JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Breaking News
Home / COOPÉRATION / Algérie: Le dernier message du doyen des défenseurs des droits de l’Homme Me. Ali Yahia Abdenour avant son décès

Algérie: Le dernier message du doyen des défenseurs des droits de l’Homme Me. Ali Yahia Abdenour avant son décès

Algérie: Le dernier message du doyen des défenseurs des droits de l’Homme Me. Ali Yahia Abdenour avant son décès

L’avocat et militant des droits de l’Homme, Ali Yahia Abdenour, doyen des défenseurs des droits de l’Homme algériens, s’est éteint, ce dimanche matin, à l’âge de 100 ans, après une longue lutte contre la maladie.

Maître Ali Yahia Abdenour a consacré toute sa vie à défendre les droit de l’Homme. En 1983, il a été fondateur de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (LADDH) qui n’a été reconnu officiellement qu’en 1989.

La Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (indépendante) a fait l’éloge funèbre de son président d’honneur, dans un communiqué, en déclarant : « L’éternel président de la Ligue nous quitte pour toujours« .

Et d’ajouter que le regretté « était un personnage primordial des questions de droits de l’homme en Algérie, au Maghreb et dans le monde arabe« .

La Ligue algérienne a aussi rappelé que «Ses contributions pour placer la dignité humaine au cœur de l’action politique resteront immortelles dans la mémoire des Algériennes et des Algériens».

Abdenour est considéré comme le doyen des avocats en Algérie, où il a entamé sa carrière professionnelle dans les années 1960. En 1985, il a fondé la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme, il est demeuré son président d’honneur jusqu’à sa mort, ce dimanche.

Né le 18 janvier 1921 à Aït Yahia à Tizi-Ouzou, le défunt a été membre de l’Assemblée constituante entre 1962 et 1964, puis député jusqu’au 1965, avant d’être nommé, dans la même année, ministre des Travaux publics et des Transports puis ministre de l’Agriculture et de la Réforme agraire entre 1966 et 1968 dans le gouvernement de Houari-Boumediene, avant de démissionner du gouvernement en 1968, après avoir rejeté les orientations du régime à l’époque.

Par la suite, le regretté s’est tourné vers l’opposition et a exercé la profession d’avocat, son action politique lui a valu d’être arrêté durant les années 1983 et 1984 (l’ère du régime du parti unique en Algérie).

Après l’adoption du pluralisme politique en Algérie en 1989, Ali Yahia Abdenour est devenu officiellement actif en tant qu’avocat et défenseur des droits de l’Homme, en défendant en justice un certain nombre de politiciens et de militants, y compris les dirigeants du Front islamique après leur emprisonnement et la dissolution de leur parti dans les années 1990.

Poursuivant sa lutte pour les droits humains jusqu’à son décès, il avait lancé en 2019 à l’occasion du déclenchement d’un soulèvement populaire contre l’ancien président Abdelaziz Bouteflika, plusieurs initiatives avec des personnalités locales, pour les soutenir et appeler à la mise en place d’un système démocratique en Algérie.

En décembre dernier, le Conseil des droits de l’Homme de la présidence algérienne a décerné à Ali Yahia Abdenour le prix des droits de l’Homme en Algérie pour l’année 2020.

About gherrrabi

Check Also

Le Maroc donne au SG de l’ONU son aval pour la nomination de son Envoyé Personnel au Sahara marocain, Staffan de Mistura

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a entamé, mardi, des consultations auprès des membres …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *