JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Home / COOPÉRATION / Algérie : (la justice « injustice ») libère Karim Tabbou, figure emblématique du « Hirak » et Amira Bouraoui

Algérie : (la justice « injustice ») libère Karim Tabbou, figure emblématique du « Hirak » et Amira Bouraoui

Algérie : la justice « injustice » libère Karim Tabbou, figure emblématique du « Hirak » et Amira Bouraoui

Le premier avait été condamné à un an de prison pour « atteinte à l’intégrité du territoire national », la seconde a bénéficié d’une mesure de remise en liberté provisoire lors d’un procès en appel.

Emprisonné depuis le 26 septembre 2019, Karim Tabbou avait été condamné en appel le 24 mars dernier à un an de prison ferme pour « atteinte à l’intégrité du territoire national ».

Né en février 2019 d’un immense ras-le-bol des Algériens, le Hirak réclame un changement du « système » en place depuis l’indépendance, en 1962. En vain jusqu’à présent, même si la contestation a obtenu en avril 2019 le départ du président Bouteflika après vingt ans au pouvoir.

Lors de ce procès, l’accusé avait refusé de comparaître sans la présence de ses avocats mais le juge avait refusé d’accéder à sa demande. Karim Tabbou avait été pris d’un malaise en pleine audience, victime d’une poussée de tension artérielle, selon ses avocats.

L’opposant est également poursuivi pour « atteinte au moral de l’armée » dans le cadre d’une autre affaire, dont le procès a été reporté au 14 septembre.

Autre figure remise en liberté : Amira Bouraoui

Amira Bouraoui, ex-animatrice du mouvement Barakat («ça suffit!»), qui s’était fait connaître en 2014 en incarnant l’opposition à un quatrième mandat du président entre-temps déchu Abdelaziz Bouteflika. Condamnée à un an de prison ferme en première instance le 21 juin, la militante devait sortir de prison, jeudi dans l’après-midi. Le tribunal de Tipaza (80 km à l’ouest d’Alger) a décidé de sa remise en liberté provisoire dans l’attente d’un nouveau jugement, le 24 septembre.

Le journaliste Khaled Drareni reste en prison

Les ONG de défense des droits de l’Homme se sont félicitées de la décision de la justice algérienne. « Algérie, Karim Tabbou enfin libéré. Grand soulagement en attendant les autres », a aussitôt tweeté Saïd Salhi, le vice-président de la Ligue algérienne des droits de l’Homme.


Selon le Comité national pour la libération des détenus, une association de soutien, près de 70 prisonniers d’opinion sont actuellement derrière les barreaux, la plupart pour des publications sur Facebook.

About gherrrabi

Check Also

En France, trois morts dans une attaque au couteau à proximité de l’église Notre-Dame à Nice.

Une attaque au couteau s’est produite ce jeudi 29 octobre au matin, a fait trois …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *