Home / COOPÉRATION / Crise politique en Algérie: “La seule issue pour le régime est d’organiser des élections libres et démocratiques” Camille Sari

Crise politique en Algérie: “La seule issue pour le régime est d’organiser des élections libres et démocratiques” Camille Sari

Camille Sari, Président de l’Institut Euro-Maghrébin d’Etudes et de Perspectives et candidat aux Européennes (UDLEF)
Les appels à manifester se multiplient et les critiques traversent tous les secteurs de l’opinion algérienne, qui a vécu la proposition de différer la présidentielle comme un nouveau stratagème de ses dirigeants.

L'”offre” d’Abdelaziz Bouteflika, contenue dans une lettre lue en son nom lundi 11 mars, n’a visiblement pas convaincu l’opinion. «Prolongation du quatrième mandat avec un gouvernement dirigé par les hommes du cinquième mandat. Le régime s’offre un sursis non prévu par la Constitution. Le mouvement populaire ne doit pas baisser la garde», s’inquiétait l’éditorialiste Saïd Djaffar, dans un tweet résumant l’état d’esprit d’une population déçue par la énième manœuvre du système.

«Ce n’est ni le président de la République, ni personne, qui décide de la tenue de la présidentielle, c’est la Constitution. Et la Constitution, c’est la volonté du peuple», martèle, dans une intervention sur un média local la constitutionnaliste Fatiha Benabou.
Mais les critiques ne ciblent pas uniquement le pouvoir algérien. La réaction de Paris, jugée trop prompte par certains opposants, a été durement commentée. Mardi, Emmanuel Macron a salué la décision du président Bouteflika comme «une nouvelle page dans le développement de la démocratie algérienne». «Les déclarations de soutien empressées du ministre des Affaires étrangères de la France à la feuille de route du chef de l’État ne peuvent susciter que de l’inquiétude», dénonçait mardi le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD, opposition laïque). «C’est lui aussi, Jean-Yves Le Drian, qui déclarait en février dernier sur un ton méprisant que l’élection (en République démocratique du Congo, NDLR) s’était finalement achevée par une espèce de compromis à l’africaine».

Pour, Camille Sari, Président de l’Institut Euro-Maghrébin d’Etudes et de Perspectives et candidat aux Européennes (UDLEF)

“La seule issue pour le régime est d’organiser des élections libres et démocratiques”

Titulaire d’un premier Doctorat de 3ème cycle option monnaie-finance-banque, obtenu en 1987 à l’Université Paris X-Nanterre sur le thème : « Taux de change, rôle économique de l’Etat : à propos de modèles »

Deuxième Doctorat  sur le thème : « politiques des taux de change en Algérie et au Maroc : une étude comparative » obtenu à l’Université Paris 8 en décembre 2000.

A Lire aussi  Portrait de Monsieur Kyle Inan le représentant de L’UDLEF aux États-Unis

Camille SARI a enseigné dans différentes Universités parisiennes dont Paris III-Sorbonne Nouvelle, Paris XII, Paris VIII et Paris XIII ainsi que dans des grandes écoles de commerce. En tant que conférencier international, il a enseigné en Algérie, en Côte d’Ivoire, au Mali, au Maroc et au Sénégal.

Animateur d’un réseau d’entreprises de l’Est parisien il a développé depuis 1982, des activités de consulting et d’accompagnement tant sur le marché français qu’au niveau international. Ainsi, il a mené des missions économiques dans 61 pays. Président de l’Institut Euro Maghrébin d’Etudes et de Prospectives.

Membre de Confrontations Europe, un Think-tank spécialisé en réflexions sur l’Union Européenne, membre de l’IRIS, il est administrateur du CAREEP (Carrefour des Entreprises de l’Est Parisien) et chercheur-associé à l’Université du Québec de Montréal.

Ancien conseiller du FMI.

Ancien membre du conseil d’Administration de l’Université Paris XIII et coordinateur de sa commission relations Université-Entreprises.

Ancien secrétaire général de l’Agence de coopération franco-cambodgienne,

Conseiller de plusieurs maires et députés de la Seine-Saint-Denis. …⇒

UDLEF : Camille SARI, candidat aux Européennes

L’Union Démocratique pour la Liberté Egalité Fraternité (UDLEF), est un parti politique français qui concourt à l’expression du suffrage universel, selon l’article 4 de la Constitution du 4 octobre 1958.

Ses valeurs sont humanistes, libérales, sociales et européennes.

Ce mouvement rassemble, les femmes et les hommes qui partagent les valeurs suivantes :

  • Préserver les valeurs citoyennes de la France qui sont la liberté, l’égalité et la fraternité, ainsi que les principes fondamentaux de la constitution et notamment dans son préambule ainsi que la Charte de l’environnement de 2004 ;
  • Respecter les principes démocratiques de bases comme : la République est indivisible, laïque, démocratique et sociale, parité et égalité homme/femme et le refus catégorique des discriminations ;
  • Défendre la volonté de vivre ensemble en paix dans la diversité des convictions ;
  • Favoriser l’égalité des chances ;
  • Renforcer la diversité culturelle pour le dialogue et le développement;
  • Engager à promouvoir le développement durable ;
  • Protéger la nature et l’environnement ;
  • Renforcer la place de la France en Europe et dans le monde ;
  • Opter pour la construction d’une Europe fédérale toute en défendant les valeurs et les intérêts de la France.

Le 26 septembre 2016, Monsieur Ahmed Lahkim a été élu Président de l’Union Démocratique pour la Liberté Egalité Fraternité (UDLEF).

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Hinda Djeridi et Alexandre Fekkak nous parlent de UDLEF et des Elections Européennes 2019 “VOIX DE FAITS”

Madame Hinda Djeridi est une femme engagée, impliquée dans les actions envers les plus démunis, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *