JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Breaking News
Home / COOPÉRATION / Brésil: enquête sur les accusations de Sergio Moro contre Bolsonaro, le président Bolsonaro risque une destitution (impeachment)

Brésil: enquête sur les accusations de Sergio Moro contre Bolsonaro, le président Bolsonaro risque une destitution (impeachment)

Brésil: enquête sur les accusations de Moro contre Bolsonaro, le président Bolsonaro risque une destitution  (impeachment)

Jair Bolsonaro pourrait faire face à un processus de destitution après l’ouverture d’une enquête ordonnée lundi par la plus haute juridiction brésilienne sur la base d’accusations d’« ingérence » dans des affaires judiciaires portées par son ancien ministre de la Justice.

Le président brésilien Jair Bolsonaro pourrait faire face à un processus de destitution après l’ouverture d’une enquête ordonnée lundi par la plus haute juridiction brésilienne sur la base d’accusations d’ingérence dans des affaires judiciaires portées par son ancien ministre de la Justice. C’est ce que rapporte l’AFP ce jour.
Le juge du Tribunal suprême fédéral du Brésil Celso de Mello a donné 60 jours à la police fédérale pour interroger Sergio Moro, ex-ministre de la Justice et champion de la lutte anticorruption qui avait claqué la porte du gouvernement vendredi, selon une décision consultée par l’AFP.

Une telle enquête pourrait ouvrir la voie soit à une procédure de destitution contre Jair Bolsonaro, soit à des poursuites à l’encontre de Sergio Moro pour faux témoignage.

« Le changement à la tête de la Police fédérale sans cause réelle est une ingérence politique, qui entame ma crédibilité et celle du gouvernement », avait lancé vendredi Sergio Moro.

Sergio Moro, ce ministre très populaire, célèbre pour son opération anticorruption Lava Jato (Lavage express), a présenté vendredi sa démission après le limogeage du chef de la police fédérale, un organisme qui dépend du ministère de la Justice.

Sergio Moro, avait claqué la porte après le limogeage d’un de ses hommes de confiance, le chef de la Police fédérale Mauricio Valeixo. La décision du Tribunal suprême fédéral énumère sept infractions que pourrait avoir commises le président Bolsonaro, parmi lesquelles la prévarication et l’obstruction à la justice. Après sa démission, l’ancien ministre de la Justice avait montré à la télévision un échange sur la messagerie WhatsApp où le chef de l’Etat semblait exercer sur lui des pressions pour changer de chef de la Police fédérale. Des médias brésiliens ont rapporté que l’ancien juge avait conservé des captures d’écran de messages qui pourraient incriminer le chef de l’Etat.

« Le président m’a dit qu’il voulait nommer une personne avec qui il aurait un contact personnel, qu’il pourrait appeler pour obtenir des informations sur les enquêtes », avait-il ajouté lors d’une conférence de presse à Brasilia.

Le président avait de son côté affirmé publiquement vendredi que ces accusations étaient «infondées» et ajouté que que son ex-ministre ne se préoccupait que de son ego et de ses ambitions personnelles, notamment un siège à la Cour suprême.

Selon le juge de Mello, les infractions reprochées au président semblent avoir un lien étroit avec l’exercice des fonctions présidentielles, ce qui exclut qu’il fasse valoir une immunité.

La décision du Tribunal suprême fédéral énumère sept infractions que pourrait avoir commis M. Bolsonaro, parmi lesquelles la prévarication (grave manquement d’un homme d’État aux devoirs de sa charge) et l’obstruction à la justice.

Après sa démission, M. Moro avait montré à la télévision un échange sur la messagerie WhatsApp où le chef de l’Etat semblait exercer sur lui des pressions pour changer de chef de la Police fédérale.

Procédure de destitution

Si le parquet devait trouver des éléments accusant M. Bolsonaro, ce serait alors à la Chambre des députés d’autoriser, ou non, le Tribunal suprême fédéral à ouvrir une enquête formelle. Dans le cas où ces soupçons seraient confirmés par l’enquête, le Congrès devrait se prononcer sur l’ouverture d’une procédure de destitution.

About gherrrabi

Check Also

Le prix du pétrole chute de plus de 10% , son  Impact sur l’économie des pays producteurs

Les prix du pétrole chutaient vendredi 26 novembre au matin, en particulier le baril de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *