Home / Environnement / Afrique/ Ebola: l’OMS forcée de suspendre ses opérations à Beni, en RDC

Afrique/ Ebola: l’OMS forcée de suspendre ses opérations à Beni, en RDC

L’Organisation mondiale de la santé a dû suspendre ses opérations à Beni pour contrer le virus Ebola, en République démocratique du Congo (RDC), à cause d’une action armée menée non loin de la ville. Elle s’est en outre dite « inquiète » mardi à Genève face à l’exploitation de l’épidémie par des candidats aux élections de décembre. Une personne a été tuée et 17 autres enlevées lors d’un raid attribué au groupe armé d’origine ougandaise Allied democratic force (ADF) lundi soir contre Oicha, dans l’est de la République démocratique du Congo, ont indiqué mardi des sources administratives et civiles.
Le virus Ebola est responsable de fortes fièvres et d’hémorragies souvent mortelles pour l’homme. Le taux de létalité se situe entre 30 et 90% selon les épidémies et l’espèce virale. Le réservoir naturel du virus serait la chauve-souris. Le virus Ebola a été découvert en 1976, lors des deux flambées épidémiques au Soudan et en République démocratique du Congo. Depuis, une vingtaine de flambées épidémiques sont apparues en Afrique Centrale. En décembre 2013, le virus a atteint l’Afrique de l’Ouest, région qui était jusqu’alors épargnée par la maladie. En 2014, il provoque la plus grande épidémie connue jusqu’à présent. L’enjeu des recherches actuelles est donc de mettre au point un vaccin, des traitements et des outils diagnostiques pour le traitement et le dépistage de la maladie.
AVEC PLUS DE 11 000 DÉCÈS OFFICIELS, SELON L’OMS, L’ÉPIDÉMIE D’EBOLA 2013-2016 A FAIT 25 FOIS PLUS DE VICTIMES QUE LES PRÉCÉDENTS ÉPISODES OBSERVÉS DEPUIS 40 ANS.

Lundi, les organisations de la société civile de Beni avaient décidé d’observer une grève générale « ville morte » jusqu’à vendredi. Des habitants dénoncent l’impuissance de l’armée congolaise et des Casques bleus de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) massivement présents dans la région de Beni (Nord Kivu), où des centaines de civils ont été tués depuis octobre 2014 dans des massacres attribués aux ADF.

Avec plus de 80 collaborateurs, Beni constitue le centre opérationnel de la réponse de l’OMS à l’actuelle épidémie. Par ailleurs, si la majorité des communautés acceptent la vaccination et la prise en charge face au virus Ebola, d’autres font preuve de résistance. L’OMS craint que les élections prévues en décembre augmentent la méfiance de ces populations.

Une centaine de personnes sont décédées en République démocratique du Congo à cause d’Ebola, alors que les autorités éprouvent des difficultés à contenir la propagation de la maladie à l’est du pays, à la frontière avec l’Ouganda et le Rwanda.

Avec,afrique.lalibre.be

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Que contient le Pacte mondial de Marrakech sur la migration, attaqué par Trump et les extrêmes droites?

Porter un regard lucide sur les migrations, c’est l’ambition de ce pacte qui vise à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *