Home / COOPÉRATION / Coupe du Monde 2030: Maroc vers une candidature avec l’Espagne et le Portugal

Coupe du Monde 2030: Maroc vers une candidature avec l’Espagne et le Portugal

Le royaume chérifien – candidat à l’organisation des Coupes du Monde 1998, 2006, 2010 et 2026 – semble plutôt lorgner sur ticket en association avec l’Espagne et le Portugal.

C’est la présence au Maroc du président de la Fédération espagnole de football, Luis Rubiales, à Rabat au siège de la Fédération royale marocaine de football, qui a conforté cette thèse et alimente davantage les rumeurs. Le responsable du Football espagnol participait à une conférence de presse avec le président de la Fédération royale marocaine de football Fouzi Lekjaa à l’occasion de la Supercoupe d’Espagne, qui opposera le FC Barcelone au FC Séville à Tanger le 12 août .

Des déclarations d’amitié et louanges entre les deux royaumes “frères et voisins” ont surtout ponctué la rencontre, précise la presse marocaine.

Une possible candidature conjointe, le message du président de la Fédération espagnole est clair: les liens entre l’Espagne et le Maroc se verront, dans un avenir proche, consolidés par un projet.

A lire aussi:⇒ LA FINALE DE LA SUPER-COUPE D’ESPAGNE 2018 SE JOUERA À TANGER

Rappelons que l’Espagne et le Portugal avaient déjà proposé une candidature commune pour la CM 2018 mais ont échoué de peu devant celle de la Russie.

Comme tout le monde le sait, en Algérie, le problème lié à l’inexistence d’infrastructures de qualité et de haut niveau s’est toujours posé. Il est vrai que l’Etat algérien a fait d’énormes efforts dans le domaine du sport en général et celui du football en particulier, en termes d’infrastructures, mais cela demeure néanmoins insuffisant, de l’avis des spécialistes et acteurs de la discipline, car la plupart des stades sont vétustes, voire ne répondent pas aux normes du football de haut niveau du point de vue qualité des terrains, des pelouses, des vestiaires ou bien des conditions d’accueil des supporters qui le plus souvent laissent à désirer. Il y a par ailleurs aussi un manque flagrant de structures d’accompagnement et de commodités nécessaires au bon fonctionnement de l’ensemble des opérations liées aux rencontres de football, notamment celles dites de l’élite avant, pendant et après leur déroulement. C’est le constat établi par les différents acteurs du football national. Ainsi, à quelques exceptions près, tels les stades du 5-Juillet-1962, du 19-Mai-1956, Mustapha-Tchaker de Blida, Hamlaoui de Constantine ou Akid Lotfi de Tlemcen, on est encore loin du compte et même-là, ça reste très insuffisant. Ces infrastructures dotées de gazon naturel, sont souvent confrontées à la détérioration desdites pelouses, à cause de leur qualité et souvent en raison du manque d’entretien dû le plus souvent à l’incapacité et au manque de savoir-faire pour leur préservation. A vrai dire, dans l’ensemble, l’Algérie ne dispose malheureusement pas de stades de football dignes de ce nom et ce, en tout point de vue. La plupart manquent de terrains répliques par exemple. Quand de grands clubs comme le MCA et le NAHD, entre autres, ne possèdent même pas leur propre stade, il devient des plus urgents et impératifs que les instances politiques et sportives du pays prennent les mesures qui s’imposent, pour remettre à niveau les infrastructures de football, si l’on veut vraiment voir le sport-roi évoluer, progresser et se hisser au niveau de celui du gotha de la balle ronde mondiale. Ça devient même incontournable.

 

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Maroc: L’Association “La Moulouya” des anciens élèves du Lycée Paul Valéry apporte une aide humanitaire

L’Association “La Moulouya” est une association à but non lucratif : Cliquez: ⇒ ICI  Objet de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *