JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Breaking News
Home / COOPÉRATION / Algérie / Séisme de Béjaïa : L’Algérie risque-t-elle un tsunami? [Vidéo]

Algérie / Séisme de Béjaïa : L’Algérie risque-t-elle un tsunami? [Vidéo]

Séisme de Béjaïa : L’Algérie risque-t-elle un tsunami ?

La wilaya de Béjaïa et ses environs on été secoués par un séisme peu profond, d’une magnitude de 5,9 sur l’échelle de Richter,  le seime s’est déclenché dans la nuit de mercredi à jeudi au large des côtes, a annoncé l’Institut américain de géophysique (USGS), et a suscité un mouvement de panique . l’épicentre de ce séisme est situé à 23 km au large les côtes de la wilaya de Béjaïa.

Le séisme a fait des dégâts mais aucune victime n’est recensée.

Scènes de panique à Bejaïa où plusieurs centaines d’habitants on fui leurs domiciles après la forte secousse tellurique qui a été ressentie dans 12 wilayas, don “Skikda, Constantine, Bordj Bou Arreridj, Sétif, Jijel, Mile, Bouira, Boumerles, Tizi Ouzou, Alger et Tipaza”.


Sur les réseaux sociaux, les internautes on réagi, certains d’entre eux on évoqué un risque d’un possible tsunami après les secousses répétées ressenties, et localisées en mer.

L’Algérie a déjà connu deux tsunamis (1365 et 1856)

.econostrum.info : On évoque deux tsunamis en Algérie, le premier à Alger en 1365 et le second à Jijel en 1865.

Yacine Hemdane : En effet, de nombreux témoignages (documents et récits) renseignent sur deux grands tsunamis qui se sont produits en Algérie. A ce propos, en 1365, des vagues de tsunami auraient dévasté la partie ouest de la côte algéroise. Ces mêmes récits font état d’un autre tsunami qui s’est produit en 1856 sur la côte de Jijel et qui aurait causé beaucoup de dégâts. Le premier événement, celui de 1365, a généré des vagues de 5 m de hauteur, lesquelles ont dévasté la partie occidentale algéroise. Quant au second événement (1856), il a été rapporté par Ambraseys (1982). .econostrum.info : L’option du nucléaire a été retenue par l’Algérie il y a un moment déjà, notamment pour ce qui concerne le dessalement de l’eau de mer. Cela implique qu’il y ait des centrales près des côtes. Or, au vu de ce qui vient de se passer au Japon, pensez-vous que l’Algérie puisse être frappée par un tsunami de grande ampleur à même de détruire ou d’endommager des centrales de ce type ?
Yacine Hemdane : Puisque l’histoire et la recherche scientifique nous renseignent sur l’existence de ce risque, il faut maintenant prendre toutes nos précautions afin d’éviter d’éventuelles situations irréversibles qui pourraient survenir sur la côte. Aussi, près des côtes, le tsunami n’est malheureusement qu’un des risques qui menacent l’occupation littorale.La zone côtière est par définition une zone très dynamique. Il y a aussi l’érosion des côtes, laquelle est souvent accentuée et/ou provoquée par l’homme. A titre d’exemple, l’occupation des falaises littorales et des côtes basses est très dangereuse et pourrait être à l’origine de l’effondrement des constructions côtières et des inondations littorales. Par conséquent, il faudra absolument faire très attention et surtout penser à l’environnement que nous empruntons éphémèrement pour le léguer à notre tour aux générations futures. Amal Belkessam, à ALGER.

Yacine Hemdane : La vague de tsunami est une onde marine générée par la perturbation de la surface de la mer. Cette dernière peut être induite aussi bien par les séismes que par d’autres phénomènes comme la chute d’astéroïdes en mer, des glissements sous-marins, etc.
econostrum.info : Pensez-vous que la Méditerranée soit à l’abri de tsunamis dévastateurs ?
Yacine Hemdane : Quel est le risque d’un tsunami dévastateur en Méditerranée ?
Je ne saurais vous le dire, mais il est certain que le risque d’un tsunami existe. Pour répondre plus clairement à votre question, nous allons évoquer le tsunami qu’a connu la Méditerranée en 2003, lors du séisme de Boumerdes [ville située à 50 km à l’Est d’Alger – NDLR] du 21 mai 2003. Quelques minutes après ce séisme, les habitants de la région de Boumerdès ont assisté à un phénomène spectaculaire de retrait progressif de la mer sur une distance d’environ 300 m pour revenir ensuite (quelque minutes après) un peu au-dessous de son niveau original.
Ce soulèvement de la côte a été estimé, moyennement, à environ 55 cm. Quelques temps après, des vagues atteignant des hauteurs maximales d’environ 2 m ont été observées sur les côtes espagnoles. Le tsunami généré sur la côte de Boumerdès en 2003 a atteint les îles Baléares après 30 minutes environ. Par conséquent, si la population est préalablement bien préparée à ces phénomènes naturels et si les côtes méditerranéennes (par exemple) sont équipées d’appareils qui décèlent les déformations du niveau de la mer (marégraphes numériques), nous pourrions lancer des alertes pour évacuer les populations côtières menacées par un éventuel tsunami.

Yacine Hemdane : Puisque l’histoire et la recherche scientifique nous renseignent sur l’existence de ce risque, il faut maintenant prendre toutes nos précautions afin d’éviter d’éventuelles situations irréversibles qui pourraient survenir sur la côte. L’intensité du séisme ne peut pas être la seule origine des dégâts. L’état déplorable du littoral peut aggraver les conséquences d’une catastrophique naturelle. La destruction des dunes littorales, le vol de sable des plages et des oueds et l’état catastrophique de la gestion de nos rivages sont, entre autres, des causes aggravantes. Une situation plus qu’alarmante à laquelle il faut ajouter les effets liés aux dysfonctionnements climatiques de ces dernières années. Une situation qui touche tous les pays sans exception.

About gherrrabi

Check Also

Pedro I. Altamirano : Le Sahara marocain, une opportunité historique pour l’Espagne.

Dans une forum de discussion tenue à Malaga, Pedro I. Altamirano a parlé du Sahara …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *