Home / ECONOMIE / Zimbabwe : qui est Emmerson Mnangagwa, surnommé le «crocodile»

Zimbabwe : qui est Emmerson Mnangagwa, surnommé le «crocodile»

FILE PHOTO: Zimbabwe's President Robert Mugabe looks on as his deputy Emmerson Mnangagwa reads a card during Mugabe's 93rd birthday celebrations in Harare, Zimbabwe, February 21, 2017. REUTERS/Philimon Bulawayo/File Photo
FILE PHOTO: Zimbabwe’s President Robert Mugabe looks on as his deputy Emmerson Mnangagwa reads a card during Mugabe’s 93rd birthday celebrations in Harare, Zimbabwe, February 21, 2017. REUTERS/Philimon Bulawayo/File Photo
Le nouveau président zimbabwéen a dissous le gouvernement de son prédécesseur, Robert Mugabe, et confié temporairement deux portefeuilles clé à des ministres du chef de l’État démissionnaire.

Dans un communiqué, le secrétaire en chef de la présidence et du gouvernement, Misheck Sibanda, a déclaré que le président Mnangagwa avait nommé Patrick Chinamasa au poste de ministre des Finances désigné, et Simbarashe Mumbengegwi au poste de ministre des Affaires étrangères désigné, pour permettre aux ministères essentiels du gouvernement d’assurer leurs services de manière ininterrompue jusqu’à l’annonce du nouveau gouvernement.

Ces deux ministres occupaient auparavant les mêmes portefeuilles avant le remaniement du cabinet en octobre par Robert Mugabe, qui les avait affectés à d’autres ministères.

M. Sibanda a annoncé que M. Mnangagwa rencontrerait tous les secrétaires permanents mardi pour des délibérations.

M. Mnangagwa a prêté serment vendredi dernier en tant que président, après la démission de M. Mugabe sous la pression de l’armée et de la population.

Emmerson Mnangagwa, né le 15 septembre 1942 à Zvishavane, est un homme d’État zimbabwéen. Il est premier vice-président de la République de 2014 à 2017, puis président du Zimbabwe depuis le 24 novembre 2017. Il effectue ses études primaires à l’école primaire du village de Mnangagwa mais la répression politique de l’époque force sa famille à déménager en Rhodésie du Nord en 1955, où il poursuit ses études à Mumbwa entre 1956 et 1957, puis s’inscrit à Kafue dans une école de métiers liés à la construction. Il intègre ensuite le Technical College de Hodgson puis un cours industriel. Avec d’autres élèves, il est expulsé de l’université en 1960 pour activisme politique. Il rejoint alors le mouvement étudiant UNIP. En 1962, il est recruté par l’Union du peuple africain du Zimbabwe (ZAPU) et notamment Willie Musarurwa. Après avoir rejoint ce mouvement, il part pour la Tanzanie où il reste à Mbeya puis au nouveau camp d’entraînement du ZAPU. En avril 1963, avec douze autres membres de la ZAPU, il est envoyé à Dar es-Salaam, puis à Héliopolis pour une formation militaire à l’Académie militaire égyptienne. En raison de l’âge avancé du président Robert Mugabe, qui célèbre ses 93 ans en février 2017, la question de sa succession est devenue un enjeu important dans le milieu politique zimbabwéen. Robert Mugabe, ayant révélé qu’il souhaitait voir son épouse Grace Mugabe lui succéder, a écarté du parti ZANU-PF et du gouvernement les rivaux potentiels de cette dernière. Grace Mugabe, connue pour ses goûts de luxe et sa brutalité, est toutefois impopulaire. Le 4 novembre, Robert Mugabe annonce qu’il souhaite que son épouse devienne vice-présidente. Le 5 novembre, celle-ci lui demande publiquement de lui céder directement la présidence de la République. Le limogeage du vice-président Emmerson Mnangagwa le 6 novembre 2017 a ainsi pour objectif de conforter la première dame, mais déplaît aux forces armées du Zimbabwe. Le 15 novembre 2017, le général Sibusiso Moyo annonce à la télévision nationale prendre le contrôle des rues afin « d’éliminer des criminels proches du président Mugabe » et affirme que l’armée ne mène pas de coup d’État contre le gouvernement. Robert Mugabe et sa femme Grace sont placés en résidence surveillée par l’armée. L’Afrique du Sud, très inquiète pour Robert Mugabe, envoie deux émissaires pour rencontrer la famille de ce dernier ainsi que les responsables militaires. L’Union africaine, l’Union européenne ou le Nigeria lancent un appel à la paix. Néanmoins aucun signe d’anarchie n’est détecté depuis l’insurrection. Le 19 novembre, le comité central du ZANU-PF destitue Robert Mugabe de son poste de président du parti et l’en expulse, puis le remplace à son poste par Emmerson Mnangagwa. La Ligue des Jeunes du ZANU-PF demande également l’expulsion de Grace Mugabe. Le Parlement prévoit de voter une mention de censure le mardi 21 novembre pour démettre Robert Mugabe de son mandat de président du Zimbabwe, s’il n’a pas démissionné d’ici-là. Le jour même, le ZANU-PF le désigne comme candidat à l’élection présidentielle zimbabwéenne de 2018. Robert Mugabe démissionne le 21 novembre pour devancer la procédure de destitution lancée à son encontre. Emmerson Mnangagwa regagne le Zimbabwe le 22 novembre et déclare qu’« aujourd’hui, nous voyons naître une nouvelle démocratie »16. Il prend la direction de l’État par intérim, puis est investi président de la République en prêtant serment le 24 novembre. À cette date, il est déjà le candidat désigné par le Zanu-PF pour l’élection présidentielle de 2018, et est donc le candidat favori à sa propre succession. Le 25 novembre, la justice zimbabwéenne déclare constitutionnel le coup d’État et annule rétroactivement le limogeage d’Emmerson Mnangagwa de son poste de premier vice-président. Le 27 novembre, il dissout le gouvernement de son prédécesseur et charge deux ministres sortants de l’intérim de deux ministères régaliens, celui des Finances et des Affaires étrangères. Le 28 novembre, il donne trois mois aux entreprises et particuliers ayant placé illégalement des capitaux à l’étranger pour les rapatrier, sous peine de poursuites

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Zimbabwe : L’ex première dame Grace Mugabé demande le divorce

Le porte-parole de la magistrature, Lawrence Brown, a indiqué, selon APRNEWS, que les procédures de divorce …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>