JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Breaking News
Home / COOPÉRATION / Dossier / CarvajalGate: le sale coup de la « cosa nostra » Espagnol que les Américains n’oublieront jamais

Dossier / CarvajalGate: le sale coup de la « cosa nostra » Espagnol que les Américains n’oublieront jamais

CarvajalGate: le sale coup de la « Cosa Nostra » Espagnol que les Américains n’oublieront jamais. L’érosion d’une influence, l’Espagne a perdu pied en Amérique latine

Réfugié en Espagne, Hugo Armando Carvajal, l’ancien chef du renseignement militaire vénézuélien a soudainement disparu le jour même où la justice autorisait son extradition vers les États-Unis.


Surnommé « El Pollo » (le poulet), Hugo Carvajal joue son va-tout en décidant de se prononcer contre Nicolas Maduro. Une initiative qui ne le met pas forcément à l’abri d’éventuelles poursuites de la part de la justice américaine.
Le vendredi 8 novembre 2019, le général Hugo Armando Carvajal, ancien chef du renseignement militaire vénézuélien, réfugié à Madrid, a pris congé de sa femme Angélica Flores en ces termes : “Ça va aller, ne t’en fais pas pour moi. Occupe-toi des enfants”.

Ce n’était pas la première fois qu’il s’enfuyait, lesté de tous ses secrets. À 59 ans, celui qui fut l’élève d’Hugo Chávez à l’Académie militaire et son homme de confiance pendant les huit ans qu’il a passés au sein du gouvernement chaviste, est arrivé en Espagne en mars 2019 pour fuir le régime de Nicolás Maduro – le successeur d’Hugo Chávez, décédé d’un cancer en 2013.

Hugo Carvajal, qui a dirigé les services de renseignements militaires pendant de nombreuses années, est réclamé par la justice américaine pour des affaires liées au trafic de drogue. L’homme fort des services d’intelligence vénézuéliens pendant toute une décennie avait été arrêté en 2014 sur l’île néerlandaise d’Aruba et risquait l’extradition aux Etats-Unis. Après plusieurs jours d’intenses négociations entre les Pays-Bas et l’Etat vénézuélien, il était rentré libre au Venezuela et avait été accueilli en héros.

Le Venezuela a nommé Carvajal comme son consul en Aruba en janvier 2014, cependant, il n’avait pas été officiellement accepté par le gouvernement néerlandais. Il a été arrêté en Aruba le 22 juillet 2014 sur un mandat d’arrêt américain. Président vénézuélien Nicolás Maduro a protesté en disant que Carvajal jouissait de l’immunité diplomatique. En guise de protestation, le Venezuela a fermé son espace aérien aux avions venant de Aruba et Curacao pendant plusieurs heures, laissant des centaines de passagers bloqués. Maduro a également menacé de ralentir les activités de la raffinerie de pétrole d’Isla à Curaçao. Le 28 juillet, il a été libéré et ramené au Venezuela par avion privé. Les responsables d’Aruba ont déclaré que le ministre néerlandais des Affaires étrangères Frans Timmermans avait décidé de reconnaître l’immunité de Carvajal. Les Pays-Bas ont déclaré Carvajal persona non grata. Lors d’une apparition publique, Maduro a déclaré: « Nous avions un plan pour faire monter la tension en Amérique latine« .
Un jour après sa libération, des informations ont été publiées selon lesquelles le Venezuela avait envoyé quatre navires militaires près des côtes d’Aruba pendant que Carvajal était détenu. Le Département d’État des États-Unis a déclaré qu’il disposait de preuves de menaces graves du Venezuela contre Aruba et les Pays-Bas. Le ministère néerlandais des Affaires étrangères a déclaré avoir eu des contacts avec le Venezuela au sujet des navires militaires, le Venezuela déclarant qu’ils revenaient d’un exercice.

Carvajal est également recherché par la Colombie pour la torture et le meurtre de deux agents.

En septembre 2008, le Département du Trésor des États-Unis L’Office of Foreign Assets Control (OFAC) a accusé Carvajal d’avoir aidé la guérilla colombienne FARC dans ses activités de trafic de drogue en les protégeant des saisies de drogue, en fournissant des armes et en fournissant des documents officiels vénézuéliens. Il a été placé sur la liste avec Henry Rangel Silva, Directeur de la Direction des services de renseignement et de prévention du Venezuela, qui devint plus tard ministre de la Défense et gouverneur de Trujillo et avec Ramón Rodríguez Chacín, ancien ministre de l’Intérieur et de la Sécurité.
Le trafic de drogue serait aujourd’hui totalement contrôlé par l’armée, dirigée par une caste de généraux réunie au sein du Cartel de los Soles (le cartel des soleils). Cette organisation est soupçonnée par les Etats-Unis d’organiser le transport de la drogue depuis la Colombie et le Pérou vers le Mexique pour le compte du cartel mexicain de Sinaloa.

Roberto Rincón, l’homme d’affaires texan arrêté en décembre, détenteur de trois comptes crédités de 25 millions de dollars chez Crédit Suisse, est décrit comme un ami très proche d’un des plus puissants de ces généraux, le célèbre Hugo Carvajal, alias El Pollo (le poulet), ancien chef des services secrets.

En juillet 2014, des agents de l’agence antidrogue américaine (DEA) avaient tenté d’arrêter Hugo Carvajal lors de son passage sur l’île d’Aruba, dans les Caraïbes néerlandaises. L’armée vénézuélienne avait aussitôt dépêché des navires de guerre au large de l’île, et Caracas avait menacé de couper les lignes aériennes ainsi que l’approvisionnement en pétrole. Les autorités néerlandaises avaient relâché Hugo Carvajal dès le lendemain; il avait été accueilli en héros dans son pays et congratulé par le président Nicolás Maduro. Lorsqu’il s’était rendu à Aruba, Hugo Carvajal voyageait dans le jet privé de Roberto Rincón. Le général a donné une interview à la télévision vénézuélienne le 16 février, assurant que «tout ce dont les Etats-Unis m’accusent est faux».
Les soupçons sur l’implication des militaires vénézuéliens dans le trafic de drogue remontent à 2008, quand le Trésor américain avait désigné plusieurs d’entre eux, dont Hugo Carvajal, pour leur rôle en tant qu’intermédiaires entre les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) et les cartels mexicains. Depuis, plusieurs trafiquants et anciens membres du gouvernement ont collaboré avec les enquêtes américaines en échange de réductions de peine. En 2011, Walid Makled, un narcotrafiquant vénézuélien arrêté en Colombie, avait déclaré: «Quand je donnais 200 millions de bolivars par semaine, 100 millions allaient pour le général Hugo Carvajal.»

La bête noire de la DEA

Hugo Carvajal, qui a dirigé les services de renseignements militaires pendant de nombreuses années, est réclamé par la justice américaine pour des affaires liées au trafic de drogue. L’homme fort des services d’intelligence vénézuéliens pendant toute une décennie avait été arrêté en 2014 sur l’île néerlandaise d’Aruba et risquait l’extradition aux Etats-Unis. Après plusieurs jours d’intenses négociations entre les Pays-Bas et l’Etat vénézuélien, il était rentré libre au Venezuela et avait été accueilli en héros.

Surnommé « El Pollo » (le poulet), Hugo Carvajal joue son va-tout en décidant de se prononcer contre Nicolas Maduro. Une initiative qui ne le met pas forcément à l’abri d’éventuelles poursuites de la part de la justice américaine.

Carvajal est accusé par les États-Unis d’avoir été la cheville ouvrière du rapprochement entre le Venezuela et l’ancienne guérilla des FARC, les Forces armées révolutionnaires de Colombie – en partie financées par le trafic de drogue.

Hugo Armando Carvajal, donc : bête noire de la DEA, l’agence américaine de lutte contre le trafic de drogue ; ex-allié de Nicolás Maduro – ce dernier le considère aujourd’hui comme un traître ; “indic” plausible des autorités espagnoles ; mais désormais en fuite de la justice de Madrid… Autant dire qu’il est dans le collimateur de trois États aux intérêts divergents.

Les États-Unis l’accusent de narcotrafic et demandent son extradition à l’Espagne. La justice espagnole, à qui il a proposé sa “collaboration” dès son arrivée, a refusé de le livrer aux autorités américaines le 18 septembre, estimant que cette demande répondait à des “raisons politiques”.

L’érosion d’une influence, l’Espagne a perdu pied en Amérique latine.

En dépit de l’organisation à Madrid du VIe sommet Europe-Amérique latine en mai 2010, un changement d’époque est alors déjà perceptible. Le modèle qui articulait diplomatie et affaires ne semble plus générer de retombées significatives. Un autre monde, comme l’avait deviné José Saramago, éloigne des Amériques la barge de pierre ibéro-américaine. Le premier élément à prendre en compte est le fait que l’Espagne n’est aujourd’hui plus en phase de conquête économique.

Le Mexique exclut l’Espagne de 200 ans d’indépendance … Le Premier ministre espagnol, Pedro Sánchez est irrité…

Le gouvernement mexicain a exclu l’Espagne des actes commémoratifs des 200 ans d’indépendance du pays , ce qui a irrité le Premier ministre espagnol, Pedro Sánchez, selon le journal mexicain Proceso . Elle n’a pas non plus été invitée au souvenir des 500 ans depuis la chute de Tenochtitlán, la capitale de l’ancien empire aztèque.

Selon les médias, le gouvernement de Pedro Sánchez a transmis à celui d’Andrés Manuel López Obrador son « énorme mécontentement » à l’exclusion de l’Espagne , ce qui confirme les mauvaises relations entre les deux pays après que le président López Obrador ait revendiqué dans différents discours que l’Espagne s’excuse pour les excès qu’il a commis dans la conquête de l’Amérique, sans réponse de Madrid.

La polémique s’est déplacée vers le domaine économique, avec les problèmes qui sont apparus avec la loi mexicaine sur l’énergie pour les multinationales espagnoles, comme Iberdrola.


Selon Proceso , les troubles sont si grands que le gouvernement mexicain a envoyé le secrétaire aux relations extérieures, Marcelo Ebrard, pour calmer les autorités espagnoles. Ebrard a profité d’un voyage en Russie, pour faire une escale à Madrid le 30 avril, et entretenir des contacts avec l’exécutif de Pedro Sánchez. Bien qu’Ebrard ait également rencontré le ministre des espagnol des Transports, des Mobilités et des Programmes urbains, José Luis Ábalos, et le ministre de la Science et de l’Innovation, Pedro Duque, le thème central de la visite était d’essayer de faire baisser la tension, selon les mêmes sources.

Début février, la ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha González Laya, a fait connaître le profond malaise que cette exclusion a causé à l’ambassadrice du Mexique en Espagne, María Carmen Oñate, qui l’a communiqué dans son ministère des Affaires étrangères. Le ministre espagnol s’était rendu au Mexique en novembre, sans aucun changement de situation.

Le roi Felipe VI a été directement impliqué dans cette polémique et, le 29 janvier, dans l’accueil du corps diplomatique accrédité en Espagne, il a appelé le Mexique à «valoriser un passé commun» . « L’Espagne  a dit à propos des commémorations dans toute l’Amérique – souhaite accompagner activement ces célébrations qui doivent nous permettre non seulement de valoriser un passé commun, mais aussi et surtout de réaffirmer notre ferme détermination à continuer de contribuer au développement et le bien-être, présent et futur, de ses peuples et citoyens« , a-t-il déclaré.

La célébration des 200 ans de l’indépendance du Mexique aura lieu le 27 septembre et un défilé civico-militaire est préalablement prévu le 16 septembre, pour lequel la participation de contingents militaires de divers pays est préparée. L’Espagne n’en fait pas partie.

L’Espagne et la mainmise sur l’Amérique latine

Échec et mat: Pour le meilleur ou pour le pire, le chemin de la liberté du Venezuela passe par l’Espagne. 

Pour le meilleur ou pour le pire, le chemin de la liberté du Venezuela passe par l’Espagne. L’Amérique devrait sanctionner ses facilitateurs espagnols

L’Amérique devrait sanctionner ses facilitateurs espagnols

Le jeu de la taupe entre l’Amérique et le Vénézuélien Nicolás Maduro. Après avoir perdu l’accès à la plupart de ses revenus pétroliers, le régime du tyran surmonte les sanctions américaines en se tournant vers le trafic de stupéfiants. Pour briser ce cycle et accélérer la disparition de Maduro, les sanctions américaines devraient viser le pays qui l’aide à s’accrocher au pouvoir: l’Espagne.
Certes, jusqu’à présent, les sanctions ont eu un effet considérable, principalement en tarissant les coffres du géant pétrolier public PDVSA. Même Rosneft, partiellement public russe, a fini par vendre ses actifs perdants au Venezuela à l’État russe – l’un des derniers soutiens manifestes de Maduro avec la Chine.

Cependant, Maduro s’est montré têtu et son emprise sur le pouvoir résilient grâce à sa capacité à surmonter les sanctions en trouvant des sources de revenus alternatives. Il a fait principalement ce trafic de stupéfiants et Washington doit encore concevoir une politique qui tient compte de ce caractère insaisissable. Compte tenu de la réticence de l’Amérique jacksonienne à le renverser par une intervention, le seul espoir de le voir partir est d’encourager les défections parmi les hauts gradés de l’armée du Venezuela. Pour y parvenir, les sanctions américaines ont cherché à désactiver le robinet de pot-de-vin – un flux constant de pots-de-vin qui garantit la loyauté des responsables militaires envers Maduro.

L’homme fort sait qu’il ne peut pas se permettre de perdre l’armée, alors face aux sanctions, son régime a maintenu les pots-de-vin en fabriquant la nouvelle huile de cocaïne vénézuélienne. Ce n’est pas tout à fait nouveau – Maduro est connu pour avoir longtemps été entouré par des acolytes voyous désireux de gagner de l’argent sur ce côté. Cependant, cela s’est progressivement accéléré alors que le Venezuela lançait un programme gouvernemental massif qui garantit des parallèles entre Maduro et Eduardo Noriega du Panamá. En 1989, une invasion américaine a renversé Noriega après que sa tentative de trafic de drogue soit devenue connue de la CIA.

C’est là qu’interviennent les récents actes d’accusation du ministère de la Justice (DoJ) pour trafic de stupéfiants. Le 26 mars, les procureurs du DoJ ont promis des montants allant jusqu’à 15 millions de dollars pour des informations conduisant à la capture de Maduro ou de quatorze de ses copains. Cette décision a été lue dans certains coins de la presse comme un clou au bon moment dans le cercueil du tyran qui s’est emparé de manière opportuniste des ravages de COVID à la société déjà émaciée du Venezuela. Les actes d’accusation étaient en fait beaucoup plus longs, leur calendrier étant davantage lié à la chute libre des prix du pétrole à la suite de l’impasse saoudo-russe, selon Ryan Berg de l’American Enterprise Institute.

Le rôle du gouvernement espagnol a été plus subtil que d’acheter simplement la cocaïne de Maduro. Au contraire, cela lui a permis de s’accrocher au pouvoir en lui donnant accès aux marchés européens pour le vendre. Selon Orlando Avendaño du PanAm Post, des membres des forces de l’ordre espagnoles se sont entendus avec des responsables du régime pour canaliser les expéditions de cocaïne de l’État vénézuélien de Sucre vers l’Europe, en utilisant la région nord-est de l’Espagne de la Galice comme point d’entrée.

Ces scoops anonymes cadrent avec un long historique de relations amicales entre Maduro et Podemos, une  extrême gauche maintenant au gouvernement espagnol en tant que partenaire junior de la coalition du PSOE de centre-gauche. Ils seraient également cohérents avec l’accès récent de Podemos à l’organe de renseignement le plus élevé d’Espagne, le Consejo Nacional de Inteligencia. Le chef du parti, Pablo Iglesias, a récemment obtenu un siège au CNI .

Dans le reportage révolutionnaire d’Avendaño, Podemos a été le principal bénéficiaire des pots-de-vin de Maduro en échange de la collaboration avec les autorités policières espagnoles pour permettre à la cocaïne de circuler librement. Pendant ce temps, José Luis Rodríguez Zapatero, ancien Premier ministre du PSOE, a travaillé pour légitimer le régime sur la scène internationale par le biais du  soi-disant «médiation» aux conditions de Maduro, et les sources d’Avendaño suggèrent que ses backchannels ont peut-être été financés par les profits de la drogue aussi. En outre, Raúl Morodo, ancien ambassadeur d’Espagne à Caracas, fait également face à des accusations pour avoir reçu 34 millions d’euros de paiements pour des services de conseil en grande partie fictifs à PDVSA pendant le mandat de Zapatero en tant que Premier ministre.

L’effet total de cette longue traînée de graissage de la paume a été d’adoucir nettement la position de l’Espagne vis-à-vis du régime de Maduro, une dynamique qui se poursuit encore aujourd’hui. Bien que Madrid ait reconnu Guaidó comme le président légitime du pays – une décision depuis reprise par le Premier ministre Pedro Sánchez -, il a fait pression contre de nouvelles sanctions de l’UE tandis que des membres de haut niveau du cabinet ont été surpris en train de conspirer avec leurs homologues vénézuéliens.

C’était notoirement le cas du ministre espagnol des Transports, José Luis Ábalos, le 20 janvier, lorsqu’il a violé les sanctions de l’UE pour laisser le bras droit de Maduro Delcy Rodríguez atterrir sur l’aéroport de Madrid Barajas – un scandale depuis surnommé «Delcygate». Rodríguez est connue pour avoir saisi l’opportunité de sa présence illégale à Madrid pour faire passer en contrebande quarante bagages à la douane , allégués plus tard par des sources anonymes de l’ambassade du Venezuela à Madrid comme étant remplis de piles d’argent et de documents sensibles.

Le scénario détaillé rassemblant ces événements apparemment discrets pourrait bientôt voir le jour. Il viendra probablement de la bouche de l’un de ses personnages principaux, Hugo Carvajal, surnommé «El Pollo», le chef du renseignement militaire vénézuélien sous Hugo Chávez entre 2004 et 2011. Début mars, un juge espagnol a autorisé son extradition vers l’Amérique pour des accusations de trafic de stupéfiants après lui avoir accordé un refuge sûr en Espagne.

Mais dans l’intervalle, même sans le témoignage révélateur de Carvajal, les États-Unis devraient défier l’Espagne pour les relations amicales de ses dirigeants avec le réseau de narcotrafiquants de Maduro. En octobre de l’année dernière, Bloomberg a rapporté que l’Office of Foreign Assets Control (OFAC) du Trésor américain envisageait des sanctions contre la Banque d’Espagne pour avoir permis aux hauts responsables du régime cherchant à contourner les sanctions américaines à y déposer de l’argent, bien qu’il n’ait pas donné suite à ses mesures. Les arguments en faveur des sanctions contre l’Espagne n’ont cessé de se renforcer depuis.

Sans action punitive contre les responsables de Podemos et du PSOE, Maduro pourrait simplement remplacer les ventes de pétrole par les bénéfices de la cocaïne en tant que principale source de financement renforçant son oppression du peuple vénézuélien. Avec l’activation de la règle tyrannique de Maduro à la vue de tous, le moment est venu pour Washington d’étendre les sanctions à l’Espagne.

Algérie, une saisie record de cocaïne à Oran… Ils ont changé de bateau à Valence, en Espagne

En se basant sur quelques dimensions précises à savoir le lien entre Podemos et la milice du polisario on peut déduire l’origine des 700 kilos de poudre blanche saisies en Algérie.

Kamel Chikhi et Khaled Tebboune, fils d’Abdelmadjid Tebboune « président » de l’Algérie, Khaled Tebboune avait été placé en détention provisoire en juin 2018, un an et demi avant l’élection de son père à la tête du pays…Une véritable mascarade s’est jouée au tribunal de Sidi M’hamed de la capitale Alger quand la cour a tard dans la soirée du février annoncé « l’acquittement » du fils d’Abdelmadjid Tebboune qui répond au doux prénom de Khaled. Le prévenu, était poursuivi dans l’affaire « des promotions immobilières ». Le principal accusé, Kamel Chikhi, alias « El Bouchi » (le boucher), a été condamné par contre lui à huit ans de prison ferme.

Plus de 700 kilos de poudre blanche ont été saisies dans un cargo transportant de la viande surgelée. La marchandise appartient à un homme d’affaires au parcours controversé. Récit des événements. Les services des Douanes, de la Marine nationale, des garde-côtes et de la Gendarmerie nationale ont effectué, mardi 29 mai, une saisie de 701 kg de cocaïne au port d’Oran. La drogue était enfouie dans des boîtes rouges avec une inscription « viande halal », chargées dans des containers en provenance du Brésil. Les six containers frigorifiques, en provenance du Brésil, appartiennent à l’homme d’affaires Kamel Chikhi. Ils ont changé de bateau à Valence, en Espagne, pour être rechargés à bord du Vega Mercury, avant de reprendre la mer à destination d’Oran le 25 mai 2018.

Avec, Article original:⇒ nationalinterest

Par Juan Ángel Soto Jorge González-Gallarza

Juan Ángel Soto (@JuanASotoG ) est directeur exécutif de la Fundación Civismo de Madrid, où Jorge González-Gallarza ( @JorgeGGallarza ) est chercheur associé.

About gherrrabi

Check Also

Le Maroc donne au SG de l’ONU son aval pour la nomination de son Envoyé Personnel au Sahara marocain, Staffan de Mistura

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a entamé, mardi, des consultations auprès des membres …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *