Home / COOPÉRATION / Algérie / Ali Ghediri, candidat aux présidentielles 2019, évoque la réouverture de la frontière avec le Maroc.

Algérie / Ali Ghediri, candidat aux présidentielles 2019, évoque la réouverture de la frontière avec le Maroc.

Le général à la retraite Ali Ghediri a indiqué aujourd’hui qu’il comptait se présenter à l’élection présidentielle en Algérie prévue le 18 avril, devenant le premier prétendant à se déclarer depuis l’annonce officielle de la date du scrutin. Promu général en 2000, Ali Ghediri, 64 ans, a été directeur des ressources humaines du ministère de la Défense pendant une dizaine d’années jusqu’à sa retraite en 2015. Le général Ali Ghediri s’est récemment fait remarquer par des déclarations dans la presse qui lui ont valu une sévère mise en garde du ministère de la Défense, qui a souligné l’obligation de réserve à laquelle sont astreints les militaires.
Ali Ghediri, candidat à l’élection présidentielle, a été empêché, ce mercredi 6 février 2019, de se rendre au cimetière de Sidi Yahia pour assister à l’enterrement du général-major Abdelmalek Guenaizia, ancien ministre délégué auprès du ministre de la Défense nationale.

Candidat à l’élection présidentielle d’avril 2019 en Algérie, le général-major à la retraite Ali Ghediri a décliné sa vision des relations bilatérales entre son pays et le Maroc. S’exprimant dans un entretien avec le site TSA, le candidat a évoqué la question de la frontière fermée et l’édification de l’Union du Maghreb arabe.

Dans le cadre de sa campagne pour l’élection présidentielle du 18 avril en Algérie, le général-major à la retraite Ali Ghediri a indiqué dans un entretien avec le site d’information Tout sur l’Algérie (TSA) qu’elle serait sa politique extérieure envers le Maroc. Il s’est notamment exprimé sur la question des frontières fermées entre les deux pays depuis 1994.

«L’ouverture des frontières avec le Maroc, ce n’est pas le point le plus important», a-t-il affirmé en soulignant que «l’important c’est d’édifier le grand Maghreb».

Évoquant le rôle que peuvent jouer l’Algérie et le Maroc dans la dynamique de l’édification de l’Union du Maghreb arabe, le présidentiable a soutenu que «les grands ensembles géopolitiques ne peuvent pas se construire autour du vide. Il faut un noyau dur». «Notre position et nos atouts font de nous un pays qui jouera en cela un rôle essentiel, et on le jouera», a-t-il encore souligné.
Cependant, l’on s’interroge comment édifier le grand Maghreb avec des frontières fermées. La logique veut la libre circulation des biens et des personnes comme ça se fait dans les autres groupements régionaux.

A Lire aussi  اسبانيا تجدد اشادتها بالتعاون الأمني المغربي

Le général-major à la retraite risque de faire de l’ombre au clan de Abdelaziz Bouteflika.


Depuis l’annonce de sa candidature à l’élection présidentielle, Ali Ghediri occupe le devant de la scène politique algérienne. Ses partisans le présente comme un candidat du changement et de la rupture par rapport à la ligne de Bouteflika. Son discours sur la réforme démocratique a séduit de nombreux Algériens.

Ali Ghediri un “risque” prioritaire ?

Les tenants de la continuité Bouteflikienne ont peut-être commis une erreur tactique en indiquant aux Algériens la hiérarchie des événements qu’ils redoutent. Et en confortant cette hiérarchie par la désignation presque compulsive de Ali Ghediri comme ennemi politique numéro 1 de l’avant campagne présidentielle.

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Dossier N°1: Le régime algérien, un véritable «danger» pour l’Algérie, le bassin méditerranéen et l’Afrique subsaharienne …

C’est sans conteste dans ce domaine que les généraux algériens ont le plus nettement dépassé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *