JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Home / COOPÉRATION / Campagnes du lobby pro-« Algésario » contre la candidature d’un Marocain à une commission de l’ONU, … (WSRW) « deux poids, deux mesures »

Campagnes du lobby pro-« Algésario » contre la candidature d’un Marocain à une commission de l’ONU, … (WSRW) « deux poids, deux mesures »

L' »Algésario » s’active contre la candidature d’un Marocain à une commission de l’ONU

La candidature du juriste-chercheur et professeur à l’Université Mohammed V de Rabat dans la spécialité droit maritime à la Commission des Nations unies sur les limites du plateau continental est contestée par les partisans du Front Polisario alors que Rabat et Madrid devraient débuter pourparlers prochainement dans ses eaux territoriales atlantiques

Miloud Loukili, candidat marocain pour faire partie de la Commission des limites du plateau continental, l’organe de l’ONU chargé d’analyser et de proposer le tracé des frontières maritimes qui séparent les eaux espagnoles des îles Canaries de celles du Maroc, fait l’objet d’une intense campagne visant à le disqualifier des lobbies algériens et du Front Polisario.

Ainsi, l’organisation scandinave pro-« Algésario«  Western Sahara Resource Watch (WSRW) a attaqué le juriste-chercheur et professeur à l’Université Mohammed V de Rabat spécialisé en droit maritime avec l’argument qu’il milite pour la reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le territoire de Sahara occidental.

WSRW a ainsi évoqué une intervention de l’ancien directeur de la marine marchande et ancien conseiller du cabinet d’Aziz Akhannouch lors de son mandat à la tête du ministère de l’Agriculture et de la Pêche, lors d’un forum de l’agence MAP tenu en 2018. Lors de cet événement, Loukili a souligné c’était « absolument nécessaire pour sensibiliser l’opinion publique internationale, sur tous les fronts, à la légalité de la position marocaine« . « Je suis avocat spécialisé en droit international, plus particulièrement en droit de la mer. Et je dois, modestement, apporter ma contribution pour éclairer l’opinion publique nationale et surtout l’opinion publique internationale sur ce qui se passe dans notre Sahara. », il a continué.

Dans une interview accordée à la MAP, Loukili a décrit le Front Polisario comme « organisation terroriste » et avait aussi sévèrement accusé le « retarder les manœuvres des autorités algériennes« . « Il s’agit de montrer sa solidarité avec tous les Sahraouis marocains enlevés dans les camps de Tindouf afin qu’ils puissent retourner dans leur patrie« , avait-il déclaré.

Le règlement de la Commission des limites du plateau continental établit que ses membres, au nombre de 21, « ils doivent être des experts dans le domaine de la géologie, de la géophysique ou de l’hydrographie« , qui seront élus par les États à représentation géographique « seulement« .

Une réunion des États membres prévue mi-juin

Les élections des membres de cette Commission auront lieu lors d’une réunion des États membres qui sera convoquée par Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, à la mi-juin. Les membres actuels de la Commission, qui ont été élus pour un mandat de cinq ans en 2017, achèveront leur mandat au cours de la même session. Ceux qui siègent à la commission basée à New York servent à titre personnel. Les personnes désignées pour intégrer cet organe doivent obtenir le quorum des pays, c’est-à-dire obtenir la majorité des deux tiers des voix.

Rappel: juste à côté de chez vous

L’organisation scandinave pro-Algésario Western Sahara Resource Watch (WSRW) « deux poids, deux mesures »… Bouguetaia juge au Tribunal international du droit de la mer (TIDM) dans les le tracés des frontières maritimes algérienne.

L’expansionnisme algérien


Etalé sur la première page d’un quotidien, le courroux de l’ancien parlementaire sarde s’en prend violemment à l’Algérie. «L’Algérie nous chipe notre mer et nous envoie des milliers d’immigrés», titre Il Giornale. L’article, accuse pêle-mêle le gouvernement italien, l’actuel président de la Sardaigne et même l’ONU d’avoir «passé sous silence un fait grave qui rogne les frontières maritimes de l’Italie». Le politicien italien accuse également le groupe énergétique Eni d’être «le vrai gouvernement en Italie» et de «brader le littoral sarde pour ses intérêts économiques avec l’Algérie».
L’article critique le décret présidentiel d’avril 2018, par lequel l’Algérie avait institué sa souveraineté sur ses eaux qui font face aux eaux internationales, ensuite italiennes. En vertu du droit maritime, «une ZEE est un espace maritime sur lequel un Etat côtier exerce des droits souverains en matière d’exploration et d’usage des ressources. Elle s’étend à partir de la ligne de base de l’Etat jusqu’à 200 milles marins (environ 370 km) de ses côtes au maximum. Au-delà, il s’agit des eaux internationales», précisait le décret, qui avait été communiqué aussi bien à l’Italie qu’à toutes les instances concernées.

Selon l’information rapporté par la presse italienne, Alger, avec un coup de stylo sur la carte, a saisi une étendue de mer devant les eaux territoriales italiennes face à la Sardaigne: «L’opération a vu le jour il y a seulement quelques semaines – a expliqué l’ancien président sarde – mais c’était fait gardé secrète en Italie ».

Une nouvelle qui est « passée inaperçue, mais qui, après avoir été relancée ces derniers jours, pourrait réserver de nombreuses répercussions sensationnelles au niveau politique et au-delà » estime la même source.

Selon Mauro Pili, le pays nord-africain a étendu son ZEE dans toute la zone méditerranéenne en passant devant Sant’Antioco, Carloforte, Portovesme, Oristano, Bosa et Alghero. En fait, la mer de la Sardaigne occidentale serait entièrement délimitée par la nouvelle zone économique algérienne.

Ce fait aura des risques sur le pays et la région a-t-il estimé, en expliquant que « la Sardaigne et l’Italie sont limitées dans l’exploitation des ressources marines des eaux internationales formellement proches du territoire de notre pays » a titre d’exemple il a expliqué que : « un pêcheur d’Alghero ou d’Oristano pourrait être accusé par Alger de s’approprier des ressources «propres» s’il était trouvé avec un bateau de pêche même à seulement 13 milles de la Sardaigne ».

Pili a été jusqu’à déposer une plainte auprès du parquet de Rome, invitant la justice italienne à enquêter et à «identifier et à punir les responsables italiens qui auraient manqué à leur devoir institutionnel qui consiste à défendre la souveraineté et les intérêts de l’Italie». Document qu’il a publié sur le site de son mouvement Unidos.

Réaction de M. Manlio Di Stefano, secrétaire d’État italien aux Affaires étrangères

La réponse, du sous-secrétaire aux Affaires étrangères, Manlio Di Stefano, a été immédiate . « Je rassure Salvini, en tant que ministre de l’Intérieur, nous protégions déjà les intérêts italiens également sur la question de nos eaux au large de la Sardaigne. Grâce à notre action rapide, aucun intérêt italien n’a été ou ne sera menacé. Nous négocierons avec les amis algériens une solution équilibrée, mutuellement pratique et conforme au droit international et à nos intérêts nationaux « , écrit Di Stefano sur Facebook.

Une protestation est déposée à l’ONU

L’ancien président Pili a accusé tous les différents gouvernements qui se sont succédé à partir de mars 2018 de ne pas fournir assez d’efforts à ce sujet. « Comme d’habitude notre pays dort et il y a seulement quelques semaines qu’il a présenté une protestation officielle aux Nations Unies ».

Cependant, « malgré la tentative de l’Italie de remédier à cette faille très grave dans le système de protection des frontières en mer et dans les eaux internationales – a déclaré Mauro Pili – Aucune réponse n’est venue de l’ONU à ce jour ». le politicien trouve surprenant que « toutes les forces politiques et les gouvernements eux-mêmes, italiens et sardes, n’aient pas pu rejeter ce dernier blitz contre la Sardaigne et les Sardes. La Sardaigne et sa mer sont épuisées ».

Il s’étonne aussi de l’absence de ce sujet lors des réunions et des sommets bilatéraux entre les représentants du gouvernement de Rome et d’Alger.

Boualem Bouguetaia, le juge du Tribunal international du droit de la mer derrière l’opération algérienne qui envahit les eaux internationales avec une zone économique exclusive.

Son nom est écrit dans les annales du gouvernement algérien, avec des rôles importants et en coulisses.

En ce qui concerne la mer et l’invasion de la mer par d’autres, il est toujours là. L’éminence grise qui planifie, étudie, approuve puis s’assoit dans les tableaux qui décident.

En tant que juge, il n’a jamais traité de l’histoire de l’arrachement de la mer de Sardaigne, mais il a certainement entendu parler de l’opération qui, en 2018, a mis l’invasion occidentale de la mer de Sardaigne sur blanc.

S’ils le lui demandent, il dira qu’il ne sait rien, mais le guide spirituel est certainement retracé dans sa biographie.

Boualem Bouguetaia est né le 21 septembre 1946 à Oued Rhiou. Ils le décrivent comme un avocat et homme politique algérien. Depuis 2008, cependant, il siège à la Cour suprême maritime internationale depuis 2008. Le tribunal de la mer, celui appelé à régler les différends et surtout à appliquer les traités internationaux.

Il est un Algérien atypique, il a étudié la jurisprudence à la Sorbonne et sa vie professionnelle commence par hasard à l’ambassade d’Algérie à Paris, avant de déménager en tant que consultant au ministère de la Défense du pays.

En 1987, il est devenu membre de l’Assemblée nationale algérienne, en 1993 il est entré au cœur du Département d’État en tant que chef du domaine juridique.

Ce fut alors le tour de la diplomatie, ambassadeur d’Algérie au Sénégal, au Cap-Vert, en Gambie et en Guinée-Bissau et pendant longtemps il fut un proche conseiller du ministre algérien des Affaires étrangères.

C’est en octobre 2008 qu’il gravit les différends du Tribunal maritime international de Hambourg. La Cour mondiale de la mer, dont il est vice-président depuis le 1er octobre 2014.

La réaction outragée de l’Algérie à ma plainte s’explique par un seul nom: Boualem Bouguetaia!

Ils l’invoquent tous et le convoquent en Algérie. L’argument pour les Algériens n’est qu’un: vous ne pouvez même pas remettre en question notre travail car toutes ces décisions ont été prises dans le plein respect des lois et normes internationales et notamment en considération de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer.

Et qui garantit ce respect? Boualem Bouguetaia.

Le journal d’investigation algérien, qui publie une photo avec une toge tribunal international, le dit expressément, rappelant à tous que dans ce tribunal international l’illustre Algérien siégera pour un mandat de neuf ans de 2017 à 2026.

Comme pour dire, vous êtes prévenu et entouré!

Le journal algérien écrit, pour soutenir la thèse de sa raison: notre Bouguetaia est avocat et docteur en droit public (droit international) de l’Université Paris I, Panthéon-Sorbonne en 1979, et a également été membre du comité de rédaction du préambule de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer entre 1976 et 1980.

Que disent les lois sur la mer du monde qui les a écrites!

Et d’ailleurs, l’histoire est écrite: l’ancien ambassadeur d’Algérie est rapidement devenu chef de la division juridique du ministère algérien des Affaires étrangères de 1993 à 2001, inspirant évidemment la décision de créer la zone économique exclusive algérienne.

Celui qui a expliqué et enseigné comment traiter « Le problème de la délimitation maritime en Méditerranée, spécificité des mers semi-fermées » au ministère algérien des Affaires étrangères en avril 2015.

Bref, une leçon sur la façon de frotter (légalement selon eux) la mer aux autres!

Si l’Italie était un État souverain, elle aurait déjà demandé la révocation du juge du Tribunal de la mer, et surtout elle aurait officiellement ouvert le conflit.

Ceux-ci, à Rome et à Cagliari, continuent de dormir et pendant ce temps, le professeur continue d’expliquer comment occuper la mer et chercher du pétrole et du gaz sur les côtes des autres.

Avec l’Italie, c’est facile pour lui, qu’ils dorment ou qu’ils soient complices!

« Je publie les documents algériens qui affirment: vous n’avez aucune raison de protester, ces eaux sont les nôtres car nous avons la primauté de l’ONU Et ils ajoutent: le vice-président du tribunal international du droit de la mer est algérien !!! » Tweet de Mauro Pili, législature MP XV – XVI – XVII. Président de la Région Sardaigne 1999, 2001-2003:

About gherrrabi

Check Also

ONU: Mountaga Diop met en avant le leadership et la politique migratoire du Maroc à New York

Le leadership du Maroc dans le domaine de la migration a été mis en avant …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *