JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Home / COOPÉRATION / Algérie: Abderrezak El Para est-il au-dessus de la loi? Amir_dz révèle les secrets son château et son lieu d’existence.

Algérie: Abderrezak El Para est-il au-dessus de la loi? Amir_dz révèle les secrets son château et son lieu d’existence.

Abderrezak El Para est-il au-dessus de la loi? Amir_dz révèle les secrets son château et son lieu d’existence.
Les zones d’ombre qui entourent souvent les affaires de terrorisme dans ce pays. Le rapt des touristes européens, puis leur libération, ne fait pas exception.

Quinze ans après son arrestation, Amari Saïfi dit «El Para», n’est toujours pas jugé. La Chambre criminelle d’Alger a reporté ce jeudi, et pour la onzième fois, le procès de l’auteur présumé de l’enlèvement de 32 touristes européens, parmi lesquels plusieurs allemands et suisses aux frontières algéro-maliennes, en février 2003.

Celui qui est également accusé d’avoir conduit, le 4 janvier 2003, une attaque contre un convoi militaire causant la mort de 43 soldats algériens, continue de jouir d’un statut qui demeure inconnu de l’opinion publique.
Abderrezak El Para a été condamné par «contumace» le 25 juin 2005 à la réclusion à vie, la justice continue ainsi de le considérer comme étant toujours «en fuite», alors qu’il avait été remis aux autorités algériennes depuis presque une année. Même scénario en 2007 et 2008, où la chambre criminelle d’Alger continuait de juger l’ex-membre et chef de la zone 5 du GIA puis du GSPC, par «contumace», sous prétexte que «les procédures judiciaires engagées dans le cadre de cette affaire ont débuté avant qu’Abderrezak El Para ne soit remis aux autorités algériennes et, donc, considéré comme étant toujours en fuite».
Par ailleurs, il est à signaler que le procès de son complice, dans l’affaire de l’enlèvement des 32 touristes européens, l’accusé Yacine Aïssani, qui était présent à l’audience, n’a également pas été retenu. Le report a été décidé en raison de l’absence de son avocat. Pour rappel, Abderrezak El Para a été capturé le 16 mars 2004, par le Mouvement pour la démocratie et la justice au Tchad (MDJT). C’est finalement suite au concours des Services de sécurité libyens qu’il a été remis aux autorités algériennes le 27 octobre.

Curiosités

Un premier groupe d’otages avait en effet été libéré le 13 mai 2003, trois jours exactement après une visite et des déclarations …musclées à Alger de Josckha Fisher, alors ministre allemand des affaires étrangères, et du chef des services de renseignements allemands. Officiellement, leur libération avait eu lieu après un « bref assaut de l’armée algérienne ». Mais celui-ci ressemblait fort à une mise en scène. A l’issue de cet «assaut», tous les gardiens des otages avaient disparu alors qu’ils ne disposaient d’aucun véhicule. Et en dépit du « feu nourri » entendu et des déclarations officielles d’Alger faisant état de « quatre morts parmi les ravisseurs », les otages n’avaient vu aucun mort en sortant des rochers derrière lesquels ils s’étaient abrités…Ils raconteront par ailleurs notamment que des hélicoptères de l’armée algérienne les survolaient régulièrement à très basse altitude dès leur enlèvement …
Ce ne seront pas les seules curiosités de cette spectaculaire opération d’un GSPC qui, bien que n’étant à l’époque absolument pas implanté dans le Sahara, réussira à subvenir aux besoins de nombreux otages pendant …trois mois dans une zone où il est particulièrement difficile de survivre.

Membre de la garde rapprochée du général Nezzar

Mais revenons à l’essentiel, c’est à dire au « Para » qui est officiellement à l’origine de cette opération. Ancien membre de la garde rapprochée du général Nezzar, ex homme fort et ex ministre de la défense d’Alger, il a été formé dans une unité d’élites de l’armée algérienne avant de faire un stage de trois ans à Fort Bragg, le centre d’entraînement des bérets verts américains. Ce « profil » lui promettait une brillante carrière : Amar Saifi désertera néanmoins en 1997 pour devenir « l’émir du GSPC de l’Est » en 1999.
L’affaire des otages du Sahara réglée, on n’entendra plus parler de lui. Jusqu’à ce qu’on apprenne le 18 mars 2004 qu’il a été fait prisonnier, avec ses hommes, par un groupe de rebelles tchadiens, le MDJT, qui aura d’ailleurs beaucoup de mal à s’en débarrasser. «Personne ne semblait avoir envie de venir le chercher », risquera même Brahim Tchouma, l’un des dirigeants du MDJT. Après moult tractations entre le Tchad et la Libye, le Para sera finalement remis par les services libyens à l’Algérie fin octobre 2004. Alger annoncera alors avec emphase l’avoir mis en prison.
Un an plus tard pourtant, il sera condamné à la réclusion à vie par contumace à Alger après que le tribunal criminel l’ait déclaré « en fuite ». Interrogé sur les raisons de son absence à la barre et sur le lieu où il se trouvait, le ministre algérien de l’intérieur de l’époque Yazid Zehrouni, répondra : « Je n’en sais rien mais il se trouve en sécurité » ! Jusqu’à 2010, la presse annoncera encore trois fois son procès par contumace après qu’en novembre 2009, le procureur général près la cour d’Alger ait assuré qu’il « ne se trouvait dans aucune prison » d’Alger.

« Nous ne le réclamons plus »

Aujourd’hui, sa énième absence au tribunal où ses quatre « complices » ont été condamnés, repose la même question. L’impossibilité de faire apparaître publiquement El Para s’explique-t-elle par la volonté du DRS, les services secrets algériens, de « couvrir » l’un de ses agents au sein du GSPC – qui a entre temps cédé la place à AQMI? La question mérite d’être posée. D’autant que cette absence jamais éclaircie se double d’une autre singularité : en dépit de ses liens présumés avec AQMI, ni les Américains, ni les Français, ni les Britanniques, ni même les Allemands, ne semblent avoir demandé à interroger El Para! Mieux : en janvier 2007, le secrétaire d’État allemand à la Sécurité, August Hanning déclarait – alors que le tribunal de Karlsruhe avait émis un mandat d’arrêt international contre El Para – : «Nous ne le réclamons plus. D’après mes informations, il est entre les mains des autorités algériennes. Il est jugé et condamné pour des actes qu’il a commis en Algérie» (l’enlèvement des touristes allemands, ndlr !). Or El Para n’a jamais été jugé pour ce fameux enlèvement avant la comparution de ses quatre « complices » en ce mois de novembre 2013… Et il s’est aujourd’hui littéralement volatilisé, même si la presse algérienne a annoncé régulièrement son procès …et son report ! Autant dire que les récentes condamnations annoncées par Alger posent plus de questions qu’elles n’en résolvent.

L’activiste algérien Amir Boukhors « Amir Dz » qui fait trembler le «pouvoir algérien ».

La page Facebook Amir.dz compte 658 519 d’abonnés, son compte Youtube compte 554 k abonnés, son compte twitter 140,3 k abonnés et son compte in stagram 40,4k abonnés. Par ses publications, qui chatouillent la fibre sensible des Algériens, il n’épargne aucune personne qui gravite autour d’un système politique pollué des responsables corrompus et leur progéniture qui bradent les ressources du pays.

Amir_dz révèle les secrets son château et son lieu d’existence.

Selon Amir_dz  Abderrezak El Para est entrain de mener un grand train de vie dans une prison.

«Les liens incestueux entre la mafia militaro-politico-financière algérienne et l’Aqmi»

About gherrrabi

Check Also

Le projet de voitures électriques: l’inventeur Rachid Yazami nous a confirmé… et que les discussions préliminaire en cours sont prometteuses….

Prenant part à un webinaire organisé par l’institut CDG, mardi 13 octobre dernier, le chercheur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *