Home / ECONOMIE / Athlétisme: La descente aux enfers de l’athlète marocain Abderrahim Benredouane

Athlétisme: La descente aux enfers de l’athlète marocain Abderrahim Benredouane

Abderrahim Benredouane
Comme d’habitude, lorsqu’on parle des Stars c’est toujours une bonne occasion de mentionner les ancêtres

Une triste réalité

Le destin est impitoyable. Pour Abderrahim Ben Redouane, il a basculé à une vitesse incroyable. En quelques années seulement, il est passé de star de l’athlétisme marocain adulée, à une situation de pauvreté.

Abderrahim Ben Redouane a remporté la première édition du marathon.

2005 : LA PREMIÈRE POUR BENREDOUANE ET LEBAULT

Le marathon du Futuroscope – Haut-Poitou a fait une entrée fracassante dans le paysage athlétique en proposant un parcours relevé et déjà apprécié par les quelque 800 participants. Avec de belles performances d’Hélion, Domti et Auriault.
Benredouane a remporté la première édition du marathon. (Photos, Alain Biais, Patrick Lavaud et Nicolas Mahu)

C’est extraordinaire, selon Michel Jazy, « fantastique » d’après Franck Hélion, « génial » selon Jérôme Auriault. Les superlatifs ne manquaient pas à l’arrivée pour ponctuer cette première édition du marathon du Futuroscope Haut-Poitou. « Un sacré coup » pour l’organisateur de l’épreuve Christian Bardeau. « On a réussi à monter tout ça en quelque mois seulement, mais les participants ont répondu présent ». Il est vrai qu’avec près de 800 coureurs, le succès populaire était déjà assuré. Les nombreuses animations dans les villages traversés ont appuyé encore plus la sensation de convivialité. Sur ce parcours « sélectif » selon bon nombre de coureurs, il ne fallait pas compter faire un chrono tonitruant. Mais les objectifs étaient ailleurs. Pour Hélion, incertain jusqu’au bout, passer sous les 2 heures 40’« serait déjà une très belle performance ». C’est chose faite avec brio, d’autant plus que le licencié du CA Pictave a fait une course seul. « Ce n’était pas si facile. J’ai couru un peu avec Mus’Domti, mais j’étais plus rapide dans le deuxième semi-marathon, alors, je l’ai lâché ». Même chose pour Jérôme Auriault, tout sourire à l’issue de sa course : « J’ai eu le plaisir de faire six kilomètres devant Domti, mais j’ai craqué autour du 38e kilomètre. Mais je suis content de cette place, être dans les dix, c’est vraiment très beau ».

Elhali Moumou (n° 3), Andreï Gladichev (n° 361) et Abderrahim Benredouane (n° 4), à mi-parcours dans le village de Chéneché. (Photos, Alain Biais, Patrick Lavaud et Nicolas Mahu)

Le favori Gladichev craque, Benredouane en profite

A sept minutes du duo de tête, les trois Poitevins n’ont pas raté le rendez-vous, bien imités par Frédéric Beau, douzième. Sous l’œil du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, auteur d’un passage éclair au moment de l’arrivée, c’est Abderrahim Benredouane qui a su tirer son épingle du jeu. Le récent troisième du marathon de Monaco en profitait dans les tout derniers kilomètres. A la lutte avec Andreï Gladichev et son compatriote Moumou dès les premiers kilomètres, en compagnie de Gautier et Landemaine, le futur vainqueur semblait hors du coup lorsque l’Ukrainien prit une petite avance. Mais, dans le final, en profitant d’une petite descente, il déposait tranquillement son dernier adversaire pour s’adjuger cette première édition. « C’est une course difficile », lâchait Benredouane. « Mais ce sont les conditions climatiques qui m’ont le plus gêné ». Du côté des handisports, Laurent Lebault s’est livré à fond pour laisser derrière lui Le Gouic. Ensemble pendant les trois quarts de la course, le Charentais, qui a des attaches poitevines, a déposé son compagnon d’échappée pour s’imposer en puissance avec près de trois minutes d’avance. Un temps moyen pour Lebault, qui n’était pas si mécontent : « C’était très dur pour nous. Il faut tout le temps relancer car il y a beaucoup de dénivelés et on fatigue beaucoup plus vite ». La performance est tout de même remarquable. Chez les dames, c’est la Russe Tatiana Mironova, qui s’entraîne dans les alentours de Niort, qui s’impose. L’ancienne lauréate du semi-marathon d’Angoulême s’impose en solitaire avec plus de cinq minutes d’avance sur sa compatriote. Une première édition réussie, même si tout ne fut pas parfait. « Il y a déjà plein de choses que l’on veut améliorer pour la prochaine édition », avouait Christian Bardeau. On en salive d’avance.

A Lire aussi  Sport / Athlétisme / Soufiane El Bakkali et Conseslus Kipruto: L'Afrique qui gagne

Classement marathon 2005 : 1. Abderrahim Benredouane (1er, SEM), 2 h 31 min32’’ ; 2. Andreï Gladichev (2e, SEM), 2 h 31’39’’ ; 3. Elhadi Moumou (1er, V1M), 2 h 32’48’’ ; 4. David Coyat (3e, SEM), 2 h 32’48’’ ; 5. Christophe Gauthier (4e, SEM), 2 h 36’21’’ ; 6. Jean-Christophe Landemaine (2e, V1M), 2 h 38’12’’ ; 7. Franck Helion (3e, V1M), 2 h 38’24’’ ; 8. Patrick Rullier (4e, V1M), 2 h 42’52’’ ; 9. Mustapha Domti (5e, V1M), 2 h 43’50’’ ; 10. Jérôme Auriault (5e, SEM), 2 h 44’49’’ ; 11. Luc Caffier (6e, SEM), 2 h 45’28’’ ; 12. Frédéric Beau (7e, SEM), 2 h 45’31’’ ; 13. Ludovic Dilmi (6e, V1M), 2 h 46’48’’ ; 14. Bernard Caillet (7e, V1M), 2 h 48’06’’ ; 15. Sylvain Bazin (8e, SEM), 2 h 48’07’’ ; 16. Yannick Chambaudry (9e, SEM), 2 h 50’41’’ ; 17. Tatiana Mironova (1er, SEF), 2 h 51’31’’ ; 18. Dany Leblanc (8e, V1M), 2 H 51’31’’ ; 19. Jean-Claude Moreau (1er, V2M), 2 h 54’20’’ ; 20. Jean-Luc Soulard (10e, SEM), 2 h 54’52’’ ; 21. Nour-Eddine Benguella (9e, V1M), 2 h 55’11’’ ; 22. Olivier Plancoulaine (11e, SEM), 2 h 55’38’’ ; 23. Florence Scaringella (2e, SEF), 2 h 56’11’’ ; 24. Christian Ouvrard (2e, VEM), 2 h 56’50’’ ; 25. Franck Iceaga (12e, SEM), 2 h 56’52’’ ; 26. Jean-Paul Royer (10e, V1M), 2 h 57’15’’ ; 27. Antonio-Carlos Rodrigues (11e, V1M), 2 h 57’25’’ ; 28. Jean-Benoît Jaquen (12e, V1M), 2 h 57’32’’ ; 29. Solange Roué (1er, V1F), 2 h 57’40’’ ; 30. Leire Elosegui (Esp., 3e, SEF), 2 h 57’56’’ ; 31. Dominique Besson (13e, V1M), 2 h 58’09’’ ; 32. Jean-Philippe Pelletier (13e, SEM), 2 h 58’14’’ ; 33. Michel Antoine (14e, V1M), 2 h 59’02’’ ; 34. Bruno Deschamps (15e, V1M), 2 h 59’02’’ ; 35. Nicolas Perrot (14e, SEM), 2 h 59’22’’ ; 36. Patrick Guidoux (16e, V1M), 2 h 59’33’’ ; 37. Eric Suant (16e, V1M), 3 h 00’34’’ ; 38. Laurent Guéret (17e, V1M), 3 h 00’46’’ ; 39. Eric Chevalet (18e, V1M), 3 h 01’49’’ ; 40. Laurent Guierre (19e, V1M), 3 h 01’50’’ ; 41. Dany Robin (3e, V2M), 3 h 03’06’’ ; 42. Lionel Roirand (4e, V2M), 3 h 04’16’’ ; 43. Philippe Gonnord (20e, V1M), 3 h 04’54’’ ; 44. Antonio Dos-Reis (5e, V2M), 3 h 05’00’’ ; 45. Bruno Lépine (6e, V2M), 3 h 05’05’’ ; 46. Noël Robichon (7e, V2M), 3 h 05’46’’ ; 47. Olivier Fougère (16e, SEM), 3 h 05’58’’ ; 48. Raymond Brandhonneur (8e, V2M), 3 h 06’19’’ ; 49. Gérard Favory (21e, V1M), 3 h 06’37’’ . 50. Patrick Imbert (9e, V2M), 3 H 06’40’’ ; 51 Dominique Moy (22e, V1M), 3 h 06’55’’ ; 52. Nicolas Herbe (23e, V1M), 3 h 07’07’’ ; 53. Moncef Barkati (10e, V2M), 3 h 07’38’’ ; 54. Goulnara Tazetdinova (2e, V1F), 3 h 07’50’’ ; 55. Luc Babert (17e, SEM), 3 h 07’51’’ ; 56. Laurent Baudry (18e, SEM), 3 h 08402’’ ; 57. Nicolas Goudeau (19e, SEM), 3 h 08’04’’ ; 58. Christian Dilmi (20e, SEM), 3 h 08’07’’ ; 59. Alain Burbaud (24e, V1M), 3 h 08’12’’ ; 60. Samuel Guillet (21e, SEM), 3 h 08’36’’ ; 61. Philippe Gousset (22e, SEM), 3 h 08’38’’ ; 62. Benoît Grandin (23e, SEM), 3 h 09’03’’ ; 63. André Marzac (1er, V3M), 3 h 09’06’’ ; 64. Philippe Girardeau (25e, V1M), 3 h 09’31’’ ; 65. Rémi Boileau (26e, V1M), 3 h 09’49’’ ; 66. Olivier Hamon (27e, V1M), 3 h 10’34’’ ; 67. Fabrice Bidault (24e, SEM) ; 68. Patrick Ollic (28e, V1M), 3 h 11’29’’ ; 69. Jean-Paul Cornière (29e, V1M), 3 h 11’49’’ ; 70. Stéphane Gosset (25e, SEM), 3 h 11’59’’ ; 71. Patrice Pichot (26e, SEM), 3 h 12’20’’ ; 72. Michel Pichot (27e, SEM), 3 h 12’20’’ ; 73. Laurent Beauchesne (30e, V1M), 3 h 12’25’’ ; 74. Guillaume Delavier (28e, SEM), 3 h 12’48’’ ; 75. Eric Lavaud (29e, SEM), 3 h 12’59’’ ; 76. Bernard Martin (11e, V2M), 3 h 12’59’’ ; 77. Olivier Pacher (31e, V1M), 3 h 13’23’’ ; 78. Francis Belvalette (12e, V2M), 3 h 13’28’’ ; 79. Gabriel Rousselot (2e, V3M), 3 h 13’30’’ ; 80. Adrien Perrault (32e, VI, V1M), 3 h 14’05’’ ; 81. Jean-Michel Frémery (33e, V1M), 3 h 14’08’’ ; 82. Jean-François Suire (34e, V1M), 3 h 14’13’’ ; 83. Jean-Louis Lemaire (13e, V2M), 3 h 14’23’’ ; 84. Philippe Doyen (35e, V1M), 3 h 14’29’’ ; 85. Christophe Seguin (30e, SEM), 3 h 14’59’’ ; 86. Bruno Michaud (31e, SEM), 3 h 15’04’’ ; 87. Michel Cordier (36e, V1M), 3 h 15’09’’ ; 88. Juan Soroeta (37e, V1M), 3 h 15’14’’ ; 89. Michel Morisset (38e, V1M), 3 h 1²5’31’’ ; 90. Jean-Claude Le Gargasson (4e, V2M), 3 h 15’43’’ ; 91. Joël Gourdeau (39e, V1M), 3 h 15’59’’ ; 92. Jean-Philippe Langlois (40e, V1M), 3 h 16’03’’ ; 93. Laurent Fau (40e, V1M), 3 h 16’03’’ ; 94. Vincent Didierlaurent (32e, SEM), 3 h 16’23’’ ; 95. Jacky Launay (42e, V1M), 3 h 16’39’’ ; 96. Joël Vaudeaux (43, V1M), 3 h 16’41’’ ; 97. Bruno Texereau (33, SEM), 3 h 16’43’’ ; 98. Gérard Weibel (34e, SEM), 3 h 17’05’’ ; 99. Didier Pleuchot (44e, V1M), 3 h 17’36’’ ; 100. Jérôme Belaud (35e, SEM), 3 h 17’40’’

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Savant et inventeur Africains: Charif Al Idrissi, un savant marocain peu connu qui a révolutionné le monde

En plus d’être méconnu, il a été victime de certains biographes, de son époque, qui …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *