Home / Environnement / Stress: Patrons, foutez la paix à vos employés. Comment supporter un patron tyrannique?

Stress: Patrons, foutez la paix à vos employés. Comment supporter un patron tyrannique?

Un article Linkedin publié par le magazine Quartz révèle qu’un mauvais patron peut être aussi nocif pour les employés que le tabagisme passif. L’article dit également que plus vous gardez un emploi dans lequel vous travaillez pour quelqu’un qui vous stresse, plus importants sont les dommages sur votre santé physique et mentale.

Pour 75 % d’Américains, les chefs sont la raison principale du stress au travail.

Selon Quartz, les données de l’Association Américaine de Psychologie montre que 75 % des travailleurs américains croient que leurs patrons sont une cause majeure du stress au travail. Cependant, 59 % d’entre eux ne souhaitent pas quitter leur emploi.

Les statistiques montrent que les employés s’habituent à leur emploi malgré le fait qu’ils y sont malheureux. Cela complique encore plus le processus de démission car ils ne sont plus motivés pour rechercher un environnement de travail plus sain qui pourrait améliorer leur situation.

Une entreprise gérée par 115 personnes, sans patron, sans gestionnaire ni structure hiérarchique relève de l’utopie pour certains. C’est pourtant le mode de fonctionnement de Régitex, une entreprise beauceronne spécialisée dans la fabrication de fils de haute technologie. Il y a quelques années, Lisa Fecteau a décidé d’abolir tous les postes hiérarchiques dans son entreprise de Saint-Joseph, y compris le sien, et d’y implanter un modèle de gouvernance basé sur l’intelligence collective et sur l’autonomie des employés. Et ça fonctionne très bien, dit-elle. Le déclic est venu en 2012, au moment où la compagnie a perdu son directeur de production. À l’époque, Lisa Fecteau avait de plus en plus de difficulté à concevoir qu’un seul travailleur pouvait combler tous les besoins de l’entreprise. « On ne pouvait trouver toutes ces compétences, toutes ces responsabilités, toutes ces aptitudes dans une seule personne. » C’est à ce moment que Lisa Fecteau a décidé d’abolir le poste de directeur de production, de réunir les employés qui relevaient de celui-ci et de leur confier, en groupe, ses tâches. À partir de cet instant, le nouveau modèle de gouvernance s’est implanté graduellement au sein de l’entreprise. « On a quitté une structure hiérarchique pour aller vers une structure à plat. […] Ensemble, on forme quelque chose de cohérent qui tient la route », dit celle qui n’est plus présidente de l’entreprise, mais seulement propriétaire. Aujourd’hui, Régitex est gérée par 12 équipes autonomes qui ont chacune des responsabilités. Par exemple, une équipe s’occupe des finances, une autre de la recherche et du développement, une autre des ventes, etc. Depuis le virage opéré en 2012, seulement deux employés ont quitté Régitex, indique Lisa Fecteau. Tous les autres employés semblent avoir épousé le changement proposé par la propriétaire de l’entreprise. En quelques années, Lisa Fecteau dit avoir observé un véritable changement chez les employés en ce qui a trait au sentiment d’appartenance à l’entreprise. « Ça transforme leur engagement, parce que dès que tu as des responsabilités envers une entreprise qui te tient à cœur, ça change tout […] C’est épanouissant pour eux. »

Plus grave que la cigarette

Des chercheurs de la Harvard Business School et de l’Université de Stanford aux États-Unis ont recueilli des données de plus de 200 études et ont trouvé que le stress au travail pouvait être tout aussi dommageable que l’exposition à la fumée de cigarettes, comme par exemple le tabagisme passif.

La principale cause de stress au travail est le risque de la perte d’emploi pour la plupart des employés. Ainsi, environ 50 % de ces employés sont plus sujets aux problèmes de santé, que leurs homologues. Pour les employés dans des métiers exigeants, il leurs est souvent demandé plus que ce qu’ils peuvent donner et cela augmente les chances de problèmes de santé graves de 35 %.

Survivre
Dans certains cas, les problèmes avec le chef sont simplement relationnels. Néanmoins, il existe des superviseurs tels que Miranda Priestly (de « Le diable s’habille en Prada ») dans la vraie vie.

Mais comment savez-vous si vous appartenez à la première catégorie ou la seconde ?

Les mauvais patrons sont trop agressifs, narcissiques et parfois même violents. On entend souvent des phrases comme « Nous avons toujours fait comme ça », ou « Vous devriez déjà être heureux d’avoir un emploi » et « Ici c’est le bordel quand je ne suis pas là », sortir de leur bouche.

Compte tenu de la situation actuelle sur le marché du travail, ce n’est pas une décision facile de démissionner et de recommencer à zéro. Voici quelques stratégies simples qui vous aideront à survivre à des crises professionnelles .

Le son de sa voix vous glace le sang, vous ne supportez pas d’être en face de lui, chacun de ses mails vous rend mal à l’aise, vous craignez toujours une remontrance, vous avez peur d’être humilié(e) en public ? Non vous n’extrapolez pas, pas de doute, vous êtes face à un chef tyrannique. Vous ne pouvez pas, pour une raison ou pour une autre, quitter votre job, alors il faut prendre votre mal en patience, et faire avec. Quels sont les réflexes simples pour préserver votre santé mentale ?

Ne pas accepter la soumission et la manipulation

Le management horizontal implique le respect de la hiérarchie, c’est un fait, mais cela ne signifie pas qu’il faut nier l’existence de sa propre individualité.

De quoi pouvez-vous être victime ?

On vous laisse entendre que vous n’êtes pas assez bien, pas assez rapide, que vous devriez faire plus, que vous n’êtes pas digne du poste que vous occupez ou de la société qui vous accueille ? Sachez qu’il s’agit là d’une simple manipulation ayant pour objectif de vous faire travailler plus. Eh oui, si vous avez le sentiment de ne pas donner assez, vous redoublerez probablement d’efforts pour prouver que vous êtes légitime, au risque de ne jamais être à la hauteur des exigences de votre patron tyrannique. Après, il faut savoir faire la différence en pression et harcèlement moral, l’article de francetv.fr l’a plutôt bien fait. On ne peut évidemment pas supprimer toute pression d’un job à responsabilités, ou simplement avec des missions à accomplir, on peut par contre exiger des bonnes conditions pour le faire.

Vie pro vs vie perso

A cause du contexte, un secteur de l’emploi moribond pour parler clairement, on peut être tenté de se laisser faire, de peur d’être licencié… Le problème, c’est qu’en acceptant tout et n’importe quoi de la part de son supérieur, on emmagasine de la frustration, ce qui peut interférer avec la vie personnelle. Mal au travail, mal à la maison, pensez à vous préserver.

Des pistes pour faire face au patron tyrannique

Vous êtes peut-être d’une nature timide, ou vous êtes plutôt du genre à ne pas vous laisser faire, dans tous les cas, on réfléchit toujours longuement avant de dire quelque chose à son patron. Là il ne s’agit pas d’une demande d’augmentation mais de votre bien-être au travail. Prenez donc votre courage à deux mains et posez-lui des questions :

  • Aurait-il éventuellement des conseils pour vous aider à faire telle ou telle tache ?
  • Une personne du service pourrait-elle vous aiguiller sur la marche à suivre ?

En prime, n’hésitez pas à dire non à certaines sollicitations, surtout si vous avez prévu des choses comme un rassemblement familial ou un séjour exceptionnel. Pour lire un article sur le sujet, je vous conseille de faire un tour ici.

Pratiquer des activités pour décompresser

L’ambiance au travail n’est pas au beau fixe, c’est une chose, mais rien ne vous empêche de prendre du temps pour vous en dehors ! C’est même recommandé.

Quels types d’activités pratiquer pour évacuer les tensions ?

  • Faire du sport : la réponse peut sembler facile mais en plus d’un décrassage régulier, vous entretenez votre corps et vous faites du bien à votre esprit
  • Avoir des loisirs : peinture, musique, danse, balade, cinéma… La liste des choses à faire est longue, tout ce qu’il vous reste à faire, c’est de choisir ce que vous préférez et de l’intégrer à votre quotidien.
  • Passer du temps avec les gens qu’on aime
  • Se payer une séance de massage de temps en temps !

 

Avec, Source1 , Source 2

About Mohammed Gherrabi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *