JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Home / COOPÉRATION / Coronavirus: Le gouvernement espagnol licencie une dizaine d’enseignants au Maroc; pour « abandon… »

Coronavirus: Le gouvernement espagnol licencie une dizaine d’enseignants au Maroc; pour « abandon… »

Coronavirus: Le gouvernement licencie une dizaine d’enseignants au Maroc,  pour « abandon… ».

Une vingtaine d’enseignants  espagnol de 11 écoles relevant du département de l’éducation de l’ambassade espagnole au Maroc ont décidé de rentrer chez eux par peur de l’épidémie au début de la crise des coronavirus.

Selon ce que EL ESPAÑOL, une dizaine d’entre eux ont été licenciés pour « abandon du pays et de leur travail » et les autres attendent la communication du licenciement. Ils seront pénalisés et pendant trois ans ils ne pourront pas reprendre le travail au Maroc, comme le dictait la deuxième base de l’appel intérimaire publié par l’ambassade.

Avec la pandémie de Covid-19, les écoles du Maroc ont fermé le 16 mars et le télétravail des enseignants. Certains enseignants espagnols avaient demandé par écrit au Conseillère pédagogique au sein de l’Ambassade d’Espagne au Maroc à Rabat de déménager et de travailler depuis l’Espagne pour des raisons de santé, parce qu’ils ont des parents plus âgés à soigner ou en raison de leur propre angoisse face à la possibilité de tomber malade à l’étranger.

En l’absence de réponse, selon certains, ils ont décidé de s’installer en Espagne avant la fermeture complète des frontières et de continuer le télétravail depuis leur domicile.

Antonio Pérez, professeur d’éducation physique au secondaire, a couvert un poste vacant pour cette année scolaire à l’école espagnole d’ Al Hoceima et a appris qu’il avait été licencié le 3 avril lorsqu’il avait reçu un avis de retrait de la sécurité sociale.

Enseignants par intérim

« Je suis asthmatique chronique . Tout cela est logiquement dans mon rapport. Je suis médicamenté toute l’année et, confiné au Maroc, je n’ai pas eu accès aux médicaments », affirme-t-il. Il a donc demandé à se rendre en Espagne, mais l’ambassade lui a refusé la demande « car le rapport – daté de 2018 – n’a pas été mis à jour ».

En tout cas, Antonio est un patient chronique. Lorsqu’il a une crise d’asthme, les symptômes qu’il manifeste sont les mêmes que ceux d’une personne atteinte de coronavirus, d’une toux sèche et d’un essoufflement. « Et si j’ai une crise d’asthme, comment puis-je savoir que je n’ai pas le coronavirus? », Se demande-t-il.

Il soutient que pour lui «la solution ne doit pas être confinée à la maison et prendre du paracétamol. Si j’ai de l’asthme, j’ai besoin de mes médicaments contre l’asthme auxquels je n’ai pas accès au Maroc ». Antonio a quitté le pays avec un permis de tourisme consulaire « car les professeurs intérimaires n’ont à aucun moment un permis de séjour ».

Alejandro Pérez est une autre  victime. « Je me sens maltraité: lorsque les cours ont été suspendus en Espagne, nous avons été obligés d’aller au centre, sans étudiants, pendant plusieurs jours. »

Tu ne pourrais pas dire au revoir?
Ce professeur d’économie de l’Ecole d’espagnol de Rabat a été licencié le 7 avril. Ils lui ont communiqué par e-mail. Lorsque les responsables de l’ambassade ont approuvé le télétravail, il a décidé de retourner en Espagne et d’enseigner depuis son domicile « jusqu’à ce que tout redevienne normal ». Une fermeture imminente de la frontière a été annoncée , et c’est ce qui s’est produit. « Je n’ai pas de passeport diplomatique, je suis considéré comme un touriste qui doit quitter le pays tous les trois mois, et je suis également une personne à haut risque d’être allergique et asthmatique », maintient-il.

Antonio et Alejandro conviennent tous deux qu’ils trouvent « curieux » que « depuis le début de la crise, le gouvernement espagnol a annoncé qu’aucun travailleur ne pouvait être licencié et que les organisations qui en dépendent directement licencient leurs employés ».

Seuls trois enseignants ont quitté le Maroc, le 3 avril avec l’autorisation de l’ambassade: deux ont plus de 60 ans – dont un asthmatique et hypertendu – et le troisième a présenté un rapport médical mis à jour dans lequel il a été enregistré qui est asthmatique chronique.

325 enseignants d’espagnol travaillent dans les onze écoles d’espagnol sur huit sites au Maroc, dont environ 80 sont intérimaires . Un enseignant de l’enseignement secondaire enseigne environ six groupes avec une moyenne de 25 élèves par classe et un enseignant du primaire peut avoir jusqu’à 300 élèves.

Par conséquent, des centaines d’étudiants seront touchés par ces licenciements. De plus, avec des frontières fermées, il sera impossible de trouver des substituts. « Nous faisons face à une situation exceptionnelle et de l’ambassade personne n’a pensé aux étudiants », disent les syndicats.

L’ancien ministre Trujillo
Dans une situation normale, il est déjà difficile de combler ces postes en raison des conditions de travail , car au Maroc les stagiaires ne reçoivent pas de supplément régional, ce qui signifie environ 500 euros de moins par mois par rapport à un salaire au même poste en Espagne.

De l’Independent Trade Union and Official Central (CSIF), le responsable de la zone Étrangère, Enrique González, annonce à EL ESPAÑOL que ces licenciements vont faire l’objet d’un appel car ils ont été justifiés par le ministère comme un retrait volontaire, alors qu’aucun des enseignants n’a démissionné expressément de son travail.

En outre, González déclare que « si l’administration avait constaté des absences injustifiées, elle aurait dû ouvrir un dossier avec toutes les garanties de la procédure et entendre les parties intéressées ». Cela prendrait des semaines et des mois et considère que « cette ruse de l’arrêt fulminant qui a été utilisé ne se poursuit pas ».

Le Conseil marocain des fonctionnaires, où sont représentés tous les syndicats de l’éducation, dénonce la gestion de la Conseillère pédagogique au sein de l’Ambassade d’Espagne au Maroc, María Antonia Trujillo, ministre du Logement au gouvernement de José Luis Rodríguez Zapatero. Il critique « leur façon de procéder dans cette crise sanitaire, mettant en danger la santé de leurs travailleurs ».

En graphiques comparés avec 3 pays, la réactivité exemplaire du Maroc

Ci-dessous, on voit que le Maroc a pris très tôt des mesures drastiques, avec environ 20 à 30 jours d’avance sur les trois pays européens. Décisions d’une grande fermeté et dont le coût immédiat est très élevé. Il sera au moins de 70 milliards de DH, selon une estimation publiée par Médias24. Mais sur le moyen terme, cette rapidité de prise de décision et cette fermeté s’avéreront probablement salutaires pour contenir le coronavirus.


De même, il souligne que dans ces licenciements « les procédures normatives et les garanties légales des personnes concernées ne sont pas suivies et le rejet des autres enseignants devant assumer leur charge d’enseignement ». Et donc, « les syndicats réservent des actions en justice contre ces actions ».

Avec, EL ESPAÑOL

About gherrrabi

Check Also

Sahara marocain: Sonnés de partout, l’Algérie et le front polisario de plus en plus acculés par la communauté internationale… L’historien, Koné Abdoulaye

Le soutien international massif à l’initiative marocaine d’autonomie au Sahara déconstruit aujourd’hui le malsain rêve …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *