JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Breaking News
Home / COOPÉRATION / Cameroun: Le président du CNC, Peter Essoka annonce des sanctions contre la chaîne de télévision Vision 4

Cameroun: Le président du CNC, Peter Essoka annonce des sanctions contre la chaîne de télévision Vision 4

Dans un communiqué de l’organe en charge des régulations des médias au Cameroun, Peter Essoka rappelle la nécessité de respecter les règles d’éthique et de déontologie à la télévision d’Amougou Belinga.

Ces dernières semaines, Vision 4, la chaîne de télévision privée appartenant à l’homme d’affaires Jean Pierre Amougou Belinga, s’est illustrée par la diffusion d’éléments qui ont suscité la controverse dans l’opinion. Après avoir montré les images de l’arrestation humiliante de Ernest Obama, l’ancien directeur général de la chaîne, aujourd’hui en froid avec le promoteur, nos confrères se sont notamment attaqués à Martin Mbarga Nguelé, le patron de la police, à travers des révélations troublantes.

Le Conseil National de la Communication (CNC) est mécontent de la pratique du journalisme à Vision 4. C’est une chaîne de télévision privée émettant depuis Yaoundé au Cameroun. Dans un communiqué lu ce vendredi 17 juillet 2020 sur les antennes de la Crtv, le CNC réagit vigoureusement. La note de l’instance en charge de la régulation des médias au 237 est d’abord une mise au point.

«Le journaliste doit éviter la diffusion des informations jugées offensantes. Les activités audiovisuelles doivent respecter les bonnes mœurs et la dignité de la personne humaine. Le contenu des programmes ne doit en aucun cas inciter à la haine, à la violence ou à la discrimination à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personne en raison de leur origine, de sexe, de leur appartenance à une tribu, une ethnie, une race ou une religion», lance Peter Essoka, le président du CNC.

Grand public

Dans la foulée, il appelle les promoteurs de « médias en général et celui de Vision 4 en particulier, au respect strict des règles d’éthique et de déontologie dans la collecte et le traitement de l’information portée à la connaissance du grand public, leur demande sans délai de mettre un terme aux pratiques sus décriées sans préjudices des sanctions qu’il reviendra à la collégialité du conseil de prendre à sa toute prochaine session conformément aux prérogatives que lui confère la réglementation en vigueur».

Ce n’est pas la première fois que Vision 4 est sanctionnée par le Conseil national de la communication (CNC). La télévision de l’homme d’affaires Amogou Belinga n’a jamais respecté les décisions du CNC.

Rappel: Vision 4 a été sanctionnée en 2018

Pour avoir annoncé par « erreur » le décès d’Ali Bongo, président de la République du Gabon, Vision4, un média à capitaux privés émettant depuis Yaoundé, est dans le viseur du Conseil national de la Communication.
De nouvelles sanctions en perspective pour Vision 4. Déjà interdite au Gabon pendant six mois, par la Haute autorité de la Communication du Gabon pour avoir annoncé par « erreur » le décès d’Ali Bongo, président de la République du Gabon, cette chaine de télévision à capitaux privés émettant depuis Yaoundé, est dans le viseur du Conseil national de la Communication.
Dans un Communiqué publié jeudi 1er novembre 2018, Peter Essoka, le Président du Conseil national de la Communication du Cameroun, annonce que des mesures appropriées seront prises dans le respect de la règlementation en vigueur à l’encontre de Vision 4.
« Cette annonce a été officiellement démentie par le porte-parole de la présidence de la République du Gabon. Ayant constaté cette faute professionnelle grave, susceptible de générer des conséquences diverses et au regard des dispositions pertinentes de l’article 7du décret du 24 septembre 1992 rendant exécutoire le code déontologie du journaliste, qui précise notamment qu’il est interdit au journaliste de publier une information douteuse, le président du Conseil national de la communication dénonce ce type de pratique et annonce que des mesures appropriées seront prises dans le respect de la réglementation en vigueur à l’encontre de l’organe médiatique susmentionné » conclut Peter Essoka.

Lire aussi:

Cameroun – Affaire Amougou Belinga/Nicolas Nzoyoum, l’Ambassadeur du Cameroun en RCA s’explique.

 

About gherrrabi

Check Also

Abu Dhabi-Alger: Le très discret voyage du patron de la DGSI algérienne, le général Abdelghani Rachedi, à Abu Dhabi

Le général Abdelghani Rachedi, le patron de la Direction générale de la Sécurité Intérieure (DGSI), …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *