Home / Business / C’est où le Gondwana? (RTTDG) La République très-très démocratique du Gondwana.

C’est où le Gondwana? (RTTDG) La République très-très démocratique du Gondwana.

Republique de Gondwana president fondateur Crédit photo: awaseydou.mondoblog.org Partagez!
Crédit photo: awaseydou.mondoblog.org 

Mamane est humoriste, chroniqueur sur RFI. Il est l’inventeur du Gondwana, un pays fictif très très africain… mais pas que.

Que ce soit par courrier ou de visu, les Gondwanaises et les Gondwanais me posent et me reposent la même question, encore et encore : « Dis, Mamane ; ton Gondwana-là, c’est ici non ? » J’ai eu beau esquiver, louvoyer, ils ne lâchent pas prise. Chauffeur de taxi, étudiant, fonctionnaire, vendeur au marché, douanier, président de l’Assemblée nationale, tous ont cette question sur les lèvres.Alors, n’en pouvant plus et, surtout, à bout d’arguments, j’ai dû me résoudre à répondre aujourd’hui à leur question de la manière la plus simple en rappelant quelques traits particuliers de ce beau pays.

La République très très démocratique du Gondwana (RTTDG) est un pays très exactement situé au sud de quelque part et au nord de n’importe où. Pays imaginaire mais très réel, la RTTDG est dirigée par son fondateur, président à vie, adepte des élections surprises à scrutins à demi-tour…

Depuis la fin de la colonisation, plusieurs pays africains ont été dirigés par une élite sans vision politique à moyen ou long terme. Cette élite, qui s’est substituée aux anciens colonisateurs, a été incapable d’ambition et s’est davantage préoccupée d’elle-même que des peuples dont elle prétend défendre les intérêts.

Résultat: le système colonial a été purement et simplement perpétué sous une autre forme dans les domaines politique, économique et culturel au fil des années. A cela, il faut ajouter l’insécurité de l’environnement économique qui ne favorise pas les investissements, et le règne de l’informel. L’indépendance est donc devenue une véritable dépendance vis-à-vis des puissances étrangères, en particulier des anciennes puissances coloniales. Faute de réflexions endogènes ou prospectives et de volonté politique en vue d’amorcer un changement par une synergie d’actions, les politiques actuelles sont une navigation à vue. Les Etats sont gérés à la petite semaine par les dirigeants, juste le temps d’accomplir les hautes charges qui sont les leurs.

About Mohammed Gherrabi

Check Also

AFRIQUE, NOTRE AFRIQUE. By Semlali Aabadila Semlali

A cette occasion j’ai été , comme tant d’autres, subjugué par l’intervention d’une ophtalmologue africaine …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *