Home / POLITIQUE / Gabon/Remaniement du Gouvernement : Les opposants font leur entrée

Gabon/Remaniement du Gouvernement : Les opposants font leur entrée

Les uns l’ont réclamée et les autres demandaient que les usages républicains et l’éthique citoyenne soient respectés. En instruisant le gouvernement de modifier la disposition de la loi sur les partis politiques, le président de la république démontrait une fois de plus sa disponibilité à dialoguer et même à travailler avec tous ceux qui dans un esprit républicain, inscrivent leur primat dans le développement du Gabon et non dans la recherche des solutions pour améliorer leur confort personnel.

De sources dignes de foi, ce qui n’était qu’une rumeur semble se préciser. Dans la perspective du remaniement ministériel pour ajuster les équilibres de représentativités au plus haut sommet de l’état entre les différentes provinces, géopolitique oblige. Nous apprenons que les opposants seraient disposés à participer dans le cadre d’un gouvernement de large ouverture. Les leaders de l’opposition estiment en effet que certaines questions notamment celles relatives à la crise sociale et à l’organisation de la prochaine élection présidentielle, doivent faire l’objet d’une sorte de pacte républicain qui engage tous les citoyens gabonais.

La nécessité de s’offrir un climat serein et apaisé dans lequel s’élaborerait l’ensemble des questions qui concourent à la mise en place des mécanismes outre la CENAP, qui doivent permettre l’exécution de toutes les phases du calendrier électoral pour réduire au maximum les incidents à l’origine des contestations post électorales. Les leaders de l’opposition sont persuadés que certains points, objets de discordes peuvent certes être discutés pour ensuite parvenir à un compromis entre les responsables politiques, mais l’histoire témoigne de ce que les simples principes moraux ne suffisent pas et que très souvent ces accords moraux ne sont respectés par personne.

Le but, si on en croit notre source, serait pour les opposants de s’assurer que l’ensemble des discussions initiées que ce soit par le CND ou dans un tout autre cadre consensuel, que les conclusions soient reprises par le gouvernement qui lorsque c’est nécessaire, traduirait ces résolutions en textes de lois votées par l’assemblée nationale ou sous forme d’ordonnance prise par le président de la république.   Et pour économiser en conjectures inutiles, et mettre avantageusement à profit le temps qui sépare de l’année électorale, parce que certaines dispositions constitutionnelles ne peuvent pas s’examiner pendant l’année électorale, il se discuterait actuellement au sein de l’opposition, la possibilité de solliciter du président de la république l’entrée de quelques personnes issues des rangs de l’opposition dans le prochain gouvernement. Le choix du gouvernement s’explique et s’impose par le fait que cette instance est à ce jour le seul cadre institutionnel légal où les actes ne s’apprécient pas en fonction des étiquettes politiques des uns et des autres mais sous le seul angle du principe de l’indivisibilité de la république. Tous les membres sont comptables des actes posés par le gouvernement.

Toujours selon nos sources le grand émergent en chef serait déjà informé des tractations qui ont cours au sein de l’opposition, il aurait même poursuit notre informateur, reçu un émissaire commis pour la circonstance aux fins d’avoir son avis sur le principe adopté par les leaders de l’opposition. Le président de la république s’est voulu simple et précis dans sa réponse il aurait comme à son habitude, affirmé qu’il a toujours tendu la main à tous les gabonais qui ont le désir de participer à la construction d’un Gabon émergent. En bon croyant qui aime Dieu, le grand émergent aurait dit à son interlocuteur qu’il y a plusieurs chambres dans la maison du père.

Il reste maintenant aux leaders des partis politiques de l’opposition de s’accorder pour que l’intention se confirme en actes. Il faudrait par exemple que les noms de ceux qu’ils souhaitent voir entrer au gouvernement. A l’heure où nous mettions sous presse, il était question qu’ils demandent au président de la république de leur accorder trois ou quatre portes feuilles ministériels vu le nombre de regroupements des partis de l’opposition. Comme à son habitude Ali Bongo prend le temps pour examine minutieusement la question.

D’ores et déjà, on peut sans crainte de se tromper dire que cette situation, si elle venait à se concrétiser, ne manquera pas de faire des malheureux dans le camp de la majorité présidentielle pour l’émergence, parce que selon le format adopté depuis son avènement à la magistrature suprême, le président de la république n’envisage certainement pas augmenter le nombre de ministres, ce d’autant plus qu’au dernier séminaire gouvernemental organisé à la pointe Dénis, le chef de l’état avait instruit le gouvernement de réduire de manière drastique le train de vie de l’état, en guise d’exemple, les membres du gouvernement avaient décidé de la réduction de leur salaire. Infos ou intox, mais rappelez-vous qu’Omar Bongo disait que le Gabon est une maison de verre ce qui se passe à l’intérieur on voit, et ce qui se passe à l’extérieur on voit également.

pressegabon

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Algérie: Farida BESSA, de chargée de mission “directrice de la communication à la Présidence” à femme d’affaires ?

Il est de notoriété publique que chez les Bouteflika on ne démissionne pas, on est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *