Home / Environnement / Burkina Faso: Ce que le colonel major Boureima Kéré a dit sur Isaac Zida

Burkina Faso: Ce que le colonel major Boureima Kéré a dit sur Isaac Zida

Appelé à la barre le lundi 12 novembre 2018, le colonel-major Boureima Kéré, chef d’état-major particulier de la Présidence du Faso au moment du Coup d’Etat de septembre 2015, est revenu sur sa relation avec l’ancien Premier ministre Isaac Zida et les supposés clans en présence au sein de l’ex régiment de sécurité présidentielle (RSP).

« Effectivement, il y avait des clans ». C’est la réponse donnée par le colonel-major Boureima Kéré à la question du Président du Tribunal militaire. « C’est surtout sous la Transition qu’on a commencé à comprendre qu’il y avait des clans. Le Premier ministre (Isaac) Zida voulait contrôler complètement le corps. J’ai été sa première victime. Il a dit au général Diendéré de me faire quitter le RSP », poursuit le Colonel-major Kéré avant de revenir dans l’histoire de l’ancien régiment.

En 2011, se rappelle-t-il, lors des mutineries, « j’étais le seul officier à pouvoir rentrer au camp (Naaba Koom II) pour discuter avec les hommes ». Ce serait après ses prouesses de facilitateur que l’ancien Président du Faso Blaise Compaoré l’aurait nommé Chef de corps de l’ex RSP avec pour adjoint Isaac Zida, lieutenant-colonel à l’époque.

Lors des évènements d’octobre 2014, alors qu’il était aux côtés de Blaise Compaoré et du général Gilbert Diendéré pour « prendre les dispositions avant [le] départ » de l’ancien Président, selon les mots du Colonel-major Boureima Kéré, il a envoyé le lieutenant-colonel Isaac Zida le représenter à une réunion à l’état-major général des armées. « Zida n’est pas parti de lui-même à l’état-major (…). Zida a eu la primeur de la démission de Blaise Compaoré et quand il a dit ça à la Place de la nation, il a été vu comme le sauveur (…). Il est allé se battre pour ses intérêts ».
C’est après la prise du pouvoir par le lieutenant-colonel Zida que tout serait parti en vrille au sein du RSP. « Il (Isaac Zida) a commencé à faire un travail de division et comme il avait beaucoup d’argent, il a commencé à recruter pour se faire une base », relate le Colonel-major Kéré pour justifier la naissance des clans au sein de l’ex RSP. Ces clans, selon lui, existaient « même au niveau des officiers (…). La situation était assez sérieuse », relate l’inculpé.

A Lire aussi  Burkina/ On peut avoir deux capitaines sur un même bateau.

Les clans étaient au nombre de deux : celui d’Isaac Zida et le reste des hommes. « Il n’y avait pas de clan Diendéré », précise le Colonel-major. Et pour celui-ci, « (Isaac Zida) a trahi le corps ».

L’interrogatoire du Colonel-major Boureima Kéré se poursuit le mardi 13 novembre 2018.

Source

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Terrorisme : Le Ghana, le Bénin et le Togo sont en ligne de mire des groupes terroristes…

Le chef terroriste arrêté dans la Région de l’Est lors de l’opération Otapuanu, conduite par …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *