Home / MONDE / Situation sécuritaire en Ethiopie….

Situation sécuritaire en Ethiopie….

credits-archives-personnelles

Hanfare Ali Mirah est un sultan qui préfère être appelé Monsieur plutôt que Sa Majesté. A quoi bon pinailler sur un titre de noblesse lorsque son peuple souffre de la faim et de l’oppression, comme il dit. Le sultan des Afar d’Ethiopie, près de trois millions d’âmes essentiellement nomades qui vivent dans le nord-est du pays, est sorti de sa réserve. Il vient de publiquement exprimer son soutien au mouvement de révolte mené depuis près d’un an par la communauté oromo (majoritaire), rejoint en août par les Amhara. Ces ethnies traditionnellement rivales se sont réunies autour d’un ennemi commun : le pouvoir éthiopien, concentré entre les mains de la minorité des Tigréens depuis la chute du « Négus rouge », Menguistu Haïlé Mariam, il y a vingt-cinq ans.

« Eviter une guerre civile »

« Les Afar n’aspirent pas à diriger le pays mais à mener l’Ethiopie vers une transition, explique le sultan intronisé en 2011, à la mort de son père qui a régné de 1944 à 1975. Il ne peut plus y avoir de retour en arrière. Il faut gérer la crise, négocier, tout faire pour éviter une guerre civile qui serait un désastre avec des massacres assurés. »

Visage rond chargé de gravité, l’homme, affable, nous a reçus dans une capitale européenne dont il préfère que nous taisions le nom. A 68 ans, le chef spirituel, qui a quitté l’Ethiopie en mars après avoir échappé, dit-il, à six tentatives d’assassinat par balles et par empoisonnement, s’est mué en diplomate. Le voilà qui multiplie les entretiens dans les chancelleries du Vieux Continent, avant de s’envoler vers Washington où il doit s’entretenir avec des membres de la diaspora éthiopienne. Et ce, en préparation d’une réunion au département d’Etat avec des représentants de chaque communauté et un émissaire du pouvoir.

>>>Lire aussi: ⇒ Éthiopie – Faites preuve d’une grande prudence

Anglais:

Ethiopia’s government has ruled out holding new nationwide elections to address the grievances behind nearly a year of deadly protests. But the opposition says the changes the government is undertaking are not good enough.

Government spokesman Getachew Reda says Ethiopia will not call for an early vote. The next regional and nationwide elections are scheduled for 2020.

“What we are trying to do is to follow the election cycle,” said Reda. “This government does not have the slightest of intention to all of sudden change the law and call for a vote based on a changed law. We are here for the long haul.”

Reda said Wednesday parliament will instead convene to endorse a proposal from the prime minister to reorganize the Cabinet. That is expected in the next week, though Reda did not give an exact date….>>>Lire: ⇒ La suite

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Votez pour votre footballeur africain de l’année sur la BBC: Benatia, Koulibaly, Mane, Partey, Salah

Medhi Benatia, Kalidou Koulibaly, Sadio Mané, Thomas Partey et Mohamed Salah sont tous en lice …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *