Home / COOPÉRATION / Algérie / C’est pas une blague, le certificat médical de bonne santé de Bouteflika

Algérie / C’est pas une blague, le certificat médical de bonne santé de Bouteflika

Il y a quelque chose de risible, tragique et amusant pour participer aux prochaines présidentielles:
Bouteflika doit fournir par procuration un certificat médical.

Il ne vous aura pas échappé, en lisant ce passage, que le Président sortant laisse clairement entendre que son incapacité physique n’est pas un obstacle à l’exercice d’un 5e mandat consécutif.

Au vu de la flagrante dégradation avancée de l’état du Président, il est légitime de se poser la question : comment va-t-il se procurer le précieux sésame médical, à moins de produire un faux ?
“Bouteflika”, les siens, ses frères et neveux peuvent en fournir autant qu’ils veulent. Signés par les plus éminents qui deviendront sénateurs ou les plus anonymes.
“Bouteflika”, les siens, ses frères et neveux, pensent toujours que le peuple votera à l’odeur de la cuisine et pas aux cris des discours.
Le certificat médical de Bouteflika est une pièce administrative inutile: vous en avez besoin pour avoir un permis, un emploi, une mutation, un abonnement pour la natation mais pas pour être Président. On le sait tous. Sauf les plus idiots ou qui jouent à l’être.

Le docteur Sabrina Rahmani, médecin spécialiste, par ailleurs membre de l’Observatoire citoyen algérien (OCA) et connue pour ses campagnes contre l’exploitation du gaz de schiste, interpelle ses confrères en les exhortant à faire preuve d’une conscience professionnelle sans faille dans ce contexte délicat.. Dans un document intitulé «Lettre ouverte à mes confrères médecins algériens», elle écrit : «Chers confrères, l’exercice de notre noble métier nous oblige à respecter et à faire respecter l’éthique et la déontologie médicales en toutes circonstances» et à «être un exemple de probité devant la nation, le peuple et les générations futures de confrères». «Avant d’être médecins, poursuit-elle, nous sommes des citoyens bénéficiant de droits et soumis à des devoirs.

A Lire aussi  Algérie: bavardage d'un gouvernement dépassé, « L’Algérie est meilleure que les Etats-Unis », «nous sommes meilleurs que .....».

L’article 58 du code de déontologie médicale cité précédemment, ainsi que l’article 226 du code pénal qui dit : «Tout médecin, chirurgien, dentiste, officier de santé ou sage-femme qui, dans l’exercice de ses fonctions, et pour favoriser quelqu’un, certifie faussement ou dissimule l’existence de maladie ou infirmité ou un état de grossesse, ou fournit des indications mensongères sur l’origine d’une maladie ou infirmité ou la cause d’un décès, est puni de l’emprisonnement d’un (1) à trois (3) ans (…)».

Le certificat médical de Bouteflika ?

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Crise politique en Algérie : Lakhdar Brahimi a- t- il déclaré forfait?

Il y a à peine une semaine, Lakhdar Brahimi était fier d’annoncer au peuple algérien …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *