dense de facto , cela permet aux citoyens russes de travailler pour des entreprises militaires privées malgré l’interdiction nominale. Une autre solution consiste à enregistrer les sociétés à l’étranger, ce qui permet aux autorités russes d’ignorer les opérations de la PMC « étrangère ». Comme le soutient Candace Rondeaux, la motivation probable de l’État russe pour ne pas pousser à la légalisation complète des entreprises militaires privées est que cette opacité juridique ajoute à l’ambiguïté globale qui entoure ces entités ; elle accroît ainsi la liberté de manœuvre de l’État dans leur utilisation.

Dans la pratique, l’environnement juridique est si permissif que la plupart des entreprises militaires privées russes préfèrent recruter exclusivement des citoyens russes. Pendant ce temps, l’interdiction formelle de servir en tant que mercenaire fournit à l’État russe un fort pouvoir juridique sur les agents de PMC, garantissant leur conformité globale avec les préférences de l’État.

Le groupe Wagner est loin d’être la seule entreprise militaire privée russe. Anna Maria Dyner énumère plusieurs autres sociétés militaires privées russes qui ont opéré à l’étranger, telles que la société ENOT en Syrie et le groupe Feraks en Irak, en Afghanistan, au Kurdistan irakien et au Sri Lanka, ainsi que le groupe Antiterror-Orel et bien d’autres.

Précurseur direct du groupe Wagner : le Corps slave

Conformément à l’environnement juridique restrictif et à la logique du déni plausible, le soi-disant Corps slave, une entreprise militaire privée, a été créé à Hong Kong en 2013 par deux employés d’un PSC russe conventionnel : le Moran Security Group. Selon une étude norvégienne publiée en 2020, cependant, c’est en fait le gouvernement syrien qui a engagé le Moran Security Group pour aider les forces gouvernementales syriennes à combattre l’État islamique. Comme Moran lui-même n’était pas à la hauteur, même s’il opérait déjà en Syrie depuis au moins un an, la décision fut prise de créer une nouvelle entité ; c’est devenu le Corps slave.

Des membres du Corps slave déployés en Syrie en 2013. Leur mission était d’aider les forces syriennes à reprendre les installations pétrolières des militants de l’État islamique. Cependant, plusieurs problèmes de coordination et de logistique se sont posés. Le problème clé était que le Corps slave dépendait du gouvernement syrien pour la logistique, mais au lieu des armes modernes promises, il a reçu des armes obsolètes en nombre insuffisant. Sa première mission de combat en Syrie s’est soldée par une défaite spectaculaire près de Deir al-Zour. Les survivants ont été ramenés en Russie et la société a été dissoute .

Le groupe Wagner et ses liens avec l’État russe

La société militaire privée Wagner Group est apparue peu de temps après la disparition du Corps slave. Alors que Wagner est souvent qualifié d’entreprise privée liée à l’oligarque russe Yevgeny Prigozhin, plusieurs facteurs indiquent que l’entité est étroitement liée à l’État russe.

Un détail important est que le groupe Wagner n’est enregistré ni en Russie ni ailleurs – de jure , la société n’existe pas. Conformément à la logique d’ambiguïté décrite ci-dessus, l’État russe non seulement tolère mais, dans de nombreux cas, soutient activement ses actions.

La carrière de Dmitri Outkine

Dmitry Outkine est le fondateur du groupe Wagner. Vétéran des deux guerres tchétchènes, Outkine a servi dans le GRU jusqu’en 2013, après quoi il a commandé une unité Spetsnaz , atteignant le grade de lieutenant-colonel. En 2013, il quitte le service et rejoint le Groupe de sécurité Moran, dans les rangs duquel il participe à l’opération ratée du Corps slave susmentionnée en Syrie. En 2014, il quitte Moran et crée le groupe Wagner. La société a été nommée d’après son ancien indicatif « Vagner ». Il ne peut pas être vérifié si Outkine a initié la création du groupe Wagner ou n’était qu’un homme de façade pour quelqu’un d’autre.

Des membres du groupe Wagner, ainsi qu’Utkin lui-même, ont participé aux opérations russes en Ukraine en 2014. Au cours de la période de 2014 à 2015, le renseignement électromagnétique ukrainien a intercepté trois conversations téléphoniques d’Utkin relevant du colonel du GRU Oleg Ivannikov, ainsi que de Le général de division Evgeny Nikiforov, chef d’état-major de la 58 e armée russe . Ces conversations ont indiqué qu’Outkine était subordonné à la fois au GRU et au commandement militaire russe. Un autre indicateur du lien très étroit d’Utkin avec l’État russe est qu’il a été photographié lors d’une réception du Kremlin tenue le 9 décembre 2016, où il a été décoré de l’Ordre du courage, prétendument pour ses services en Ukraine.

Base partagée avec le GRU

La base principale du groupe Wagner est située dans une ville appelée Molkino, dans le district de Krasnodar en Russie. Ce qui rend cette installation très inhabituelle, c’est qu’elle est exploitée conjointement par la 10 e brigade spéciale distincte du GRU russe et le groupe Wagner. Après avoir passé le premier poste de contrôle gardé par des soldats du GRU, si l’on conduit à gauche, ils arriveront à l’installation du GRU, tandis que la route à droite mène à la caserne Wagner. Un rapport d’enquête , publié dans la revue russe Znak en mars 2018, a révélé que malgré le fiasco de Deir ez-Zor, la base était constamment agrandie et de nouveaux bâtiments étaient en construction.

Il est très inhabituel pour une entreprise privée de partager une base avec une unité militaire d’élite d’opérations spéciales, et il est particulièrement étrange que le personnel du GRU garde la route menant à la caserne d’un PMC. Le fait que la base Molkino fonctionne comme elle le fait implique que les relations entre les deux organisations sont en effet cordiales.

Dépendance à l’infrastructure militaire russe

Il y a eu plusieurs occasions documentées où des agents de Wagner ont utilisé des infrastructures de transport liées au ministère russe de la Défense. Lorsque des agents de Wagner ont été déployés au Venezuela pour aider le président Nicolas Maduro, ils sont arrivés à bord d’avions de transport de l’armée de l’air russe, un Ilyushin Il-62M et un Antonov An-124. En Libye, les avions-cargos militaires russes Ilyushin Il-76 approvisionnent les agents de Wagner combattant au sol. Le personnel de Wagner entre et sort régulièrement de la Syrie à bord d’avions de transport militaire.

Et le transport n’est pas le seul secteur où il peut être prouvé que Wagner s’appuie sur l’infrastructure militaire russe. De multiples rapports d’ enquête confirment que des membres du groupe Wagner sont soignés et réhabilités dans des hôpitaux militaires russes. Par exemple, après la défaite de février 2018 à Deir ez-Zor, les survivants blessés ont été évacués par des avions médicaux militaires russes vers les hôpitaux militaires de Rostov et de Moscou. Ce détail indique que Wagner est si étroitement lié aux structures militaires russes que leurs agents ont le droit de recevoir des soins de santé militaires spécialisés, un avantage peu susceptible d’être reçu par une entreprise privée normale.

Passeports émis par le GRU

Selon les rapports du service de sécurité ukrainien (SBU), vérifiés par les rapports d’investigation de Bellingcat, les agents de Wagner utilisent souvent des passeports délivrés par un bureau spécial des passeports à Moscou : l’Unité centrale des migrations 770-001. Cette unité délivre presque exclusivement des passeports aux personnes liées au ministère russe de la Défense. C’est la même unité 770-001 qui a délivré les passeports sur les fausses identités des deux auteurs de la tentative d’assassinat de Sergueï Skripal. De plus, les passeports documentés des agents de Wagner ont été délivrés avec des numéros séquentiels, ce qui implique qu’ils ont été distribués en groupes, de manière organisée. Comme l’ont observé les journalistes de Bellingcat, cela indique que l’État russe non seulement tolère mais soutient activement les opérations des entrepreneurs Wagner à l’étranger.

Intervention présidentielle au profit du groupe Wagner

Les dernières semaines de la campagne électorale présidentielle 2020 au Bélarus ont apporté un développement inattendu: le 29 Juillet e , les autorités biélorusses ont arrêté 33 citoyens russes qui auraient appartenu au groupe Wagner. Alors que le président biélorusse Alexandre Loukachenko a utilisé l’histoire des agents de Wagner arrêtés pour sa campagne électorale, les accusant d’avoir planifié d’interférer avec les élections, des sources indépendantes ont révélé qu’en fait, le groupe Wagner utilisait régulièrement la Biélorussie comme pays de transit vers divers théâtres d’opérations; leur présence sur le territoire biélorusse n’avait donc rien d’extraordinaire.

Le 31 juillet , le président russe Vladimir Poutine a spécialement convoqué une réunion du Conseil de sécurité nationale russe pour discuter de la question. Par la suite, Poutine a soulevé la question au moins deux fois lors de ses conversations téléphoniques bilatérales avec Loukachenko. Sans surprise, les agents de Wagner russes arrêtés ont été libérés peu de temps après la fin des élections biélorusses, sans aucune accusation. Le fait que l’arrestation d’agents de Wagner ait obligé Poutine à convoquer d’urgence une réunion spéciale du Conseil de sécurité nationale et qu’il ait discuté de la question directement avec Loukachenko indique que le sort des agents de Wagner arrêtés était d’une extrême importance pour le Kremlin – ce qui serait peu probable si Wagner n’avait pas été étroitement lié à l’État russe.

Conclusion

Wagner est étroitement, souvent directement, lié à l’État russe. Il existe des preuves indiquant que le groupe Wagner était subordonné à l’armée russe en Ukraine. Wagner s’appuie largement sur l’infrastructure militaire russe, de l’utilisation d’une base partagée au transport par avion militaire russe à l’utilisation des services de santé militaires. L’État russe est également documenté soutenant le groupe Wagner avec des passeports et, comme le suggèrent les récents événements en Biélorussie, même par une intervention politique au niveau présidentiel.

Compte tenu de ces facteurs, le discours scientifique transatlantique sur le groupe Wagner devrait changer. Au lieu d’utiliser le récit russe, selon lequel Wagner est une entreprise militaire privée, Wagner devrait être considéré comme une organisation mandataire classique et traité en conséquence. Dans ce contexte, le fait que Wagner ait l’intention d’apparaître comme une entreprise militaire privée doit être considéré comme d’une pertinence limitée.

András Rácz est chercheur principal au Conseil allemand des relations étrangères (DGAP) à Berlin, en Allemagne. Les opinions exprimées ici n’engagent que lui et ne représentent pas la position officielle du SCRS, de toute autre institution ou État.

La recherche de base pour la présente étude a été menée avec le soutien de la subvention de recherche n° 129243., intitulée « Tradition et flexibilité dans la politique de sécurité et de défense de la Russie», fournie par le Bureau national de la recherche, du développement et de l’innovation de Hongrie.

Le SCRS n’adopte pas de positions politiques précises. En conséquence, tous les points de vue, positions et conclusions exprimés dans cette publication doivent être compris comme étant uniquement ceux de l’auteur (s).

¹Une particularité méthodologique importante est que cette analyse se concentre uniquement sur les liens directs entre le groupe Wagner et l’État russe. Par conséquent, les questions d’intérêts oligarchiques se chevauchant parfois avec les priorités de l’État russe, qui peuvent diriger les opérations de Wagner dans diverses parties du monde, ne sont pas visées par la présente étude.

A lire aussi:

Mali: 8 ans après leur arrivée, les soldats français quittent Tombouctou

About gherrrabi

Check Also

Cameroun: La menace terroriste plane sur la CAN 2021, l’Algérien, Mourad Bouakkaz, ancien terroriste et agent du (DRS) [Vidéo]

Un homme averti en vaut deux Mourad Bouakkaz, ancien terroriste et agent du (DRS) vient …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *