JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
Breaking News
Home / COOPÉRATION / Algérie: 110e vendredi, le Hirak se montre encore plus soudé et plus déterminé « Etat civil et non militaire ».

Algérie: 110e vendredi, le Hirak se montre encore plus soudé et plus déterminé « Etat civil et non militaire ».

Algérie: 110e vendredi, le Hirak se montre encore plus soudé et plus déterminé « Etat civil et non militaire ».

Le Hirak pacifique en Algérie se résume en deux photos et en deux mots « Etat civil et non militaire ».

Le Hirak se montre encore plus soudé et plus déterminé

En dépit de la répression policière, les manifestants ont tenu à affirmer haut et fort l’unité du Hirak pour le bien de l’Algérie. Comme à l’accoutumée, les manifestants ont scandé les slogans anti-pouvoir. Ils ont repris les slogans habituels du Hirak appelant à un Etat de droit et un changement radical du système. « Etat civil et non militaire », ont scandé les manifestants qui ont également rejeté la décision du président Abdelmadjid Tebboune d’organiser des élections législatives anticipées le 12 juin prochain. « Pas d’élection avec la bande ».

A Alger, Oran, Tizi Ouzou, Constantine, Bejaia et plusieurs d’autres wilayas, des foules importantes ont déferlé à l’occasion de ce vendredi 110 du Hirak. Des citoyens portant pancartes et drapeaux ont sillonné les villes au cri de slogans habituels. Les manifestants ont réclamé entre autres la libération des détenus d’opinion, Etat civil et non militaire, et le départ du système. A Tizi-Ouzou notamment, la mobilisation a été une nouvelle fois au rendez vous pour ce 110e vendredi de contestation.

Plusieurs activistes du Hirak ont pris part à la grande marche du Hirak, à Alger. Il s’agit de Mostefa Bouchachi, Karim Tabbou et Mohcine Belabbas. Les trois personnalités ont échappé à la campagne de dénigrement qui a ciblée plusieurs activistes et personnalités.

Plusieurs interpellations à Alger et répression à Oran

Gaz lacrymogène et matraquage à Oran

A Oran, les forces anti-émeutes de la police a utilisé du gaz lacrymogène et usé de la violence à l’égard des manifestants pacifiques, d’après les images publiées par le média Interlignes Algérie.


Cette marche a été marquée également par plusieurs arrestations. C’est le cas de l’ex-détenu d’opinion, Mohamed Tadjadit, interpellé dans le périmètre de la place Audin, ainsi que les étudiants Abdenour Ait Said, Abd Essamie Youcef, Massoum Abd-El-Fattah Mahiddine et Djaber Righi.

Près du cinéma Algeria à la rue Didouche Mourad, une jeune fille a été agressée au couteau, selon les secouristes. La victime a été évacuée par les éléments de la protection civile à l’hôpital pour recevoir les soins nécessaires.

A Oran, la police a utilisé le gaz lacrymogène et les matraques pour empêcher les manifestants d’aller vers la wilaya. Les forces de l’ordre ont violemment empêché les manifestants de suivre leur chemin habituel. Pour disperser la foule et la repousser, les forces de l’ordre ont utilisé le gaz de lacrymogène. Plusieurs personnes ont été également interpellées.

Malgré les mises en garde internationales, Alger poursuit les répressions et les violences à l’encontre du mouvement de protestation.

Les violences à l’encontre du mouvement de protestation en Algérie ont fait réagir la communauté internationale. Les répressions menées par les autorités algériennes ont ainsi été dénoncées lors de la 46ème session du conseil des droits de l’Homme à l’ONU.

Alger défie les mises en gardes internationales, à leur tête celles de l’ONU.  Alger poursuit les répressions et les violences à l’encontre du mouvement de protestation, ses répressions menées par les autorités algériennes ont été dénoncées lors de la 46ème session du conseil des droits de l’Homme à l’ONU.

Le bal des griefs et critiques a été ouvert aux premiers jours de la session par la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, qui a appelé les autorités algériennes à libérer immédiatement toutes les personnes arrêtées pour avoir participé aux manifestations pacifiques du mouvement pro-démocratique du Hirak.

Mme Bachelet a appelé, dans ce sens, à de « véritables élections démocratiques reflétant la volonté du peuple ».

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme est revenu, une deuxième fois à la charge pour pointer de manière formelle « la détérioration de la situation des droits de l’homme en Algérie et la répression continue et croissante contre les membres du mouvement pro-démocratie Hirak« , et dénoncer « les dispositions du Code pénal algérien, rédigées de manière vague, et qui sont utilisées pour restreindre la liberté d’expression et poursuivre les personnes exprimant des opinions dissidentes« .

Lire aussi:

L’ONU demande à l’Algérie de libérer dans l’ »immédiat » les détenus du Hirak

Algérie: 8 Mars, Journée internationale des « non-droits » des femmes [Vidéo]

Algérie: Belkacem Zeghmati prépare une loi sur la déchéance de la nationalité à l’encontre de la diaspora algérienne

About gherrrabi

Check Also

Des Politiciens pas très FAIR PLAY De la médiocrité relative à la crise existentielle By K. Kaddouri

Je partirai du principe que la perception de la politique de nos politiciens est erronée …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *