Home / Business / Crise diplomatique entre Ottawa et Riyad, une crise qui profite au “Tonton Sam”

Crise diplomatique entre Ottawa et Riyad, une crise qui profite au “Tonton Sam”

Les États-Unis et le Royaume-Uni ont réagi avec prudence mardi à la crise diplomatique qui oppose le Canada et l’Arabie saoudite. S’ils prennent acte du litige, ils évitent de se ranger clairement du côté d’Ottawa.

« Dieu protège moi de mes amis, mes ennemis je m’en occupe ».

Rien qu’hier:

Riyad faisait campagne publiquement une intenses campagnes de lobbying contre Rabat et en faveur du dossier de candidature nord-américain (Canada, Etats-Unis, Mexique) pour l’organisation du Mondial 2026. Le président de la Fédération saoudienne de football, Turki Al-Sheikh, présent à Moscou depuis offrait des dîners chaque soir afin de retourner les fédérations qui pourraient être acquises au dossier marocain. Une dizaine de voix auraient ainsi basculé dans le giron de la candidature nord-américaine suite à l’intervention « musclée » du Saoudien, réputé pour être « la voix de son maître », le prince héritier Mohamed Ben Salmane qui a réapparu à Moscou après une très longue absence inexpliquée.

“Amis d’hier, Ennemis d’aujourd’hui”

“En politique, il n’y a pas d’amis ou d’ennemis,il n’y a que des intérêts.”

Les États-Unis et le Royaume-Uni ont réagi avec prudence mardi à la crise diplomatique qui oppose le Canada et l’Arabie saoudite. S’ils prennent acte du litige, ils évitent de se ranger clairement du côté d’Ottawa.

« Nous sommes au courant que le gouvernement de l’Arabie saoudite a rappelé son ambassadeur au Canada et expulsé l’ambassadeur canadien », a commenté mardi matin le département d’État dans un courriel envoyé à CBC.

A lire aussi:⇒ Le torchon brûle entre Ryad et Ottawa

« Le Canada et l’Arabie saoudite sont deux partenaires proches des États-Unis. Je vous renvoie aux ministères canadien et saoudien des Affaires étrangères pour plus d’informations », poursuit la diplomatie américaine.

Le département d’État ajoute tout de même que les États-Unis « encouragent le respect des libertés internationalement reconnues et des libertés individuelles, y compris [le droit à] la dissension et à l’application régulière de la loi ».

Le président américain Donald Trump avait conclu une série d’important contrat totalisant 350 milliards de dollars avec l’Arabie saoudite.

“Nous avons demandé au gouvernement de l’Arabie saoudite des informations supplémentaires sur la détention de plusieurs activistes. Nous continuons à encourager le gouvernement saoudien à respecter l’application régulière de la loi et à publier des informations sur [ces] affaires judiciaires.” Déclaration du département d’État américain

À Londres, la tâche de commenter le bras de fer a aussi été confiée à une porte-parole du Foreign Office plutôt qu’au ministre des Affaires étrangères. « Le Canada et l’Arabie saoudite sont deux partenaires proches du Royaume-Uni, et nous les appelons à la retenue », a-t-elle commenté.

A Lire aussi  Guerre commerciale: Les USA font le bilan des pertes causées par cette guerre!!!

« Le Royaume-Uni est un fervent défenseur des droits de la personne. Nous faisons régulièrement part de nos inquiétudes au gouvernement saoudien au sujet des enjeux des droits de la personne, y compris les récentes arrestations de défenseurs des droits de la personne », a-t-elle ajouté.

La télévision d’État saoudienne a rapporté ce lundi que le régime suspendait les bourses de ses étudiants au Canada et qu’il les relocaliserait dans d’autres pays. Pas moins de 7.000 étudiants seraient touchés par cette décision qualifiée de « dévastatrice » par nombre d’observateurs.

La nouvelle est tombée tel un couperet. Lundi soir, la télévision d’État saoudienne a annoncé que le régime suspendait les bourses de ses étudiants au Canada et que ces derniers seront relocalisés dans d’autres pays dont le Royaume-Uni et les États-Unis.

« Ça s’ajoute à une série de choix diplomatiques irrationnels et téméraires du régime sous le prince héritier Mohammed Ben Salmane», a commenté auprès du Journal de Montréal la spécialiste du Moyen-Orient à l’Université de Waterloo, Bessma Momani. Cette dernière explique que cette décision sera encore plus dévastatrice pour les étudiants visés. « Ce sont les futurs influenceurs de la société saoudienne. Plusieurs d’entre eux deviennent d’importants activistes pour les droits humains dans leur pays », a-t-elle analysé.
En conférence de presse à Vancouver, la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a déploré la récente décision de Riyadh et a profité de l’occasion pour envoyer un message aux étudiants :  « Vous êtes les bienvenus au Canada. […] Ça serait dommage de priver ces étudiants du droit d’étudier ici ». Chrystia Freeland a aussi assuré que le Canada continuerait à défendre les droits humains dans ses relations internationales tout en précisant que l’ambassade du Canada en Arabie Saoudite resterait ouverte.

Jassem Al-Harbach, directeur du département des bourses au sein du ministère de l’Education saoudien, a expliqué que les premiers choix du régime saoudien étaient naturellement tournés vers les États-Unis et le Royaume-Uni en raison des opportunités d’éducation dans ces deux pays.

L’Arabie saoudite a ordonné de cesser le traitement de tous les citoyens saoudiens qui se trouvent actuellement dans les hôpitaux canadiens, mardi soir, et de les transférer à l’extérieur du Canada, selon l’agence de presse saoudienne (SPA).

Les ressortissants saoudiens devront compléter leurs soins dans d’autres centres de santé, a indiqué par communiqué le porte-parole de Riyad aux États-Unis et au Canada, sans donner plus de détails.

 

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Guerre commerciale: Les USA font le bilan des pertes causées par cette guerre!!!

A quels problèmes économiques Donald Trump devra-t-il prochainement faire face? La guerre continue, le déficit …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *