Home / Business / |Tableau|: Un classement entre Wifi, GSM, Dect, Bluetooth, selon leur degré de dangerosité

|Tableau|: Un classement entre Wifi, GSM, Dect, Bluetooth, selon leur degré de dangerosité

Voici un classement objectif du danger potentiel des antennes relais GSM, bornes Wifi, oreillettes Bluetooth ou téléphones sans fil DECT ou ECO DECT, selon leur puissance d’émission des ondes électromagnétiques et leur distance. Ce comparatif, qui réserve des surprises, précise les technologies dont on doit davantage se méfier.

Un classement entre Wifi, GSM, Dect, Bluetooth, selon leur degré de dangerosité
Un classement entre Wifi, GSM, Dect, Bluetooth, selon leur degré de dangerosité

Les téléphones mobiles collés à l’oreille à longueur de journée sont-ils dangereux pour la santé et plus particulièrement pour le cerveau ? Et quid des énormes antennes relais souvent installées à proximité immédiate d’habitations ? Le réseau Wifi, voire le téléphone sans fil (aujourd’hui tous à la norme DECT) ou les oreillettes Bluetooth font également débat.

Les dangers que représentent les téléphones mobiles restent mal cernés (lire encadré), tandis que la nocivité du Wifi ou des téléphones sans fil est encore plus méconnue. En attendant de disposer d’études plus fiables, il est donc utile d’établir une hiérarchie entre les différentes technologies, dont on sait qu’elles émettent sensiblement le même type d’ondes électromagnétiques (0,9 à 2,4 Ghz) et dont on connaît la puissance d’émission

Il s’agit donc bien de relativiser ces dangers, au sens propre du terme. On ne mesurera pas le danger réel de chaque technologie mais on identifiera celles sur lesquelles il faut appliquer en priorité le principe de précaution.

Oreillette Bluetooth : un danger potentiel 1 million de fois plus faible que les mobiles GSM

Petit cours de physique ! L’intensité du rayonnement des ondes électromagnétiques est proportionnelle au carré de la puissance d’émission. On peut considérer que cette intensité mesure l’effet des ondes, bon ou mauvais. Concrètement, on utilise cette loi pour construire un four à micro-onde. L’effet est en l’occurrence la cuisson plus ou moins rapide des aliments.

Un téléphone mobile dont la puissance d’émission est de 1 W est donc potentiellement quatre fois plus dangereux qu’un téléphone sans fil DECT, dont la puissance est de 500 mW. Potentiellement ! Car cela ne préjuge en rien de la dangerosité de l’un ou de l’autre. De même, une oreillette Bluetooth, dont la puissance d’émission est de seulement 1mW, soit 1000 fois moins que le téléphone mobile, est potentiellement un million de fois moins dangereuse que le mobile lui-même.

Danger des ondes radios : tout dépend de la puissance d’émission et de la distance

On ne dit pas que l’oreillette Bluetooth ne présente aucun danger, mais que si elle en présente un, celui-ci est négligeable par rapport au téléphone mobile collé à l’oreille. Il y a en effet aussi une question de distance. Par exemple, l’oreillette Bluetooth près de l’oreille doit être comparée au mobile placé dans la même position.

A Lire aussi  Racisme et les médias

Car les effets des ondes électromagnétiques – donc leur dangerosité potentielle – dépendent également de la distance de l’émetteur. Difficile donc de comparer les risques que font courir une antenne relais de 20 W plantée à 10 mètres de votre balcon, et une oreille Bluetooth collée à votre oreille mais dont la puissance d’émission est de 1/1000 de Watts. Quoi qu’un calcul le permettrait probablement.

Le Wifi : un danger potentiel 25 fois plus faible qu’un téléphone sans fil DECT

Notre tableau comparatif réserve quelques surprises. Par exemple, la puissance d’un réseau Wifi domestique est 5 fois plus faible que celle d’un téléphone sans fil, donc potentiellement 25 fois moins dangereux. Pourtant, parce que le Wifi est une technologie récente, elle inquiète davantage les familles que les téléphones sans fils installés dans les foyers depuis des lustres.

Un DECT avec puissance d’émission réduite

Depuis peu, certains constructeurs de téléphones DECT comme Siemens proposent toutefois de diviser par 5 la puissance d’émission, donc par 25 la nocivité potentielle. On descend alors à 100 mW, soit la puissance du Wifi. La portée est évidemment diminuée mais reste largement suffisante dans un appartement normal. Un mode automatique réduit en outre la puissance en fonction de la distance entre le combiné et la base.

selon leur degré de dangerosité

Un classement entre Wifi, GSM, Dect, Bluetooth, selon leur degré de dangerosité

Avec, Source

About Mohammed Gherrabi

Check Also

2

Afrique / ONU: Mme Bintou Keita, de la Guinée, nommée Sous-Secrétaire générale aux opérations de maintien de la paix

Le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, a annoncé aujourd’hui la nomination de Mme Bintou Keita, …