Home / CULTURE / Algérie / Abdelaziz Bouteflika: un 5e mandat entre Paris, Grenoble ou Genève.

Algérie / Abdelaziz Bouteflika: un 5e mandat entre Paris, Grenoble ou Genève.

Affaibli depuis plusieurs années par les séquelles d’un accident vasculaire cérébral, le président algérien s’était rendu lundi en Suisse pour des examens médicaux.
Ne voulant pas d’étrangers autour de son frère interné dans un hôpital à Genève, le frère du président algérien, Said Bouteflika, a demandé l’éloignement d’un médecin tunisien et d’une infirmière marocaine travaillant dans le service.
Abdelaziz Bouteflika est né le 2 mars 1937 à Oujda, au Maroc. À l’époque, la ville abrite plus d’Algériens que de Marocains. Son père, Ahmed, est originaire de Tlemcen, qu’il quitte au milieu des années 1930 pour des raisons économiques. Il décédera en 1958. C’est sa mère, Mansouriah, qui élèvera seule Abdelaziz, l’aîné, et ses quatre frères et deux sœurs. Elle gère un hammam et se consacre à l’éducation de ses enfants. Une femme au caractère bien trempé, à qui le chef de l’État voue un respect et une affection sans bornes. Aujourd’hui encore, le cercle familial est soudé. Mustapha (médecin) et Saïd (conseiller spécial) travaillent aux côtés de leur frère de président. Abderrahim, lui, est secrétaire général du ministère de la Formation professionnelle. Le dernier, Abdelghani, est avocat au barreau de Paris. Des deux sœurs, c’est la plus grande qui veille sur Bouteflika. Elle habite dans l’appartement familial d’El-Biar, à Alger, et mitonne, souvent, les plats que le chef de l’État apprécie, comme le poulet.

Aucun détail n’a été donné sur la durée du séjour d’Abdelaziz Bouteflika, ni sur l’hôpital où auront lieu les examens.

Plusieurs “contrôles médicaux périodiques” depuis 2013. Abdelaziz Bouteflika, 81 ans, avait quitté la capitale algérienne lundi afin de subir des examens médicaux en Suisse. Il n’a pas été précisé quel type d’examen il a subi ni dans quel hôpital il s’est rendu.

 

A lire aussi:⇒ Algérie/ Épidémie de Choléra

Selon nos sources Bouteflika était au 8 ieme étage service d’oncologie¹ de l’hôpital cantonal de Genève, une aile réservée aux malades en phase critique. De peur que les informations ne fuitent et ne soient publiées sur l’état de santé de Bouteflika, plusieurs précautions ont été prises par l’entourage du chef d’Etat.

Ministre flamboyant sous Boumédiène, tombé en disgrâce au temps de Chadli Bendjedid, chef de l’État depuis 1999, il brigue aujourd’hui un troisième mandat.

A lire aussi:⇒ Layla Haddad : une vidéo devenue virale

Le journaliste algérien, Salim Salhi pose une question sur sa page Facebook “Qui a vu Bouteflika évacué à Genève, ou son retour?

A Lire aussi  Tunisie: Une kamikaze (Mouna Guebla) cible des policiers et fait une dizaine de blessés

Algérie

Président béni.

Qui soutient un cinquième mandat  du Président Bouteflika?

En faisant sauter? le verrou de la limitation du nombre de mandats, Bouteflika a prêté le flanc à la critique. « On fait le serment, la main sur le Coran, de respecter la Constitution, et après, on fait autre chose. Je ne suis pas de ceux-là », a déclaré l’ancien président Chadli. Autre ex-chef d’État à sortir de sa réserve, Liamine Zéroual : « Je me suis retiré du pouvoir pour assurer une réelle alternance et pour consacrer la démocratie. Je constate que, dix ans après, ça ne s’est toujours pas réalisé… »

Hospitalisé quatre-vingts jours à Paris en 2013 après son AVC, M. Bouteflika s’est depuis rendu plusieurs fois à l’étranger pour des « contrôles médicaux périodiques », à Paris, Grenoble ou Genève.

Un homme malade, lourdement handicapé, immobilisé sur une chaise roulante, ne pouvant ni se mouvoir ni prononcer un discours, incapable de tenir un agenda politique ou de tenir une réunion depuis son AVC d’avril 2013.

Présidents maudits

  • Gambie

En novembre 2016, Yahya Jammeh annonce qu’il se présente à l’élection présidentielle pour un cinquième mandat successif. Il est cependant confronté à une opposition de plus en plus importante à l’intérieur de la Gambie, notamment dans les deux grandes villes du pays, la capitale politique Banjul et la capitale économique Serrekunda.

Jammeh est classé comme un prédateur de la liberté de la presse par l’organisation Reporters sans frontières, depuis la promulgation de deux lois, en 2004 et 2005.

  • Burundi

En 2015, Pierre Nkurunziza décide de briguer un troisième mandat à la présidence de la République, ce qui est contraire à l’article 96 de la constitution du Burundi, promulguée en mars 200510. Sa candidature est néanmoins validée par une décision controversée de la Cour constitutionnelle

Le 30 octobre 2015, le président américain Barack Obama exprime sa volonté de suspendre le Burundi du programme AGOA en raison de plusieurs faits qui, selon lui, empêcheraient le peuple burundais de s’exprimer et qui ont « maintenu le président Nkurunziza au pouvoir ». En novembre 2016, Pierre Nkurunziza félicite Donald Trump suite à la victoire inattendue de celui-ci face à Hillary Clinton à l’élection présidentielle américaine de 2016, estimant que cette victoire était « la victoire de tous les Américains »

¹: L’oncologie, aussi appelée cancérologie ou carcinologie, est la spécialité médicale chargée de l’étude, du diagnostic et du traitement des cancers.

About Mohammed Gherrabi

Check Also

La main tendue de SM le Roi à l’Algérie: Les réactions fusent à l’international, la presse algérienne s’est vue “divisée”

En effet, les réactions officielles quant à l’appel du Souverain à la création d’un mécanisme …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *