JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Home / COOPÉRATION / CAN 2021: QUAND LE FOOTBALL EXORCICE LES FRUSTRATIONS POLITIQUES By Karima Kaddouri ©®

CAN 2021: QUAND LE FOOTBALL EXORCICE LES FRUSTRATIONS POLITIQUES By Karima Kaddouri ©®

CAN 2021: QUAND LE FOOTBALL EXORCICE LES FRUSTRATIONS POLITIQUES By Karima Kaddouri ©®

La pandémie de la Covid, La CAN 2021, me laissent la liberté de dire qu’il ne me reste que très peu d’espace pour occuper les esprits même intellectuels.

Nous parlerons d’espace sport et les expressions politiques que certains ne maitriseront jamais.

A priori, Le sport est un moyen pour fédérer, rassembler, profiter du moment, de cet instant où sportivité et exploits sportifs sont les socles de nos observations souvent critiques car le sport s’exprime  toujours par un jeu sportif, et uniquement sportif ! Nos critères de sélections, nos critiques ont souvent été enfantines mais restent joviales et conviviales.

Je laisse bien entendu de côté, la définition du «Fair-play» dans ce constat si affligeant qui nous occupe ces jours avec la diffusion des «avant, des après match de Can 21».

Nous faisons le constat que les détournements du sport tanguent verticalement en vulgaire tribune e-médiatique pour exprimer ses «intériorités psychologiques ou psychiatriques obscures et refoulées».

En regardant un film documentaire sur les exploits de Mohammed Ali (Ex Cassius Clay), je prends le parti de dire que le sport a toujours été un moyen d’expression politique mais, qu’il a pris un «penchant politique dégradé et allant crescendo avec le temps».

Les esprits souillés par les cascades d’images internet et des réseaux, sont ainsi les nouveaux «bateleurs-crieurs» sur le sport et le football de la Can 21 est le meilleur des exemples !

Je dis bateleur comme un jeu de tarot où les esprits s’échauffent à chaque distribution de cartes, s’efforçant de rendre le jeu plus vrai que le besoin initial, comme celui de jouer naïvement tout simplement.

Notre Can 21, nous comble mais nous inonde l’espace de l’info, de la désinformation, et les voisins fennecs sont jusque-là, présents et plus prévisibles que les rendez-vous avec la lune.

Les défaites successives des fennecs sont immédiatement relayées par un déferlement d’invectives par le «fennec -sphère- area- urgence-psychiatrie», dont le niveau de désordre est celui qu’ils méritent politiquement et économiquement.

Ils invectivent, les africains, jeteurs potentiels de sorts et des grigris, ils invectivent le Maroc, jeteur potentiel des sorts et des grigris… (cf vidéos accablantes mais tellement pitoyables).

J’ai presqu’envie de les plaindre car leur santé mentale est défaillante et collectivement altérée par des décennies de «farniente», de désœuvrement et de désolation éco-politique dont le résultat est sans appel !

Ils envient tout ce qu’ils voient, ils jalousent tout ce qui les entoure :

Le foot, leurs échecs sportifs sont aussi une raison évidente pour exorciser leur haine qu’ils ne peuvent plus maitriser car ils ont faim, ils ont soifs, ils convoitent, ils convoitent l’africain en l’invectivant, ils convoitent les maroco-africains par des invectives désorientées et confuses.

Les fennecs invectivent à tout va et cela les dessert sur tous les plans, …

Ils ont une haine de ce qui les entoure.

Bref le sport foot politique de «la fennec-sphère», n’est plus politique mais se présente bien comme un laboratoire de psychiatrie.

Et proche de l’élimination, ils redoublent de stratégies occultes d’un autre temps, ils accusent le monde, la CAN 21, tous les marocains, car ils sont en position d’échec, c’est une série de scènes jouées sur les réseaux, risibles et grotesques à la fois : ils mêlent leur profonde animosité politique et aussi culturelle, en faisant un transfert lorsqu’ils ont manifestement crée un fiasco en terme de jeu sportif.

Nous sommes bien dans un cas de paranoïa mêlée à une schizophrénie collective dégénérative, d’origine génétique et/ou environnementale politico-culturelle… !

Hitler avait fait de l’Allemagne un terrain de jeu, avec les symptômes et orchestrations politiques similaires. Il avait presque «cassé les jeux olympiques » en triant, en différenciant les joueurs, mais aussi, il avait par utilisation de paranoïa collective, embrigadé son peuple entier, dans ses illuminations immondes et graves dont la seule issue est son suicide.

Toute défaite mal digérée par la« fennec-schiso-sphère », les conduit à un comportement prévisible car ils sont enragés telle une meute de hyènes, charognards qui a faim car désorientée, malmenée par des campagnes intempestives et haineuses menée par leurs chefs tribaux militaires irresponsables faisant vivre la population fennec dans un pays où sa précarité lui fait prendre la première place sur le continent africain.

Les fennecs ont perdu même le sens du sport, emprunts d’amertume, de haine, jetant des eaux de sorciers pour gagner les matchs, utilisant les e-médias pour invectiver la terre entière, se rassurer eux-mêmes et tous seuls à la fois, car leur isolement est l’action de la fennecs-schiso-sphère !

C’est avec leurs mains sales, de leurs mains car le mot artisanat n’est pas le mot qu’il faudrait utiliser, il s’agit bien d’un bricolage médiatique et sportif dont la politique est tissé à la corde déjà usée et réutilisée.

L’expertise de «l’endiablée schiso-sphère -fennec» est bien une institution sportive politisée par des apprentis encore nourris aux anabolisants communistes.

Un fennec ne pourra rivaliser avec un lion, car la sagesse est une maîtrise que l’on acquiert avec le temps car apprendre et maturité vous rend moins arrogant.

Le Maroc n’est pas responsable de tous leurs maux, de leur absence sur la scène internationale et africaine.

Le Maroc a un agenda chargé et complet laissant pas de place pour les pantins de la « fennecs-schiso-sphère » des oubliés, des écartés, bannis, sans aucune considération, ni préoccupations, ni intérêts aucuns.

La politique est réservée à des sportifs, à une sportivité de haut niveau, pour ceux qui ont compris que par un jeu sportif sain et unique, on peut gagner en crédibilité pour faire valoriser un sport au service des engagements citoyens, sans pourtant afficher ou s’enorgueillir d’une victoire souvent éphémère. By Karima Kaddouri ©®

A lire aussi: Cameroun: La menace terroriste plane sur la CAN 2021, l’Algérien, Mourad Bouakkaz, ancien terroriste et agent du (DRS) [Vidéo]

Cameroun: La menace terroriste plane sur la CAN 2021, l’Algérien, Mourad Bouakkaz, ancien terroriste et agent du (DRS) [Vidéo]

About gherrrabi

Check Also

ONU: Mountaga Diop met en avant le leadership et la politique migratoire du Maroc à New York

Le leadership du Maroc dans le domaine de la migration a été mis en avant …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *