Home / CULTURE / Scandaleux: 93% du financement de l’Union Africaine (UA) provient de l’occident

Scandaleux: 93% du financement de l’Union Africaine (UA) provient de l’occident


Il n’y a qu’une seule voie. Cette voie, c’est de dire la vérité à cette génération, leur faire comprendre que les visions des pères fondateurs de l’Afrique moderne ne sont pas encore atteintes : celles d’avoir un continent indépendant au plan économique, capable de gérer ses affaires politiques avec compétence et de voir ses filles et fils vivre dans l’harmonie et dans l’unité, un continent où tout le monde respectera les droits et libertés d’autrui. L’expérience démontre que dans nos territoires africains, l’opposition que certains éléments créent au nom de la démocratie, n’est pas souvent inspirée par le souci du bien général ; la recherche de la gloriole et des intérêts personnels en est le principal, sinon l’unique mobile. L’existence d’une opposition intelligente, dynamique et constructive est indispensable afin d’équilibrer la vie politique et administrative du gouvernement au pouvoir.


“L’autonomie consiste à se donner à soi-même envers l’autre une loi, plutôt que de la recevoir de la nature ou d’une autorité extérieure.”

l’UA (l’Union Africaine) compte 9 organes, parmi lesquels l’ECOSOCC. Triste est alors de savoir que cette institution, dont les objectifs sont entre autres, défendre la souveraineté, l’intégrité territoriale et l’indépendance de ses Etats membres, et accélérer l’intégration politique et socio-économique du continent, est financée à 93 % par les états étrangers. Et les 7 % restants par les Etats membres, seulement, «certains membres ne cotisent pas, et on est entrain de voir dans quelle mesure adopter des sanctions…»

Pourtant l’autonomie reste l’un des enjeux majeur de l’UA. Une équation qui reste difficile à résoudre, car il est autant plus rude de contraindre les membres à s’acquitter de leur contribution. D’ailleurs Alain Blaise Batonguè, secrétaire exécutif du Gicam et par ailleurs représentant de l’Ecosocc au Cameroun le précise. «L’Union Africaine n’a pas une force supranationale et coercitive pour pouvoir les sanctionner directement. Pour le moment nous faisons davantage des recommandations et avec le temps, on verra s’il faut aller jusqu’à la suspension de ces Etats».

Parce que l’UA tire la plus grande source de ses revenus, des états étrangers, son indépendance est également problématique. Il est cependant impossible, pour les chefs d’Etats de prendre des décisions en toute liberté. Une règle qui s’applique également aux organisations non gouvernementales dont les financements proviennent pour la plupart de l’occident. Et c’est pour apporter une solution que l’UA propose que les organisations non gouvernementales et de la société civile soient désormais financées par les Etats Africains. Une proposition qui est soutenu par l’ancien président Nigérian, Olusegun Obasanjo qui recommande de ce fait, la taxe sur le billet d’avion. Celle-ci sera de l’ordre de 1300 à 1950 Fcfa sur les destinations vers l’Afrique et à l’intérieur du continent.

Quel était le plan des héros de l’indépendance africaine pour l’Afrique d’aujourd’hui ?

Patrice Lumumba

En effet, l’unité africaine tant souhaitée aujourd’hui par tous ceux qui se soucient de l’avenir de ce continent, « ne sera possible et ne pourra se réaliser que si les hommes politiques et les dirigeants de nos pays respectifs font preuve d’un esprit de solidarité, de concorde et de collaboration fraternelle dans la poursuite du bien commun de nos populations. Les aspirations des peuples colonisés et assujettis sont les mêmes ; leur sort est également le même. Les buts des mouvements sont les mêmes. Ces buts, c’est la libération totale de l’Afrique du joug colonialiste. »

Il continue : « Puisque nos objectifs sont les mêmes, nous atteindrons facilement et plus rapidement ceux-ci dans l’union plutôt que dans la division

Ces divisions, sur lesquelles se sont toujours appuyées les puissances coloniales pour mieux asseoir leur domination, ont largement contribué – et elles contribuent encore – au suicide de l’Afrique.

Apparemment, l’Afrique n’a pas pu encore atteindre ces objectifs. Mais j’ai de l’espoir pour l’Afrique.

Joseph Ki-Zerbo

Joseph Ki-Zerbo écrit : « Quand avec Kwame Nkrumah, Amilcar Cabral et les autres, nous nous battions pour l’indépendance africaine, on nous répliquait : « Vous ne pouvez même pas produire une aiguille, comment voulez-vous être indépendants ? » Mais justement pourquoi nos pays ne pouvaient-ils pas produire une aiguille ? Parce que, pendant cent ans de colonisation, on nous avait affecté à ce rôle précis : ne pas produire même une aiguille, mais des matières premières, c’est-à-dire dépouiller tout un continent. »

 

About Mohammed Gherrabi

Check Also

_DSC0214

Maroc: Conférence sous le thème « l’éducation à la citoyenneté… »

Conférence sous le thème « l’éducation à la citoyenneté… » organisée par l’Association de protection de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>